Les Mulligans

Posted in Level One on December 8, 2015

By Reid Duke

Over the span of the last nineteen years, since he was five years old, Reid has been a player, a deck builder, a collector, and a lover of the Magic world. Today, he’s a full-time professional Magic player and writer.

Dans cette rubrique, Reid Duke explique les principes de base de Magic. Ces articles ont été publiés l’an passé en VO et sont maintenant disponibles en français pour votre plus grand plaisir! 


Déclarer ou non un mulligan peut faire partie des décisions les plus complexes et les plus importantes d’une partie de Magic.

Un deck de Magic peut offrir des millions de mains d’ouverture différentes, et votre première poignée d’étapes de pioche ajoute un nombre de possibilités comparable. Il est impossible de penser à toutes les mains de six cartes possibles que vous pouvez recevoir si vous déclarez un mulligan, ou encore aux conséquences possibles des pioches que vous pourriez avoir si vous gardez votre main. Ajoutez à cela le fait qu’en tant que joueur de Magic, vous allez jouer avec différents decks, dans des formats différents contre des adversaires différents et vous n’allez donc jamais être confronté deux fois à la même décision de mulligan.

En d’autres mots, les mulligans ne sont pas une science exacte. Quelqu’un vous dira peut-être que vous devriez déclarer un mulligan, mais sous des conditions normales il leur sera impossible de vous le prouver. À la place, nous devons nous fier à notre instinct, ainsi qu’à une poignée de lignes directrices utiles pour prendre nos décisions.

Même des joueurs de niveau mondial peuvent avoir des opinions divergentes au sujet d’une question de mulligan serrée. Peu importe que vous déclariez un mulligan un peu plus ou moins souvent, tant que vous resterez dans le domaine « raisonnable » du spectre, vous ne vous débrouillerez pas trop mal.

Déclarer un mulligan veut dire remélanger votre deck avec les cartes de votre main au début de la partie, et piocher une nouvelle main avec une carte en moins. Certains joueurs utilisent des règles maison qui permettent un ou plusieurs mulligans « gratuits », mais ce n’est jamais le cas lors de tournois. Si vous jouez pour vous amuser et que des mulligans gratuits vous rendent l’expérience plus agréable à vous et à vos adversaires, alors n’hésitez pas à jouer de cette façon. Si vous voulez par contre participer à des tournois, je vous conseille de jouer avec les règles de mulligan de tournoi, même si ce n’est que pour vous entraîner. Les mulligans sont un élément important du jeu.

Même si les deux joueurs déclarent un mulligan, vous devriez débuter la partie avec six cartes chacun. Bien que la pioche d’une carte supplémentaire par les deux joueurs puisse sembler être équitable, un mulligan affecte différents decks de manière différente et aura des conséquences différentes si vous êtes le premier à jouer ou celui qui piochera une carte. Lors d’un tournoi, quand un adversaire propose un mulligan gratuit, vous ne devriez jamais l’accepter.

Stratégie de mulligan de base

Ce que je vais dire peut sembler évident, mais il s’agit là d’un point absolument essentiel qui est au centre de la stratégie de mulligan.

Débuter le jeu avec moins de cartes, c’est mal.

Déclarer un mulligan est plus qu’un désagrément ou un inconvénient, c’est un désavantage et non des moindres. Nous nous démenons tellement pour gagner un/le card advantage, et en déclarant un mulligan on en offre un gratuitement à l’adversaire !

Ce n’est pas irréaliste de gagner en commençant avec six cartes, mais c’est sensiblement moins probable qu’en commençant avec sept. Le problème, c’est que vos chances de gagner sont aussi amoindries si vous gardez une mauvaise main d’ouverture.

Alors, n’ayez pas non plus peur de déclarer un mulligan ! À chaque fois que vous n’êtes pas content de votre main d’ouverture, considérez-le pour ce que c’est : un choix entre deux options indésirables. Essayez simplement de garder la tête froide et de prendre la décision qui semble vous offrir la meilleure chance de remporter la partie.

