Jouer dans un Grand Prix : deuxième partie

Posted in Level One on April 19, 2016

By Reid Duke

Over the span of the last nineteen years, since he was five years old, Reid has been a player, a deck builder, a collector, and a lover of the Magic world. Today, he’s a full-time professional Magic player and writer.

Dans cette rubrique, Reid Duke explique les principes de base de Magic. Ces articles ont été publiés l’an passé en VO et sont maintenant disponibles en français pour votre plus grand plaisir!


La semaine passée, je vous ai soumis quelques conseils sur la manière d’approcher le jeu dans un grand tournoi de Magic. Aujourd’hui, nous allons explorer ce que vous pouvez faire pendant et après le tournoi pour assurer que ce soit une expérience géniale pour vous.

 


Le rôle des arbitres

 

Une fois le tournoi commencé, ce sont les arbitres qui sont aux commandes. Pour résumer, leur boulot est d’aider les joueurs à vivre une expérience positive. Ils doivent donc aussi s’assurer que le tournoi se déroule sans accroc et répondre aux questions des joueurs—pendant et en dehors des jeux. Et n’oublions pas, ils appliquent les règlements conçus pour guider le tournoi vers le résultat le plus juste possible.

 

Si vous êtes ravis à l’idée de lire un dictionnaire, je vous conseille de jeter un coup d’œil sur ces trois cents pages de documents que les arbitres utilisent comme guide pour la gestion de tournois : Les Règles complètes de Magic, les Règles de tournoi, ainsi que le Guide des procédures et infractions. Le fait que les arbitres soient là pour nous aider signifie que nous, joueurs, ne sommes pas obligés de connaître tout ça par cœur !

 

Library of Alexandria | Illustration par Drew Baker

 

 

C’est une manière un peu détournée de dire qu’en tant que joueur les arbitres sont vos amis. Ils veulent vous aider. Ils veulent répondre à vos questions de règle et vous aider à apprendre le jeu. Ils veulent vous protéger contre la triche ou vous éviter d’être la victime d’un malentendu fâcheux lors d’une partie. Et pour finir, ils veulent que vous vous amusiez au tournoi, et que vous ayez envie de revenir jouer à l’avenir.

 

Malheureusement, pour diverses raisons, les nouveaux participants aux tournois sont parfois hésitants à demander de l’aide aux arbitres. Peut-être ne se sont-ils pas remis du fait que dans leur enfance un pion n’avait pas été gentil avec eux—je n’en sais rien. La réalité, c’est qu’à tout moment les arbitres sont très faciles à approcher. Appeler un arbitre lors d’un match n’équivaut pas à cafter ou à accuser votre adversaire de tricher. Les arbitres sont une ressource précieuse, et ce serait une grande erreur de ne pas profiter de ce qu’ils ont à offrir.

 

Voici une petite liste (loin d’être exhaustive) de choses pour lesquelles les arbitres peuvent apporter leur aide lors d’un tournoi :

 

  • Ils peuvent vous aider à vous orienter. Où s’enregistrer pour le tournoi, où trouver les appariements, où se trouvent les toilettes, n’importe quoi.
  • Ils peuvent répondre aux questions de règle. Et ceci lors d’une partie, tout comme entre les parties. À chaque fois que je tombe sur une question à la maison, je la note pour la poser à un arbitre lors de mon prochain Grand Prix.
  • Si vous devez vous absenter pour aller aux toilettes, un arbitre vous donnera la permission, et vous donnera même une extension de temps pour votre match.
  • Ils peuvent résoudre n’importe quel problème pendant votre match. Que ce soit un désaccord, un malentendu, une mauvaise communication. « J’ai attaqué pour 3 blessures avec mon Tarmogoyf au dernier tour, mais maintenant je me rends compte que ça aurait dû être un 4/5. » Un arbitre peut aider !
  • Il peut régler les situations dans lesquelles vous ou votre adversaire avez exécuté une action illégale. Quelqu’un a pioché sept cartes après avoir pris un mulligan ? Quelqu’un a joué deux terrains le même tour ? Quelqu’un a lancé un sort sans le mana approprié ? Quelqu’un a retourné une carte en mélangeant le deck de l’adversaire ? Tous ces cas ne sont en général pas très graves, mais un arbitre doit en être au courant. Il prendra les mesures appropriées pour vous aider à finir la partie aussi équitablement que possible, et il décidera si un Avertissement (ou une sanction plus importante) doit être émis.

