CC quoi, le problème ?

Posted in Beyond the Basics on 12 Janvier 2017

By Gavin Verhey

When Gavin Verhey was eleven, he dreamt of a job making Magic cards—and now as a Magic designer, he's living his dream! Gavin has been writing about Magic since 2005.

Magic est un jeu de choix en cascade. Ce que vous faites en construction de deck affecte ce que vous pouvez piocher dans la partie, ce qui affecte à son tour ce que vous pouvez et ne pouvez pas lancer.

Chaque décision compte !

Pendant que vous essayez de décider quelle bifurcation suivre, face à des intersections présentant des centaines d’embranchements possibles dans ce jeu « dont vous êtes le héros », il y a parfois des chemins qui se croisent de façons insoupçonnées. Ce tournant à gauche que vous aviez pris il y a longtemps pendant votre construction de deck affecte profondément ce que vous allez pouvoir faire en ronde 4 d’un tournoi.

Aujourd’hui nous allons examiner un de ces aspects de plus près. Un aspect qu’il est facile d’ignorer ou même de ne pas enregistrer — et qui revient hanter les joueurs à de maintes reprises.

Il s’agit, chers lecteurs, de la question de lancer des sorts qui ont une grosse demande en couleurs.

C’est un don

Pour en faire la démonstration, examinons aujourd’hui une carte flamboyante de La révolte éthérique. Vous l’avez peut-être déjà vue — mais si ce n’est pas le cas, voici l’Éthérien doué !

Deux manas pour une 2/3. Lien de vie. Contact mortel. Elle a même ce délicieux type de créature éthérien et vampire. Elle présente tous les ingrédients d’un Faucon de nuit vampire.

C’est super-efficace. Vous allez vouloir la jouer en Limité, et vous devez au moins être tenté de l’envisager pour le Standard.

Mais voici ce qu’il faut savoir au sujet de cette carte. Et il faut toujours en être très conscient. Examinons le coin supérieur droit.

Si vous voulez régulièrement jouer cette carte au tour deux, cela nécessitera une bonne compréhension de la construction de deck et un dévouement important.

Il y a trois facteurs majeurs à garder en tête quand on construit avec des cartes comme l’Éthérien doué. Examinons-les.

C’est toujours la base de mana

L’élément le plus important pour pouvoir jouer des cartes telles que l’Éthérien doué est de les soutenir avec votre base de mana. Je vois cependant souvent des cartes comme notre ami éthérien et vampire ajoutées sans apporter de quelconques modifications à cette base de mana.

Si vous voulez la lancer de façon régulière au tour deux, il vous faudra de nombreuses sources.

Dans un superbe article de 2013 par le génie de Magic Frank Karsten (un article que j’utilise régulièrement comme référence), ce dernier fait les calculs. Il en conclut que pour pouvoir lancer une carte CC (un raccourci du R&D pour identifier deux manas d’une même couleur) comme l’Éthérien doué au deuxième tour dans un deck à 60 cartes avec une probabilité de 90%, il vous faut 20 sources de mana de cette couleur dans votre deck.

Réfléchissez-y un moment — 20, c’est énorme.

Disons que vous jouiez un deck à deux couleurs avec accès à huit terrains doubles. Cela signifie qu’il vous faudra toujours douze terrains de base de cette couleur pour atteindre la quantité souhaitée.

Le Limité est encore plus compliqué, et Frank conclut qu’il vous faudra quatorze sources pour atteindre ce chiffre au tour deux. Quand on pense combien il est difficile de rassembler ne serait-ce que dix terrains de base d’une couleur, quatorze c’est tout sauf réaliste.

Bien sûr, vous pouvez accepter que la régularité en prenne un coup — et les joueurs l’acceptent souvent. Il existe de bonnes raisons d’agir ainsi. Cependant, c’est surtout un bon rappel à la réalité du taux de détermination exigé par une telle carte.

Et pendant qu’on parle de négliger la régularité…

Loin de la courbe

Je peux voir la panique qui s’installe dans votre regard. L’impulsion de ne plus jamais toucher une carte qui coûte BB par crainte que le tour deux n’arrive et que vous ne puissiez pas la lancer. Vous avez déjà commencé à creuser une tombe dans le jardin pour toutes les cartes avec un coût de deux manas de couleur.

Lâchez cette pelle.

Il est important de comprendre les chiffres ci-dessus pour savoir dans quoi vous vous engagez en jouant ces cartes. La situation n’est cependant pas aussi grave qu’elle le semble.

Vous n’êtes pas obligé de jouer ces cartes sur la courbe. Imaginez que vous construisiez un deck avec quatre Éthériens doués et quatre exemplaires du Cœur de Kiran.