Les décisions de mulligan sont un défi. Elles dépendent grandement de l’instinct et des subtilités dans la façon dont deux decks se comparent. À cause de tout cela, il est important d’avoir une stratégie de base quand vous ne disposez pas du niveau d’expérience (soit en général, soit avec un deck spécifique) requis pour prendre une décision. Je recommande la « Stratégie des deux à cinq terrains », qui est exactement ce qu’elle semble être…

Gardez votre main si vous avez entre deux et cinq terrains. Déclarez un mulligan si vous avez zéro, un, six ou sept terrains.

C’est la stratégie que je conseille aux joueurs qui commencent à apprendre Magic, mais ce n’est pas très loin de la façon dont je prends moi-même mes décisions de mulligan. J’estime que cette stratégie vous conduit à la bonne décision dans environ 90 % des cas. Et même si ce n’est pas le cas, vous ne faites alors en général qu’une très petite erreur.*

Les mulligans en Limité

Comparées au construit, les parties en Limité sont plus serrées, durent plus longtemps et se jouent avec de plus petites marges. Ce sont exactement les circonstances qui font que le mulligan est bien plus douloureux. En format Limité, essayez de ne déclarer que rarement un mulligan.

Les questions que vous devez vous poser sur votre main d’ouverture incluent : « Ai-je toutes mes couleurs de mana ? » et « Ai-je quelque chose à jouer dans les trois premiers tours de la partie ? »

Vous devriez être un petit peu plus ouvert à déclarer un mulligan si votre deck est très rapide. Dans ce cas, vous voulez vraiment avoir une créature bon marché dans votre main d’ouverture, afin de pouvoir profiter de votre avantage en début de partie. De l’autre côté, si le deck de votre adversaire est très rapide, vous pouvez considérer déclarer un mulligan avec une main très lente pour ne pas trop prendre de retard. Malgré cela, vous ne devriez toujours pas déclarer de mulligan avec une main solide de trois terrains et quatre sorts en Limité, peu importe les circonstances, ou presque.

Les mulligans en Construit

Le format Construit est l’endroit où vous voulez remettre en question la « Stratégie des deux à cinq terrains » car les parties sont plus rapides, les decks plus puissants, et vous êtes puni plus rapidement pour avoir gardé une main en dessous de la moyenne. Vos décisions de mulligan seront aussi très différentes dépendamment du type de deck que vous jouez et contre lequel vous jouez.

Les decks agro

Tout comme pour le Limité, la présence d’un deck rapide devrait rendre les deux joueurs plus enclins à déclarer un mulligan. Par exemple, si vous jouez avec un deck rouge de bestioles qui a pour but de déverser des blessures aussi rapidement que possible, alors vos chances de gagner vont décroître sensiblement si vous n’avez pas de créature à jouer durant les deux premiers tours de la partie. Quelque chose comme quatre montagnes et trois sorts de brûlure constitue une main pour laquelle vous devriez sérieusement considérer un mulligan.

Les decks Contrôle

Les decks contrôle sont à l’opposé du spectre. Comme vous n’avez pas de plan dévastateur à mettre en œuvre en début de partie, il n’y a pas grand-chose en particulier que vous vouliez voir dans votre main d’ouverture. De plus, votre stratégie est basée sur le card advantage, et commencer avec une carte en moins lui nuit gravement. Les joueurs Contrôle ne devraient que rarement déclarer de mulligan, à moins qu’ils n’aient pas assez de terrains, ou qu’ils jouent contre un deck rapide et qu’ils aient désespérément besoin d’une défense en début de partie.

Les decks midrange

Les decks midrange sont plus proches des decks contrôle que des agros en ce qui concerne les décisions de mulligan. Cependant, une différence clé est qu’un deck midrange a probablement quelques cartes qui seront parfaites dans un affrontement spécifique et quelques-unes qui seront inutiles (la Saisie des pensées est géniale contre le contrôle mais faiblarde contre un agro rouge, alors que pour le Fléau biliaire c’est exactement l’inverse). Si vous ne savez pas avec quel deck votre adversaire joue, vous ne devriez que rarement déclarer un mulligan. Si vous le savez, alors vous aurez un peu plus de flexibilité pour chercher vos meilleures cartes. Vous pouvez clairement déclarer un mulligan avec une main qui contient trois sorts d’anti-créature contre un joueur de contrôle qui n’a presque pas de créatures.