 


Avertissements

 

 

 

Si vous participez à un Grand Prix, vous verrez les arbitres donner des avertissements. Vous-même allez peut-être en recevoir un. C’est parce que les avertissements sont assez courants, et il ne faut surtout pas en faire une grande affaire. Un avertissement est à la base une déclaration officielle d’un arbitre disant « S’il vous plait, essayez de ne pas le refaire ». Il ne vient cependant pas avec une pénalité. Ne vous inquiétez donc pas si vous recevez un avertissement lors de votre premier tournoi.

 

Les avertissements sont suivis, et c’est exactement là leur fonction. Tout le monde fait des erreurs en jouant à Magic—absolument tout le monde. C’est arrivé à tout le monde d’engager par erreur les mauvais terrains pour un sort, ou de faire tomber une carte du dessus de sa bibliothèque par maladresse. Cependant, les arbitres veulent être au courant de ces choses et en prendre note. Si un joueur engage les mauvais terrains pour ses sorts cinq ou six fois dans chaque match auquel il participe, il est possible qu’il le fasse exprès pour gagner un avantage. Le suivi des avertissements peut aider les arbitres à identifier de tels joueurs et à les garder à l’œil.

 

Alors, si vous recevez un avertissement, ne vous en faites pas trop. Si vous en recevez deux, essayez de jouer de façon un peu plus concentrée, mais ne vous laissez pas déstabiliser pour autant. Si vous recevez trois avertissements le même jour pour la même infraction, vous pourriez vous retrouver avec une pénalité. Si vous exhibez une tendance à long terme à recevoir beaucoup, beaucoup trop d’avertissements, cela vous vaudra peut-être une pénalité, mais ce devrait être facile à éviter.

 


Quand appeler un arbitre

 

Si vous vous demandez s’il faudrait ou non appeler un arbitre, alors allez-y et appelez-en un. Rappelez-vous, ils sont là pour vous aider !

 

N’essayez pas de régler vous-même un problème, comme vous le feriez en jouant avec vos amis à la maison. Par exemple, imaginez que votre adversaire envoie sa créature au cimetière, alors qu’elle n’était pas censée mourir, et que personne ne le remarque jusqu’au prochain tour. Chez vous, à la maison, vous auriez peut-être simplement remis la créature sur le champ de bataille et continué la partie, mais il ne faut pas procéder ainsi en tournoi. Laissez toujours un arbitre gérer de telles situations.

 

Ne vous fiez pas aux dires de votre adversaire si quelque chose n’est pas clair.

 

 

Exemple A :

Vous lancez Perdre patiencesur la créature face cachée de votre adversaire et vous n’êtes pas certain d’avoir le droit de regarder de quoi il s’agit. Ne demandez pas à votre adversaire, demandez à un arbitre. (Vous avez le droit de regarder.)

 

Exemple B :

Vous déclarez un mulligan, mais ensuite vous posez sept cartes face cachée sur la table. Votre adversaire vous dit que vous êtes maintenant obligé de déclarer un mulligan à cinq cartes. Ne le croyez pas sur parole, demandez à un arbitre. (Si vous n’avez pas encore regardé les cartes, vous n’êtes probablement pas obligé de déclarer un mulligan à cinq.)

 

Exemple C :

Vous engagez cinq terrains pour lancer un sort, mais avant que vous ne disiez quoi que ce soit ou que vous révéliez la carte, vous changez d’idée. Vous ne savez pas si vous avez le droit de dégager vos terrains. Ne posez pas la question à votre adversaire, demandez à un arbitre. (Vous aurez le droit de dégager vos terrains.)

 

Ne vous fiez jamais à la parole de votre adversaire pour quelque chose qui ne vous semble pas clair. Ce n’est pas dans son intérêt de vous donner une réponse favorable. Il se pourrait qu’il vous mente. Mais il est encore plus probable qu’il se trompe. Dans les deux cas, il ne faut pas que cela ait un impact sur votre tournoi.

