La réserve

Posted in Level One on September 22, 2015

By Reid Duke

Over the span of the last nineteen years, since he was five years old, Reid has been a player, a deck builder, a collector, and a lover of the Magic world. Today, he’s a full-time professional Magic player and writer.

Même à quelqu’un qui ne connaît pas le jeu, il est facile d’expliquer qu’un deck de Magic est constitué de 60 cartes, avec une limite de quatre exemplaires de chaque carte individuelle. Il est un peu plus difficile de lui apprendre le rôle des 15 cartes supplémentaires qui accompagnent, mais qui ne font pas partie du deck. Plus difficile encore est de leur faire comprendre à quel point ces cartes sont importantes, et à quel point il est vital de les choisir avec le plus grand soin.

Les matchs de tournoi sont typiquement décidés par des groupes de jeu en « deux meilleures parties sur trois ». Pour la première partie, les deux joueurs utilisent leur deck principal—leurs 60 cartes principales qui seront les mêmes pour le début de chaque match. Après la première partie, les joueurs ont la possibilité d’échanger un nombre de cartes de leur choix parmi les 15 cartes de leur réserve pour adapter leur deck au mieux, afin de gagner la prochaine partie.

Techniquement, il est légal de jouer avec un deck de plus de 60 cartes, mais à tout moment votre deck doit avoir au moins 60 cartes, et votre réserve peut contenir au plus 15 cartes. (Sauf pour le format Limité. La réserve dans le format Limité sera le sujet d’un article à venir.)

Les réserves font gagner les tournois. Les cartes de votre réserve pouvant être plus spécialisées—concentrées tel un laser sur une tâche ou une confrontation spécifique (souvent appelé « matchup » entre joueurs)—elles représentent souvent vos outils les plus puissants. Parfois, la constitution de la réserve peut être le facteur le plus important pour déterminer comment deux decks se comparent l’un à l’autre. Une bonne construction et utilisation de votre réserve seront primordiales pour votre succès en tournoi.

Examinons certains des choses utiles que votre réserve peut faire pour vous.

Répondre à des problèmes

 

Vous créez une réserve dans le but de pouvoir affiner votre deck pour une confrontation spécifique. Quoi de plus simple pour atteindre ce but que d’apporter les réponses parfaites aux menaces de votre adversaire ?

Un exemple classique d’une carte de réserve est une carte qui détruit les artefacts et/ou des enchantements. À l’exception de cas extrêmes, les joueurs ne choisissent pas d’inclure dans leur deck principal des cartes telles que le Détissage de l'Æther, car ils craignent que ces cartes seront mortes— inutiles—contre certains adversaires. Il est cependant agréable d’avoir accès au Détissage de l'Æther dans votre réserve pour les cas où vous êtes face à un deck qui se fie tout particulièrement à Thassa, déesse de la Mer, à l'Ascendance jeskaï ou à tout autre enchantement ou artefact imaginable.

De même, si votre adversaire dispose de nombreux planeswalkers, vous voudrez peut-être inclure plus de réponses aux planeswalkers à votre réserve. Si votre adversaire essaie de gagner par un essaim de créatures bon marché, vous voudrez peut-être des nettoyeurs de plateau tel que Mettre fin aux hostilités. S’il utilise une poignée de créatures puissantes, vous voudrez plutôt des suppresseurs ponctuels tel que l’Entaille meurtrière.

Votre réserve vous permet de trouver l’outil parfait pour n’importe quel job. Le jeu de la première partie devrait vous montrer exactement ce qu’est ce « job » dans chaque cas particulier.

Ajouter des menaces

 

 

À l’inverse, vous pouvez aussi utiliser votre réserve pour trouver une nouvelle menace qui causera des problèmes à votre adversaire. Vous pouvez vous y prendre de différentes manières.

Premièrement, vous pouvez simplement ajouter plus de menaces pour essayer de surcharger les réponses de votre adversaire. Imaginez par exemple que vous êtes face à un deck Contrôle qui ne contient que très peu de créatures. Lors de la gestion de la réserve, vous pouvez retirer une partie de vos anti-créatures inefficaces, et augmenter votre concentration de menaces qui, elles, vont s’avérer très utiles.

Il se peut aussi que vous n’apportiez que des améliorations mineures à vos menaces existantes. Contre un deck avec des tonnes d’anti-créatures, vous pourriez échanger une de vos créatures à deux manas contre un Eidôlon de la Grande célébration et au moins infliger deux blessures lors de l’échange inévitable. Si votre adversaire a trop de bloqueurs pour vos créatures terrestres, le Maraudeur de Mogis peut s’avérer être une amélioration appréciée pour infliger un peu plus de blessures. Après tout, la réserve sert à perfectionner votre deck pour la confrontation, et quelques améliorations mineures peuvent y contribuer grandement.

