61

Posted in Beyond the Basics on 9 Février 2017

By Gavin Verhey

When Gavin Verhey was eleven, he dreamt of a job making Magic cards—and now as a Magic designer, he's living his dream! Gavin has been writing about Magic since 2005.

C’est toujours une tentation.

Vous construisez un deck et il y a tellement de cartes merveilleuses que vous voulez jouer. Vous essayez de réduire le choix aux meilleures options mais plus vous avancez dans votre processus décisionnaire, plus cela devient difficile. Vous décidez même de supprimer un terrain, possiblement contre votre gré, mais cela ne suffit toujours pas.

Et c’est alors que ça arrive. Une petite idée innocente vous traverse l’esprit : « Peut-être devrais-je simplement jouer plus de 60 (ou 40) cartes ».

Je l’ai déjà fait. Vous aussi, vous l’avez probablement déjà fait. Et quel mal cela ferait-il ? Ça ne fera probablement aucune différence.

… Pas vrai ?

Ne Bougez Plus.

Ce que vous voulez faire est dangereux. Ça n’en a peut-être pas l’air, mais vous êtes activement en train de diminuer vos chances de victoire en ne réduisant pas la sélection de vos cartes.

Si vous regardez tous les decks de tournoi qui ont eu du succès depuis les débuts du jeu, sauf à de très, très, très rares exceptions, ils contiennent tous exactement 60 cartes. Et c’est la même chose pour les decks en Limité et 40 cartes.

Pourquoi ? Pourquoi en est-il ainsi ? Et peut-il y avoir des situations qui demandent de transgresser cette règle ?

C’est ce que nous allons examiner aujourd’hui.

Question de probabilité

Débarrassez-vous de cette 61ème carte.

Pourquoi ? Analysons la situation.

Vous pouvez jouer avec autant de cartes que vous voulez dans un deck de Magic. Alors, pourquoi les gens ne jouent-ils en général pas plus que le minimum ? Après tout, en jouer plus vous donne accès à d’autres cartes et peut vous éviter de vider votre bibliothèque en dernière extrémité.

Tout est une question de qualité de cartes.

Chaque deck va contenir quelques cartes que vous aurez plus envie de piocher que d’autres — vos « meilleures » cartes. Des cartes comme l’Esprit dévoué, le Sinistre écorcheur et la Foudre. Elles sont en général plus puissantes que les cartes que vous utilisez pour compléter votre deck.

En Limité, l’écart est encore plus prononcé. Il y a une énorme différence entre votre bombe rare comme la Carcasse mécanique délétère et un Courtier sans foi ni loi qui peut certainement trouver sa place dans votre deck, mais sans plus.

En jouant plus que le nombre minimum de cartes, vous réduisez vos chances, si infimes soient-elles, de piocher vos cartes les plus puissantes aussi souvent que possible.

Par définition, la 61ème carte va être moins bonne que les cartes qui l’ont précédée lors de la construction de votre deck. Sinon vous l’auriez incluse plus tôt !

Voici comment voir les choses. Prenez la version de 60 cartes de votre deck. Mélangez-le. Puis placez la 61ème carte sur le dessus. Cette carte rend moins probable le fait que vous alliez piocher tout ce qui se trouve en dessous d’elle — c’est à dire des cartes que vous préfèreriez piocher (et n’essayez pas de ruser pour contourner cet exemple en disant que cette 61ème carte est un terrain ou une carte à un mana, ça ne marche pas non plus).

À chaque étape de pioche vous prenez un petit risque de piocher quelque chose de plus faible que les cartes les plus puissantes de votre deck.

D’accord, mais si…

Au cours de mes seize ans de joueur de Magic j’ai vu un grand éventail de justifications pour inclure 61 (ou 41) cartes. Dans plusieurs cas j’étais celui qui avançait cet argument — je me rappelle d’un certain long voyage en voiture durant lequel j’ai essayé de convaincre les autres passagers qu’on devrait jouer avec 41 cartes si notre deck contenait assez d’exemplaires du Hersage.

Plutôt douteux, je sais.

Nous sommes tous passés par là. Et, de façon équivoque, j’ai vu presque toutes ces argumentations, que ce soient les miennes ou celles de quelqu’un d’autre, échouer lamentablement dès qu’on les examinait de plus près.