 


Comment appeler un arbitre

 

Avant tout, informez votre adversaire de ce qui se passe. « J’ai une question de règle et je vais donc appeler un arbitre », ou « J’ai remarqué que tu n’avais qu’un mana blanc quand tu as lancé Mettre fin aux hostilités, et je vais donc appeler un arbitre ».

 

Puis, levez la main et dites « Arbitre ! ». Appelez suffisamment fort et gardez votre main levée, car les tournois sont souvent agités et bruyants. Un arbitre arrivera dès qu’il vous verra.

 

Expliquez-lui ce qui est arrivé, sans omettre de détails et sans ajouter vos propres spéculations. L’arbitre pourra demander aux deux joueurs de raconter l’histoire de leurs points de vue respectifs, ou il s’assurera au moins que les deux joueurs soient d’accord sur les faits.

Mettre fin aux hostilités | Illustration par Jason Rainville

 

La bonne manière de procéder : « Jean a engagé ces cinq terrains et a lancé Mettre fin aux hostilités. Puis il a mis ses créatures au cimetière. J’ai pris mes créatures, mais avant de les mettre au cimetière, j’ai remarqué que Jean n’avait qu’un mana blanc. J’ai donc reposé les miennes et appelé un arbitre. »

 

La mauvaise façon de procéder : « Mon adversaire a essayé de tricher ! Il savait que la seule manière de gagner était de jouer Mettre fin aux hostilités, et il a donc essayé de le faire illégalement sans que je le remarque ! »

 

L’arbitre fera son arbitrage. Cela peut se faire immédiatement, si la situation est relativement simple. Cela peut prendre un peu de temps s’il y a un désaccord, si l’arbitre décide de pousser son investigation ou s’il veut consulter un autre arbitre. L’arbitrage peut inclure une solution au sein de la partie (peut-être revenir en arrière avant que Mettre fin aux hostilités ait été lancé), il peut inclure une pénalité (par exemple un avertissement pour votre adversaire d’avoir mal lancé un sort), et vous pouvez recevoir une extension de temps de jeu pour finir votre match.

 

Si vous trouvez que l’arbitre n’a pas géré la situation correctement, vous pouvez faire appel de l’arbitrage. Cela implique de prendre un deuxième avis auprès de l’arbitre en chef. Laissez le premier arbitre finir de parler, puis dites « Je voudrais faire appel de cet arbitrage. » L’arbitre en chef se prononcera et sa décision sera finale.

 


Soyez gentil avec les arbitres

 

Les arbitres sont aussi des personnes, et plus précisément ce sont des personnes qui offrent bénévolement une quantité presque inconcevable de leur temps pour le jeu que nous aimons tous. Sans arbitres, nous ne pourrions pas tenir les tournois comme nous le faisons aujourd’hui.

 

Ils peuvent aussi faire des erreurs. Tout comme les joueurs, les arbitres peuvent avoir des niveaux d’expérience très variés. C’est en partie pour cette raison qu’une procédure d’appel existe. N’ayez pas peur de faire appel d’un arbitrage, mais faites-le toujours dans le plus grand respect.

 

Pour conclure, sachez qu’arbitrer peut parfois être une tâche ingrate. À chaque fois qu’il y a un désaccord, l’arbitre doit prendre une décision qui rendra probablement un ou les deux joueurs mécontents. Si un arbitrage ne va pas dans votre sens, essayez de ne pas vous en offusquer, ne le prenez pas personnellement, et surtout ne vous défoulez pas sur l’arbitre.

 


Contre la montre

 

En parlant des arbitres, j’ai mentionné les extensions de temps de jeu, mais je n’ai pas encore expliqué ce que cela veut dire exactement.

 

Dans un Grand Prix (et d’ailleurs dans la plupart des tournois), vous avez 50 minutes pour jouer un match de deux meilleures parties sur trois. Vous ne pouvez pas commencer à jouer avant que l’horloge ne démarre, et vous ne pouvez pas l’ignorer quand elle arrive à zéro. Quand l’horloge arrive à zéro, si vous avez reçu une extension de temps pour une quelconque raison (par exemple par un arbitrage ou une pause de toilette), vous jouerez ce temps supplémentaire, puis vous jouerez cinq tours supplémentaires. Si c’est votre tour lorsque le temps s’est écoulé, alors quand vous direz « C’est parti », le tour de votre adversaire sera le premier, le vôtre sera le deuxième, etc. Si une partie ne se conclut pas avant la fin du cinquième tour, la partie est considérée comme nulle.