Les decks linéaires

Rappelez-vous que les decks linéairessont les plus extrêmes, se concentrant de façon implacable sur leur plan de jeu. Ils se fient souvent à une seule carte ou combinaison de cartes, et ils peuvent être très rapides et puissants. Les decks linéaires font s’effondrer la « stratégie des deux à cinq terrains », aussi bien en ce qui concerne le jeu avec eux que contre eux. Prenons le blanc-bleu (WU) héroïque comme exemple :

Héroïque WU de Tom Ross

Héroïque blanc-bleu ne se joue pas exactement comme un deck de Magic normal. Plutôt que d’essayer de gagner à la loyale, il veut vaincre rapidement en contournant de nombreuses mesures défensives habituelles que ses adversaires risquent d’employer. Il essaye de se fier à une créature héroïque et de la cibler à répétition avec des effets qui la rendent énorme et imblocable, tout en gardant des sorts de protection comme À la grâce des dieux pour protéger la créature contre des sorts d’anti-créature.

Héroïque blanc-bleu excelle dans l’emploi de ce plan spécifique, mais ne brille nulle part ailleurs. Si votre main d’ouverture ne se prête pas à votre plan de jeu, vous devriez déclarer un mulligan.

Cette main comporte les deux couleurs de mana et un bon mélange de terrains et de sorts, mais ce n’est pas ce que vous recherchez en tant que joueur Héroïque WU. Vous êtes déjà incapable d’atteindre votre premier objectif qui consiste à mettre une créature héroïque en jeu. De plus, vous n’avez pas de sort de protection, alors même si vous êtes assez chanceux pour piocher une créature, on peut vous plomber avec un seul sort d’anti-créature. Votre but est d’être rapide : vous excellez dans l’exploitation d’un avantage en début de partie mais pas du tout à revenir dans la partie quand vous avez pris du retard. Vous n’avez donc pas le temps d’attendre et de rectifier une mauvaise main par la pioche. Vos chances de remporter la partie sont franchement plus élevées avec une bonne main à six cartes qu’avec celle-là, et vous devriez donc déclarer un mulligan.

Assumons maintenant que vous jouiez un Midrange Abzan contre Héroïque WU.

Abzan de Paul Cheon —Top 8, GP Denver

Vouloir faire une course aux blessures contre Héroïque WU est cause perdue, tout comme d’essayer de vous défendre en bloquant. Votre objectif est plutôt de verrouiller la partie en tuant la créature héroïque, ou de la faire disparaître grâce à une Saisie des pensées. La Saisie des pensées est votre meilleure carte, et vos sorts d’anti-créature la suivent de près.

Imaginez de voir cette main d’ouverture. Vous êtes à la pioche, et vous savez déjà que votre adversaire joue Héroïque WU.

Cette main ne contient aucune de vos meilleures cartes ! Si votre adversaire tient une bonne main, alors vous serez déjà probablement dans de sales draps au moment de lancer Lire dans les os. Vous pourriez l’utiliser pour trouver un sort d’anti-créature, mais il est très peu probable que vous battiez un seul À la grâce des dieux, et encore moins plusieurs. Vous devriez déclarer un mulligan, en vous attendant à quelque chose de mieux avec six cartes.

Cartes clé

Il y a certains decks et certains affrontements dans lesquels une carte unique prend une importance démesurée. La Saisie des pensées face à Héroïque WU correspond à cette description, mais l’Ascendance jeskaï dans le deck combo Ascendance jeskaï et la Fureur des dieux contre un deck agro mono-rouge sont des exemples encore plus frappants.