« Ma 61ème carte pioche une carte, et c’est donc la même chose que de jouer avec 60 cartes, sauf que j’ai un sort en plus. »

Eh bien, pas vraiment. Pour commencer, ce qui est encore mieux que de jouer 61 cartes avec une carte qui fait fonctionner votre deck comme s’il en contenait 60, c’est de jouer 60 cartes avec une carte qui fait fonctionner votre deck comme s’il en contenait 59. Si vous voulez traverser tout votre deck pour trouver vos meilleures cartes, alors la meilleure façon de procéder n’est certainement pas de jouer des cartes supplémentaires.

Deuxièmement, l’argument s’écroule quand on prend en considération des facteurs comme les décisions de mulligan. Si votre carte Visions de l'au-delà est dans votre main d’ouverture à la place de la carte qui se trouve en dessous, alors vos chances de bien juger votre pioche sont moins bonnes.

Troisièmement, leur utilisation vous coûtera malgré tout du mana et du temps (ou des points de vie, dans le cas de l’Apparition des rues). Ce ne sera pas toujours la carte qui se trouve en dessous. Si c’est ce que vous vouliez, alors vous auriez simplement dû jouer avec moins de cartes.

« Je vais jouer un terrain en tant que 61ème carte, comme ça j’aurai la proportion parfaite entre terrains et sorts. »

Bien que votre proportion de terrains et de sorts soit peut-être plus exacte d’un point de vue mathématique, vous réduisez quand même vos chances de piocher les meilleures cartes.

De plus, les moyens pour arriver au nombre que vous cherchez existent en abondance. Vous pouvez par exemple envisager de faire de votre 60ème carte un terrain avec une capacité activée, ce qui vous fournit quelque chose qui peut agir comme un sort et un terrain.

« Ma 61ème carte est une cible de précepteur pour le Mage des trophées, et c’est mieux de l’avoir dans mon deck pour pouvoir le trouver que de ne pas l’avoir du tout. »

C’est une double punition pour votre deck : vous jouez une carte dont vous n’aurez apparemment pas souvent besoin et vous réduisez vos chances de piocher les cartes que vous préférez. Si vous voulez vraiment inclure cette carte, alors retirez autre chose.

Le nombre de raisons pour lesquelles vous pourriez argumenter est quasiment infini — tout peut être rationnalisé.

Bien qu’il existe quelques rares exemples de decks à 61 cartes ou plus qui se sont distingués en tournoi, même ceux-ci sont discutables — et pour chacun d’entre eux, je peux vous indiquer 20 autres decks d’un archétype similaire qui ont eu du succès en jouant avec 60 cartes. Il est extrêmement peu probable, à moins que vous ne soyez Huey Jensen, que vous ayez trouvé une raison convaincante de transgresser la règle des 60 cartes.

Si vous voulez en savoir davantage sur certains des arguments répandus (et pourquoi ils sont erronés),

Patrick Chapin a écrit un excellent article sur ce sujet et vous pouvez le lire ici (ndt : en anglais).

Plutôt que de continuer à décrire les raisons de ne pas le faire, je préfère me concentrer sur les quelques cas très, très spécifiques des bonnes raisons pour lesquelles vous pouvez essayer de jouer avec plus que le minimum. Je dirais qu’il existe trois moments où cela se produit le plus souvent (sans qu’il y ait les mots « Jeu d'esprits ») :

1. Lors de tests de jeu

Oui, en effet, la première ne concerne même pas le jeu d’un deck dans un tournoi. Mais c’est un moment raisonnable pour dépasser le minimum.

Les tests de jeu devraient servir à la collecte d’informations. Si vous n’êtes pas sûr de ce que vous devriez retirer ou si vous voulez essayer quelque chose, alors jouer avec une carte supplémentaire peut être une bonne façon de récolter ces informations. Par exemple, si vous voulez essayer deux cartes différentes et collecter des données sur les deux, et que cela vous amène à 61, alors vous avez ici un moyen efficace de le faire.

Veillez simplement à réduire votre sélection à 60 quand vous partez pour votre tournoi.