 

Sables du temps | Illustration par Paul Lee

 

 

Si la deuxième partie est une partie nulle, alors c’est le joueur qui a remporté la première partie qui remporte le match. Si votre match finit avec une partie nulle lors de la première ou de la troisième partie, alors tout le match est déclaré nul. Dans un tournoi, votre classement est basé sur une notation où une victoire vaut 3 points, une égalité 1 point et une défaite 0 point.

 

Même avec ce système simple, il est évident que les parties ou matchs nuls sont une mauvaise affaire. Quand il y a un vainqueur et un perdant, alors trois points sont distribués. Si le match est nul, alors seulement deux points sont distribués. Il est préférable de gagner un match et d’en perdre un que d’avoir deux matchs nuls d’affilée.

 

Mais les matchs nuls sont bien plus dangereux pour vos chances lors d’un tournoi que ce système pourrait l’indiquer. Les tournois Grand Prix sont très grands et favorisent les meilleurs. Plusieurs milliers de joueurs participent, mais seulement quelques centaines arrivent au jour deux, et uniquement une fraction d’entre eux remportent des prix. En d’autres mots, vous voulez être dans le peloton de tête plutôt que de vous contenter d’être dans la moyenne.

 

Certains seuils, comme celui de la qualification pour le deuxième jour, sont basés sur le nombre de vos victoires (il vous faut six victoires pour jouer le lendemain). Alors pour cet aspect, un match nul équivaut à une défaite. D’expérience, je peux vous assurer que ce n’est pas agréable de rater le deuxième jour avec un score de 5-3-1 (cinq victoires, trois défaites et un match nul).

 

Ces 50 minutes vous laissent heureusement pas mal de temps, et ce n’est donc pas comme si vous étiez en train de jouer une partie de crapette, de Jungle Speed ou d’un autre jeu de cartes hyper-rapide. Vous devriez cependant faire tous les efforts possibles pour finir vos matchs à temps. Jouez de façon vive, et ne prenez pas plus que quelques minutes pour mélanger les cartes et utiliser la réserve. Assurez-vous que votre adversaire fasse de même.

 

Si votre adversaire prend trop de temps, vous avez parfaitement le droit de lui demander d’accélérer ou d’appeler un arbitre. Rappelez-vous que ces éléments sont fixés dans les règles. À tout moment, vous devez jouer à un rythme soutenu, vous ne pouvez pas prendre trop de temps pour chacune de vos décisions et vous ne pouvez pas non plus ralentir votre rythme de jeu pour provoquer une partie nulle. La ligne directrice est que vous ne devriez pas prendre plus de trois minutes pour utiliser votre réserve et pour mélanger vos cartes entre les parties (bien que cela ne soit pas une règle stricte).

 

Même si vous êtes au début de votre match, ou s’il semble que vous allez finir largement dans les temps, les deux joueurs doivent quand même jouer à un rythme soutenu. Si les règles stipulent que vous disposez d’un certain temps pour prendre une décision, alors prendre plus de temps que cela vous confère un avantage déloyal !

 

Prenez l’habitude de jouer à un rythme soutenu, car vous voulez finir vos matchs dans le temps imparti. Ne bousculez pas vos adversaires, mais ne leur permettez pas non plus de prendre plus de temps qu’autorisé par les règles, et ne les laissez pas vous exposer au risque de vous retrouver à court de temps.

 


Jouer toutes vos rondes

 

La première journée d’un Grand Prix consiste en neuf rondes utilisant le système suisse. Cela veut dire que tous les joueurs (s’ils le veulent) joueront les neuf rondes. Ensuite, leur passage au jour deux sera basé sur leurs scores finaux ou leur classement. Votre score vous accompagnera si vous vous qualifiez pour le second jour, et un score de 9-0 ou 8-1 est donc fantastique. Cependant, une fois que vous avez perdu quatre rondes, vous ne pouvez plus vous qualifier pour le jour deux, indépendamment de ce qui se passe pendant le reste de la journée.