Par contre, la plupart du temps, vous construisez votre réserve dans le but de diversifier vos menaces. Le but est toujours d’ajouter une menace à laquelle votre adversaire ne peut pas répondre efficacement. Et plus vous avez d’angles d’attaque différents, meilleures sont vos chances d’y parvenir. Quand je construis un deck de créatures vertes, une de mes cartes de réserve préférées est Nissa, éveilleuse de mondes. Si mon adversaire est bien équipé pour combattre mes créatures (Mettre fin aux hostilités est une carte qui me pose souvent des problèmes), un planeswalker tel que Nissa est le moyen parfait de le prendre au dépourvu.

En règle générale, les planeswalkers et d’autres menaces non-créatures ont tendance à être de bonnes cartes de réserve contre des decks lents.

Les cartes « haineuses »

 

Au bon vieux temps, la construction de la réserve était simple. Des cartes comme celles ci-dessus pouvaient complètement nettoyer des decks d’une couleur particulière. Aujourd’hui, les choses ne sont plus aussi extrêmes, mais il est toujours utile de chercher les cartes « haineuses »— des cartes uniques qui sont extrêmement efficaces pour battre (« haïr ») un deck, une couleur, une stratégie ou un deck particulier.

Un principe de base est : plus une stratégie est extrême, plus il va être facile d’avoir une réserve pour la contrer. Voici un bon exemple du Pro Tour le plus récent.

Deck combo Ascendance jeskaï de Lee Shi Tian

De nombreuses cartes dans le deck de Lee Shi Tian peuvent paraître étranges et pour de bonnes raisons. C’est ce qu’on appelle un deck combo (combinaison). De tels decks ne s’intéressent pas à jouer une partie de Magic fair-play et serrée. Ils cherchent plutôt à mettre en place un état de jeu où ils peuvent faire quelque chose de très puissant—qui gagne en général la partie. On peut presque le voir comme s’ils exploitaient une faille dans le jeu, sauf que c’est une stratégie complètement légale et valide.

Le deck de Lee Shi Tian est construit autour de l’Ascendance jeskaï. En plus d’un certain nombre d’autres interactions puissantes, il allait essayer d’assembler l’Ascendance jeskaï, l’Hélice de rétractation et la Bourse du corrupteur. Il lancerait alors l’Hélice de rétractation sur une créature—par exemple la Mystique tintegriffe—l’engagerait pour faire revenir la Bourse du corrupteur dans sa main, lancerait la Bourse du corrupteur pour zéro mana, dégagerait sa mystique avec l’Ascendance jeskaï et répèterait ensuite le processus jusqu’à ce que sa Mystique tintegriffe ait +1 000/+1 000 de l’Ascendance jeskaï, pour ensuite attaquer et remporter la victoire.

Ceci est une combo extrêmement puissante qui est souvent capable de gagner la partie au troisième ou quatrième tour. L’inconvénient (et il semble qu’il y en ait toujours un) est que le jeu a tendance à mal fonctionner dans des parties avec réserve. Même une carte aussi simple que l’Effacement ou le Détissage de l'Æther pourrait détruire l’Ascendance jeskaï, et le deck ne fonctionne alors plus correctement. Dans ce cas, l’Effacement joue le rôle d’une carte « haineuse »— une carte singulière avec une capacité foudroyante qui peut changer l’issue de la partie à elle seule.

 

 

Il y a aussi certains joueurs qui choisiront de jouer des decks de bestioles qui sont extrêmement rapides et brutaux. Ces decks ont tendance à très bien fonctionner lors de la première partie, mais, comme toutes les stratégies extrêmes, ils tombent parfois sur une carte— comme la Fureur des dieux— qui peut démanteler toute la stratégie. La Souillure spirituelle est une carte « haineuse » envers tout deck qui repose sur une carte unique, et Tormod's Crypt est une carte « haineuse » emblématique envers tout deck qui veut tirer avantage du cimetière.

À chaque fois que vous vous retrouvez avec une place à remplir dans votre réserve, identifier et jouer avec des cartes « haineuses » contre un deck populaire est un parfait moyen pour augmenter vos chances dans un tournoi. Elles vous donnent la capacité de retourner une confrontation en votre faveur pour le prix très raisonnable de seulement une ou deux ouvertures dans votre réserve.

Réserves de transformation

L’élément le plus intéressant sur l’échange fait avec la réserve est qu’il est exécuté en secret. La plupart du temps votre adversaire ne connaîtra même pas les cartes dans votre réserve, et encore moins celles que vous choisissez d’apporter à la deuxième partie. Cela veut dire que vous avez de temps en temps la possibilité de complètement surprendre un adversaire en utilisant une stratégie à laquelle il ne s’attendait pas venant de vous.

Un exemple simple serait un deck Contrôle avec très peu de créatures dans le deck principal. Si votre adversaire sort une grande partie de ses anti-créatures de sa réserve alors que vous faites venir de la vôtre des créatures menaçantes, vous pouvez alors peut-être voler une victoire facile.

