Abandonnez le navire !

Posted in Beyond the Basics on 23 Juin 2016

By Gavin Verhey

When Gavin Verhey was eleven, he dreamt of a job making Magic cards—and now as a Magic designer, he's living his dream! Gavin has been writing about Magic since 2005.

Vous draftez Vampires noir-rouge. Vous avez jusqu'à maintenant bien avancé dans le deck avec un tas de cartes noires et rouges.

C'est alors que vous regardez votre prochain booster. Une des cartes les plus puissantes de toute l'extension en Limité, l'Archange Avacyn, vous regarde droit dans les yeux. Que devriez-vous faire ?

Vous êtes soudainement un participant à un jeu télévisé qui se demande ce qui se trouve derrière la porte numéro deux.

Vous êtes soudainement le Docteur face à un choix qui ne lui permet de sauver qu'une planète sur deux.

Vous êtes soudainement Sarkhan au bord du précipice, se demandant s'il doit sauver Ugin ou non.

Vous êtes soudainement… un drafteur face à un choix difficile.

Vous avez créé une bifurcation dans la ligne temporelle.

Mais ce n'est pas grave. Respirez. Il existe des moyens de trouver une solution. On va pouvoir le faire fonctionner sans créer un paradoxe spatio-temporel.

Vous me suivez ? Oui ? Non ? Bien. Continuons.

Le Booster Draft est comme la vraie vie : c'est une suite de décisions qui influencent les décisions futures, les vôtres et toutes celles de ceux qui vous entourent et qui détermineront votre avenir—pour le meilleur et pour le pire.

 

Vous allez souvent rencontrer ce type de décisions qui sont à même de définir un draft. Comment savoir quand abandonner le navire ou, au contraire, tenir le cap ?

Un des éléments amusants et intrigants des drafts, c'est qu'il n'y en a jamais deux identiques. Mais ceci peut compliquer les choses car vous devez toujours prendre des décisions qui ne sont spécifiques qu'à ce draft précis. Ce qui représentait la bonne décision hier pourrait vous exploser en pleine face aujourd'hui.

Bien qu'il n'existe pas d'antisèche garantie à 100 % pour ce qu'il faut faire dans chaque draft donné, il y a heureusement quelques questions générales que vous pouvez vous poser et qui vous donneront une meilleure idée sur ce qu'il faut faire et comment mettre la chance de votre côté.

 

Quelles questions ? Je suis content que vous me la posiez, cette question…

À quoi seriez-vous prêt à renoncer ?

Quand il s'agit d'abandonner une couleur pour une autre, il est important de se demander : À quoi devrais-je renoncer ?

Disons que vous ayez commencé votre draft. Votre première sélection a été un Tempérament fougueux et la deuxième une Héritière Falkenrath. Et pour votre troisième, vous voyez cette Avacyn.

Quand vous vous posez cette question, vous pouvez probablement arriver assez rapidement à la conclusion que vous devriez sauter sur cette Avacyn.

Vous n'avez drafté que deux cartes, vous ne vous êtes pas encore engagé sur une des couleurs, et pour ma part je préfère avoir Avacyn plutôt que les deux autres cartes. Il n'y a même pas de garantie qu'au final le rouge ou le noir vont fonctionner.

Observons maintenant la situation d'un autre angle. Vous êtes solidement établi en noir-rouge avec un deck presque complet qui a de l'allure, et on vous passe Avacyn dans votre troisième booster du draft.

Bien que l'Archange Avacyn soit une carte puissante et qu'il soit un peu douloureux de la laisser passer, il n'y a en réalité aucun moyen pour vous de la jouer ici. Vous n'allez pas trouver plusieurs cartes blanches qui surpasseraient votre deck actuel au milieu du troisième booster.

Modifions maintenant légèrement la situation. À la place d'Avacyn, c'est un Aumônier de Prochelande.

Dans cette deuxième situation de troisième booster, il est assez évident que vous allez simplement laisser passer l'Aumônier. Mais revenons à la situation initiale.

Vous avez ce Tempérament fougueux et cette Héritière Falkenrath. Vous voyez l'Aumônier. Maintenant vous pourriez le sélectionner et répartir vos cartes sur les trois couleurs, et juste remettre votre décision à plus tard. Mais dans ce booster il y a aussi un Prophète fou.

Dans son ensemble, l'Aumônier est probablement une carte plus puissante. Mais si vous le sélectionnez, je dirais qu'il est très peu probable que vous finissiez par jouer toutes ces cartes dans votre deck final. L'une d'entre-elles sera une sélection « gâchée ». Si vous sélectionnez le prophète, cela voudra dire que vous allez pouvoir jouer avec lui et le Tempérament fougueux dans votre deck final—et cela contribuera aussi à vous assurer que le Tempérament soit inclus.