 

Malgré cela, je vous encourage à rester dans le tournoi et à jouer toutes vos rondes, quel que soit votre score (à moins que cela vous fasse rater un événement parallèle auquel vous voudriez participer, ou que vous soyez malade ou dans l’incapacité de continuer pour toute autre raison.)

Illustration par Jason A. Engle

 

L’expérience de tournoi est véritablement précieuse et il serait dommage de passer à côté. Le jeu à la maison ou dans votre magasin local ne représente pas vraiment l’expérience qu'offre un Grand Prix. Dans un grand tournoi, vous jouez contre de nouveaux adversaires dans un environnement hautement compétitif. Chacun a apporté son meilleur deck et fera tout pour vous vaincre. C’est tout simplement le meilleur entraînement que vous puissiez espérer !

 

Jouer dans un Grand Prix fait de vous un meilleur joueur. Même si vous vous retrouvez avec un score de 1-4, vous devriez quand même profiter au maximum de la journée. Après tout, vous avez déjà fait le voyage, payé l’admission, construit votre deck et réservé toute la journée dans votre planning. Pourquoi gâcher la chance de gagner de l’expérience de tournoi ?

 

Si vous jouez les rondes jusqu’au bout, vous allez inévitablement en apprendre plus sur le format ainsi que sur votre deck, et vous pouvez essayer d’atteindre tous les objectifs que vous vous êtes fixés au début du tournoi.

 


Réflexions

 

Voyez toujours un grand tournoi comme une expérience enrichissante. Que vous gagniez ou que vous perdiez, il y aura toujours quelques aspects où vous aurez excellé, et d’autres sur lesquels vous pourrez vous améliorer. Prenez-en note et essayez de renforcer les aspects positifs de votre jeu tout en améliorant les aspects plus faibles.

 

Il peut être difficile d’équilibrer une réflexion saine avec votre désir de bien vous placer dans le tournoi. Si vous faites une erreur importante à la ronde six, vous allez certainement vouloir vous en rappeler et en tirer les leçons pour la prochaine fois. Cependant, il ne faut pas que vous y réfléchissiez pendant que vous jouez les rondes sept, huit et neuf !

Illustration par Chase Stone

 

Pour cette raison, je vous conseille de réserver un peu de temps après le tournoi pour la réflexion. Le voyage de retour le dimanche soir ou le lundi en est la parfaite occasion. En parler avec des amis est également une bonne idée. Quelles leçons en ont-ils tiré ? De quoi étaient-ils fiers ? Que changeraient-ils pour la prochaine fois ?

 

Si vous vous réservez un temps pour la réflexion après le tournoi, cela vous permet aussi de garder la tête froide pendant que vous jouez. Concentrez-vous sur la tâche devant vous, non pas sur ce qui s’est passé lors de la dernière ronde, ou sur le score que vous voulez obtenir à la fin de la journée. Si vous faites une erreur, ignorez-la et exploitez au mieux la situation. Revenez dessus uniquement après que tout soit fini.

 


Au bout du compte, rien n’est comparable à l'expérience de jouer dans un tournoi de Magic. Si vous restez concentré sur l’événement, vous êtes garanti d’avoir une expérience positive. Vos amis, les arbitres et d’autres officiels du tournoi vous fourniront les ressources pour passer un bon moment en jouant dans un Grand Prix. Au bout du compte, il ne dépendra finalement que de vous d’en profiter au maximum.

 

 

Latest Level One Articles

Level One

October 5, 2015

Level One: The Full Course by, Wizards of the Coast

Professor Reid Duke has dismissed class. Level One is on hiatus, as Duke has paved his way through his entire syllabus to show you how to get better at Magic. However, we know not everyo...

Learn More

LEVEL ONE

September 28, 2015

Becoming a Better Player by, Reid Duke

This will be the final article that I write for Level One. For the time being, the column will be going on hiatus. Over fourteen months, I've tried my best to build a complete, self-conta...

Learn More

Articles

Articles

Level One Archive

Consult the archives for more articles!

See All

We use cookies on this site to personalize content and ads, provide social media features and analyze web traffic. By clicking YES, you are consenting for us to set cookies. (Learn more about cookies)

No, I want to find out more