Maintenant, inspectez de près le Deck combo Ascendance jeskaï de Lee Shi Tian ci-dessus : il avait un plan malin pour vaincre les cartes « haineuses » des réserves de ses adversaires. Si on faisait entrer de nombreuses cartes trop pointues comme l’Effacement et la Souillure spirituelle, il allait se transformer en deck de créatures pour esquiver ces cartes « haineuses » et tirer avantage du deck dilué de son adversaire. Il allait simplement le prendre au dépourvu avec un monstre géant—Lamepoing sauvage ou Polukranos, World Eater—et rafler la partie.

Les réserves de transformation peuvent être amusantes et impressionnantes quand elles fonctionnent, mais je les recommande uniquement comme manœuvre de la dernière chance, quand plus rien d’autre ne fonctionne. Après tout, la construction de la réserve devrait servir à perfectionner votre deck, pas à essayer maladroitement d’utiliser deux stratégies incompatibles en même temps.

Comment construire votre réserve

La construction de votre réserve est une tache aussi ambitieuse et importante que la construction de votre deck principal. Mon expérience montre cependant qu’on y accorde en général qu’une petite fraction de l’attention qu’elle mérite.

La méthode éléphant

Il peut s’avérer difficile de bien cibler les 15 cartes parfaites. Une façon de commencer est d’utiliser la méthode éléphant.. Le constructeur de deck légendaire et le membre du temple de la renommée du Pro Tour Zvi Mowshowitz explique cette méthode comme suit :

« Noter des listes idéales réalistes de toutes les confrontations, puis essayer de faire tenir les cartes de ces listes en 75 cartes avant de se décider lesquelles formeront les 60 cartes du deck principal, et lesquelles seront les 15 pour la réserve. »

Quand vous utilisez la méthode éléphant, vous considérez votre deck comme une unité de cartes complète de 75 cartes. Vous vous faites une idée de l‘aspect de votre deck après avoir pris en compte la composition de la réserve dans l’optique de chaque confrontation que vous pensez affronter—vous vous assurez d’avoir le bon nombre de cartes à faire entrer et sortir pour chaque confrontation—et vous construisez votre deck et votre réserve en conséquence. Pour résumer, vous regardez la situation dans son ensemble et pour cet ensemble, votre réserve est aussi importante que votre deck principal.

N’abusez pas de la réserve

Un piège connu qu’il faut éviter, c’est de trop utiliser la réserve. Il est dangereux d’ajouter tellement de cartes depuis la réserve que vous sabotez le plan de jeu d’origine de votre deck. Lors de l’échange avec la réserve, continuez à surveiller attentivement votre compte de créatures, votre courbe de mana et d’autres détails importants de la composition de votre deck.

Par exemple, si vous jouez un deck Agro, vous pouvez avoir des problèmes si vous échangez six créatures contre six cartes de réponse. Vous risquez de perdre une trop grande partie du potentiel qui vous a fait initialement choisir ce deck !

De même, si vous jouez un deck Contrôle contre un deck Agro rapide, vous pourriez ne pas être impressionné par un sort de pioche lent tel que l’Ingéniosité de Jace. Évidemment, l’Ingéniosité de Jace n’est pas une de vos « meilleures cartes » dans la confrontation, mais vous devez maintenir une certaine densité de cartes puissantes de fin de partie, sinon vous ne pourrez peut-être plus la gagner. J’ai souvent fait l’erreur de faire venir trop de sorts anti-créatures bon marché de la réserve pour me retrouver avec trop de mana et perdre le jeu sur le long terme, alors que c’était censé être la force de mon deck.

Entraînez-vous avec des réserves

Parfois, la confrontation entre deux decks après l’échange avec la réserve n’a quasiment aucune ressemblance avec leur confrontation de la première partie. Quand cela est le cas, vous allez vouloir le savoir à l’avance plutôt que de subir l’épreuve du feu en plein tournoi.

Comme pour la plupart des principes qui concernent Magic, il n’y a pas de recette secrète pour construire une réserve parfaite. La clé est simplement de lui apporter l’attention qu’elle mérite plutôt que de l’assembler à la va-vite le matin du tournoi. En ce qui me concerne, lors des dernières étapes de préparation pour un tournoi, j’aime jouer quasiment toutes mes parties d’entraînement avec les réserves. Si vous vous préparez pour un tournoi et que vous jouez sans réserve, ou si vous ne la voyez que comme un accessoire, je vous conseille de repenser votre processus pour lui donner plus d’importance. Un petit effort investit pour votre réserve vous apportera de gros résultats.

Latest Level One Articles

Level One

October 5, 2015

Level One: The Full Course by, Wizards of the Coast

Professor Reid Duke has dismissed class. Level One is on hiatus, as Duke has paved his way through his entire syllabus to show you how to get better at Magic. However, we know not everyo...

Learn More

LEVEL ONE

September 28, 2015

Becoming a Better Player by, Reid Duke

This will be the final article that I write for Level One. For the time being, the column will be going on hiatus. Over fourteen months, I've tried my best to build a complete, self-conta...

Learn More

Articles

Articles

Level One Archive

Consult the archives for more articles!

See All

We use cookies on this site to personalize content and ads, provide social media features and analyze web traffic. By clicking YES, you are consenting for us to set cookies. (Learn more about cookies)

No, I want to find out more