Vous pouvez élaborer cela pour inclure des situations qui surviendront plus tard dans le draft. En règle générale, plus vous devez abandonner de cartes pour une carte particulière, plus celle-ci doit être puissante pour être prise en considération.

Mais cela ne s'arrête pas là. En revenant au premier exemple, que faire si vous ouvrez Avacyn au début de votre deuxième booster ?

C'est ici que les choses se corsent et que tout devient très dépendant du draft spécifique. Alors voyons un autre aspect heuristique…

Signaux et coûts d'opportunité

D'accord, on n'a peut-être pas les deux expressions les plus intéressantes du monde—mais elles sont tous deux très importantes quand il vous faudra décider de la direction à prendre.

Examinons tout d'abord les signaux.

Dans un draft de Magic, le fait de signaler ne parle pas de clins d'œil, de hochements de tête ou de taper du morse sur la table, il s'agit plutôt de s'intéresser aux couleurs qu'on vous passe et que vous passez. Souvent, le fait de s'intéresser à ce qu'on vous passe et à ce que vous passez au suivant peut être tout aussi important pour votre succès de draft que la sélection d'une carte !

Voyons comment cela s'applique en pratique. Si vous prenez toutes les cartes rouges dans le premier booster, cela signifie que les personnes à votre gauche ne reçoivent pas beaucoup de cartes rouges. Par conséquent, quand ce sont elles qui vous passent les cartes, vous devriez y trouver quelques belles cartes rouges.

 

De même, si vous êtes dans le premier booster et après quatre sélections vous recevez un booster avec deux cartes noires de premier choix, alors c'est un bon indicateur que vous verrez passer plus de cartes noires dans l'avenir.

Comment cela peut-il influencer votre décision d'abandonner ou non le navire et changer en plein milieu du draft ?

Et bien, retournons maintenant à la version la plus complexe de notre exemple. Vous avez commencé avec Vampires noir-rouge tout le long du premier booster. Vous ouvrez Avacyn dans le deuxième booster. Devriez-vous la prendre ?

C'est ici que les signaux prennent toute leur importance.

Disons que vous vous souveniez qu'en passant vos cartes vous avez vu de nombreuses cartes blanches puissantes quand vous avez sélectionné vos cartes rouges et noires. Cela signifie donc que ceux à votre gauche les ont très probablement sélectionnées. Si vous prenez cette Avacyn, vous avez en réalité très peu de chances de voir de nombreuses bonnes cartes blanches qui vous aideraient à migrer vers cette couleur dans ce booster—indiquant que la sélection n'en vaut probablement pas la peine.

 

De l'autre côté (sans vraiment vouloir faire de jeu de mots au sujet d'Avacyn), si vous n'avez pas vu beaucoup de blanc venant de votre droite, alors vous avez un choix assez intéressant.

Les joueurs à votre gauche ne se sont probablement pas fortement engagés dans le blanc car vous ne leur en avez pas passé beaucoup. Si vous prenez cette Avacyn, vous allez probablement recevoir une flopée de bonnes cartes blanches avec ce booster.

Que du bon, non ? Et bien, il y a un prix à payer : si vous n'avez pas vu de nombreuses cartes blanches, c'est que quelqu'un à votre droite prévoit probablement de jouer du blanc !

Pour résumer, prendre Avacyn dans cette situation, vous récompense pour ce booster avec des cartes blanches, mais signifie que vous n'allez pas voir de nombreuses cartes blanches dans le booster trois. Cela dépend donc en grande partie de la puissance des cartes déjà disponibles dans votre deck : si vous disposez de cartes noires et rouges réellement puissantes, il vaut peut-être mieux garder le cap, mais si une des couleurs est simplement acceptable, il serait peut-être préférable de prévoir d'en abandonner une et d'engranger les récompenses blanches de ce booster.

 

Bien sûr, prendre Avacyn ne vous oblige pas à jouer blanc. Et c'est ici que surviennent les coûts d'opportunité.

Quel est ici le coût d'opportunité de prendre Avacyn ?

Le coût d'opportunité (ou « coût de renoncement ») est une expression empruntée au jargon économique et désigne la perte des gains potentiels auxquels on renonce lorsqu'on procède à un choix alternatif.

Ou, dans notre contexte, cela se traduit plus simplement par : « À quoi devez-vous renoncer en choisissant cette option ? »

Le coût d'opportunité de prendre Avacyn signifie tout simplement que vous n'allez pas sélectionner une autre carte à la place.