2. En Limité, pour amener votre adversaire à vider son deck.

En Construit, amener votre adversaire à vider sa bibliothèque parce que vous avez joué 61 cartes ou plus n’est pas une situation réaliste. Cela a non seulement peu de chances d’arriver de nos jours, mais il est également probable que quelqu’un ait de la pioche de cartes ou des Croissance luxuriante réduisant ainsi la taille du deck dans une partie longue. C’est un point de discussion intéressant en théorie, mais pas en pratique.

Là où cela peut arriver, c’est en Limité. Je voudrais souligner que ceci n’est pas un scénario courant, et vous ne devriez donc pas simplement ajouter une carte supplémentaire à chaque deck pour vous assurer de ne pas en manquer.

Cependant, si vous avez un deck extrêmement lent ou qui construit une défense massive, alors il peut être réaliste de chercher la victoire en épuisant la bibliothèque de votre adversaire.

Il est cependant important de garder tous les facteurs en mémoire. Votre deck contient-il des cartes qui piochent pour vous ou encore, des moyens de chercher des terrains ? Dans ce cas la stratégie ne pourra pas vraiment fonctionner, à moins que vous soyez prêt à ne pas les lancer.

Le format contient-il une meule indirecte ou de la pioche de carte ciblée ? Car le cas échéant, ceci peut facilement faire dérailler votre plan.

C’est rarement une bonne chose de le faire, bien que ça le soit nettement plus souvent qu’en format Construit.

3. Parce que vous ne savez pas quoi faire

Les humains sont faillibles. Il est possible que vous ayez assemblé ce deck, et que vous ne soyez pas certain d’avoir assez d’expérience ou de simplement savoir assez bien jouer pour prendre la bonne décision. Plutôt que de risquer de couper quelque chose d’essentiel, vous jouez avec une carte de plus.

Vous pouvez procéder ainsi — du moment que vous admettez que votre deck n’en sera que moins efficace.

Vous devez être vraiment sûr que le fait de diminuer vos chances de victoire sera malgré tout préférable au retrait d’une des cartes auxquelles vous pensez. Il y a probablement quelque part un effet redondant dont vous pourriez vous passer, mais si vous n’en êtes vraiment pas certain, alors autant garder la carte supplémentaire.

Maximiser les minima

À l’époque de ma rubrique précédente, Reconstructed, pour laquelle les lecteurs m’envoyaient chaque semaine des listes de deck afin que j’en fasse la critique, je recevais sans cesse des listes avec plus de 60 cartes. C’est une épidémie beaucoup plus répandue que vous pourriez le croire — et j’espère que cet article contribuera à vous aider à éviter cet écueil.

Pour vous, joueurs dévoués de 61 cartes et plus : oui, il existe des succès retentissants que vous pouvez citer en exemple. Mais pour chaque deck Folie Banc de sable isolé à 61 cartes et chaque deck Élixir d'immortalité qui en contient 65, il y a un nombre énorme de decks similaires qui s’en sont bien sortis avec exactement 60 cartes. Le minimum est quasiment toujours le choix optimal.

À moins que vous ne jouiez le Jeu d'esprits. Dans ce cas : Bravo champion ! Continuez à vous battre pour vous amuser.

Vous avez des remarques ou des questions ? N'hésitez pas à m'envoyer un tweet, à me poser une question sur mon Tumblr, ou encore à m'envoyer un e-mail en anglais à BeyondBasicsMagic@gmail.com.

On se reparle la semaine prochaine. Éclatez-vous !

Gavin
@GavinVerhey
GavInsight

Latest Beyond the Basics Articles

BEYOND THE BASICS

20 Juillet 2017

La caresse de la Mort by, Gavin Verhey

Nous avons parcouru pas mal de chemin depuis le Basilic des halliers. Le Basilic des halliers, apparu dans Limited Edition (Alpha), avait une sorte de contact mortel embryonnaire, et o...

Learn More

BEYOND THE BASICS

13 Juillet 2017

Drafter votre réserve by, Gavin Verhey

Quand vous entendez « réserve », vous pensez probablement à des decks de 60 cartes. Vous pensez à ces heures passées, tard dans la nuit, à optimiser ces quinze cartes sacrées que vous pou...

Learn More

Articles

Articles

Beyond the Basics Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All