Quand vous avez une carte dont la présence affecte vos chances de remporter la victoire de façon démesurée, cela devrait influencer vos décisions de mulligan. Si vous affrontez Héroïque WU avec une main un peu limite sans la Saisie des pensées, alors vous pouvez déclarer un mulligan sans hésiter, car n’importe quelle main à six cartes avec la Saisie des pensées risque d’être meilleure. À l’inverse, vous pourriez même risquer une main à un seul terrain avec deux Saisie des pensées à cause de la force de cette carte dans cet affrontement.

Déclarer des mulligans en dessous de six

L’importance de perdre une carte s’aggrave avec la diminution des cartes. Des mulligans au-delà du premier sont très coûteux et devraient être évités presque à tout prix.

En gros, si vous regardez votre main après un ou plusieurs mulligans et que vous voyez un moyen réaliste de remporter la partie, vous devriez la garder.

Par exemple, en Paquet scellé vous devriez garder une main à six terrains de six cartes après un mulligan, du moment que toutes vos couleurs sont représentées. Les chances que vos cinq premières pioches puissent vous aider sont meilleures que les chances qu’un nouveau mulligan vous apporte exactement la main parfaite de cinq cartes que vous cherchez. (Vous espérez probablement piocher trois terrains dans toutes vos couleurs et deux sorts relativement bon marché—c’est beaucoup espérer !)

Bien sûr, si votre main à six cartes ne contient aucun terrain, ou si elle ne présente aucune chance de vaincre pour une autre raison, vous serez obligé de déclarer un mulligan à cinq. Passer en dessous de cinq équivaut au baiser de la mort, et vous devriez garder à peu près n’importe quelle main de cinq cartes qui contient au moins un terrain.

Il faut juste vous souvenir de baisser vos attentes dès que le nombre de cartes se réduit. Prenez ceci également en compte en tant que risque de déclarer un mulligan avec votre main de sept cartes. Et si votre main de six cartes était mauvaise et que vous étiez obligé de passer à cinq cartes, voire moins ?

Il n’y a pas de réponse facile à une question de mulligan difficile. Des facteurs très divers peuvent affecter votre décision, et il y a un nombre incalculable de façons dont une partie pourrait se dérouler dans les deux cas.

Cependant, malgré les complexités de fond, chaque décision de mulligan revient finalement à une question simple : vos chances de gagner sont-elles meilleures avec un mulligan ou en gardant votre main ? Parfois, vous ressentez de la frustration face aux mulligans précédents, ou il se peut que vous craigniez l’embarras si vous gardez une main risquée et que vous perdiez. Si vous pouvez éliminer ces facteurs de l’équation, vous allez mieux vous en tirer. Comme tout dans Magic, ce que vous avez de mieux à faire est de rester tranquille et considérer vos décisions de mulligan en gardant la tête froide.


*À des niveaux de compétition élevés, surtout en Construit vous devriez être un peu plus enclin de déclarer un mulligan que la « stratégie des deux à cinq terrains » vous l’indique. Ceci contribue à la stigmatisation qui stipule : garder une main limite est un signe d’un joueur faible et déclarer un mulligan pour une main limite est au contraire le signe d’un joueur fort. Il y a cependant aussi un énorme risque à déclarer trop de mulligans. Pour plus d’informations sur le sujet, je vous propose de lire « Reasons to Keep Keeping ».

Latest Level One Articles

Level One

October 5, 2015

Level One: The Full Course by, Wizards of the Coast

Professor Reid Duke has dismissed class. Level One is on hiatus, as Duke has paved his way through his entire syllabus to show you how to get better at Magic. However, we know not everyo...

Learn More

LEVEL ONE

September 28, 2015

Becoming a Better Player by, Reid Duke

This will be the final article that I write for Level One. For the time being, the column will be going on hiatus. Over fourteen months, I've tried my best to build a complete, self-conta...

Learn More

Articles

Articles

Level One Archive

Consult the archives for more articles!

See All

We use cookies on this site to personalize content and ads, provide social media features and analyze web traffic. By clicking YES, you are consenting for us to set cookies. (Learn more about cookies)

No, I want to find out more