Prenons un exemple dans lequel il n'y a de toute façon pas d'autre carte dans ce booster que vous voudriez jouer dans votre deck noir-rouge. Et bien dans ce cas, vous devriez probablement sélectionner Avacyn, et voir si on vous passera en effet de bonnes cartes blanches. Si cela n'arrive pas, ce n'est pas grave, et si ça arrive, alors l'Archange Avacyn fait maintenant partie de votre équipe !

D'un autre côté, si le booster contient une carte très puissante pour Vampires/Folie noir-rouge—disons les Jeunes incorrigibles—alors vous allez clairement rater quelque chose pour votre deck actuel. Si la sélection d'Avacyn ne s'avère pas payante, alors vous venez de rater l'opportunité de sélectionner une carte excellente pour votre archétype. Les Jeunes incorrigibles sont probablement une des cartes les plus puissantes dans votre archétype, et je pense que je prendrais les Jeunes dans cette situation.

Pour récapituler : Pour commencer, je regarderais ce que les signaux disent et m'ont dit. Puis, avec ce contexte, je déterminerais le coût d'opportunité de sélectionner cette carte.

Bien que l'alternative puisse être tentante, le bon choix est souvent de garder le cap si le coût d'opportunité est élevé.

Êtes-vous ce que vous pensez être ?

Et je ne pose pas uniquement cette question parce que nous sommes sur Innistrad.

Pour finir, un élément très important est de constamment évaluer ce que vous avez fait et de vous assurer que ce que vous avez en tête se reflète dans votre draft.

Disons que vous commenciez par sélectionner plusieurs cartes agressives. Vous vous mettez dans l'ambiance de drafter un deck agressif. Puis quelques sorts d'anti-créatures viennent vers vous et vous les sélectionnez. Vous finissez le paquet avec quelques créatures défensives assez bonnes. Puis, dans le deuxième booster, vous avez le choix entre une créature agressive des premiers tours, comme le Loup de la hurlemeute ou une carte plus lente qui peut dominer la fin de partie, comme le Nécropode de Morkrut.

La nature humaine nous pousse à prendre la première chose à laquelle nous pensons et en laquelle nous croyons, puis de la graver dans le marbre. Mais si votre état d'esprit est toujours dans un mode agressif, il se peut que par mégarde vous ne reconnaissiez pas que votre deck n'est en fait pas du tout configuré pour être agressif ! C'est la carte plus lente qu'il vous faut.

Cela s'applique de façon similaire aux couleurs. Je ne compte plus le nombre de mes drafts où je pensais être à coup sûr dans deux couleurs—disons rouge et noir—mais en arrivant à la fin, je me suis rendu compte que je ne disposais que de six cartes noires que je voulais vraiment jouer, car j'avais fait une fixation dès le départ !

 

La leçon à retenir ici est de toujours essayer de s'assurer d’avoir réellement le type de deck dont vous pensez disposer. Il n'y a aucune raison de laisser passer cette Avacyn ici, si votre jeu noir n'est constitué que d'une carte passable.

Toutes voiles dehors

Le Draft est très facile à jouer — et pourtant il est excessivement difficile à maîtriser.

Pour savoir quand changer et vraiment abandonner le navire, vous devriez idéalement garder constamment à l'esprit tout ce que vous avez fait, en partant des signaux et jusqu'à ce que vous avez sélectionné jusqu'à présent—et c'est un vrai défi. Mais la prochaine fois que ce type de situation se présentera, repensez au draft. Pensez à votre deck. Posez-vous certaines de ces questions. Je pense que vous le trouverez au moins un petit peu plus facile—et cela vous offrira la possibilité de toujours vous améliorer avec le temps !

Si vous avez des réflexions au sujet de ces changements lors du draft, ou des exemples pour lesquels vous vous demandez si vous devriez changer ou non, je serais ravi de les entendre. Il se pourrait même que j'utilise votre situation dans un article à venir !

N'hésitez pas à me contacter sur Twitter ou Tumblr, et vous pouvez aussi me joindre par e-mail à beyondbasicsmagic@gmail.com.

À la prochaine et je vous souhaite de toujours abandonner le navire au bon moment.

À très bientôt,

Gavin

@GavinVerhey

GavInsight

Latest Beyond the Basics Articles

BEYOND THE BASICS

20 Juillet 2017

La caresse de la Mort by, Gavin Verhey

Nous avons parcouru pas mal de chemin depuis le Basilic des halliers. Le Basilic des halliers, apparu dans Limited Edition (Alpha), avait une sorte de contact mortel embryonnaire, et o...

Learn More

BEYOND THE BASICS

13 Juillet 2017

Drafter votre réserve by, Gavin Verhey

Quand vous entendez « réserve », vous pensez probablement à des decks de 60 cartes. Vous pensez à ces heures passées, tard dans la nuit, à optimiser ces quinze cartes sacrées que vous pou...

Learn More

Articles

Articles

Beyond the Basics Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All