Eh bien, si vous avez les deux en main et que vous n’avez pas encore trouvé votre deuxième source noire, vous pouvez toujours jouer le Cœur de Kiran (et vous allez de toute façon préférer jouer le Cœur de Kiran en premier).

Souvent, le boost que vous recevez pour les symboles de mana colorés est un boost de puissance, alors une arrivée en jeu un ou deux tours plus tard peut être acceptable.

En Limité, si vous n’allez pas pouvoir jouer l’Éthérien doué au tour deux, j’hésiterais à le compter comme carte à deux manas dans votre courbe — mais il sera toujours assez puissant dans un tour suivant pour que vous puissiez probablement quand même le jouer. De plus, vous pourrez parfois le jouer au tour deux sans problème.

Une autre remarque : en allant au-delà de cartes qui ne coûtent que deux manas de couleur à lancer, plus quelque chose est cher à lancer et plus c’est réactif, moins vous avez besoin de vous en soucier.

Regardons quelques exemples.

La Carcasse mécanique de verdure nécessite deux verts — mais quand vous avez cinq manas vous les aurez souvent, à moins que la couleur ne soit qu’un accent. L’Homicide coûte 1BB à lancer, mais vous ne prévoyez pas vraiment de le lancer au tour trois, alors ce n’est vraiment pas un problème pour cette carte.

Il est toujours important de savoir pourquoi quelque chose pose un problème — puis de le prendre dans son contexte pour voir si cela est important dans chacun des cas.

Chevauchement de symboles

Un facteur auquel il faut veiller, c’est de ne pas accidentellement rendre vos sorts plus difficiles à jouer.

En prenant tout ce dont nous avons parlé en compte, disons que vous mettiez l’Éthérien doué dans votre deck en acceptant le fait que vous n’allez pas toujours le lancer à temps. Bien. Sur des bases similaires, vous ajoutez le Secoureur aérien à votre deck. D’accord, pris séparément cela ne pose pas de problème.

Chacune de ces décisions individuelles peut être acceptable. Mais ensemble elles créent une situation plutôt problématique. Vous devinez pourquoi ?

 

Voici le problème : au tour deux, vous voulez lancer l’Éthérien doué pour BB. Au tour trois, vous voulez lancer le Secoureur aérien pour 1WW. Cela commence à vraiment forcer sur votre mana ! Vous allez devoir piocher au moins un terrain double pour faire fonctionner cela, et même dans ce cas vous devez trouver le bon mélange de terrains. Vous êtes tiraillé dans deux directions différentes.

En format Limité, je jouerais normalement ces deux cartes pour leur niveau de puissance et je n’en enlèverais probablement pas une des deux. Mais si une des deux était un petit peu plus marginale et que je cherchais à en retirer, j’essaierais de n’en garder qu’une dans mon deck.

Vous devez regarder l’ensemble de ce qui se passe dans votre deck pour pouvoir évaluer quand vous pouvez prendre le risque. Certains risques peuvent être acceptables, mais chaque nouveau risque s’ajoute à ceux pris auparavant, et plus vous en prenez plus cette montagne de risques a de chances de s’écrouler.

Doublez votre succès

Il est facile en jouant une partie de ne pas piocher deux sources noires, et de simplement attribuer cette malchance à une pénurie de mana. Mais il y a une raison pour laquelle cela est arrivé — et vous en avez peut-être plus le contrôle que vous le pensez.

Construire votre deck en pensant aux coûts de lancement de vos cartes améliorera autant vos decks Construits que vos decks Limités de façons qui peuvent sembler subtiles. Laissez-vous le temps, soyez attentif et vous allez commencer à remarquer la différence… et c’est ça qui peut faire la différence entre gagner et perdre.

J’espère que vous avez apprécié cet aperçu du lancer de cartes nécessitant beaucoup de couleurs. Appliquez ces enseignements à la construction de deck dans une avant-première à votre magasin de jeux local ce weekend !

Vous avez des remarques ou des questions ? Vous pouvez toujours me joindre en m’envoyant un tweet, en me posant une question sur mon Tumblr ou en m’envoyant un e-mail en anglais à BeyondBasicsMagic@gmail.com.

On se reparle la semaine prochaine. Je vous souhaite une excellente avant-première et que tous vos Éthériens doués puissent être lancés !

Gavin
@GavinVerhey
GavInsight

Latest Beyond the Basics Articles

BEYOND THE BASICS

20 Juillet 2017

La caresse de la Mort by, Gavin Verhey

Nous avons parcouru pas mal de chemin depuis le Basilic des halliers. Le Basilic des halliers, apparu dans Limited Edition (Alpha), avait une sorte de contact mortel embryonnaire, et o...

Learn More

BEYOND THE BASICS

13 Juillet 2017

Drafter votre réserve by, Gavin Verhey

Quand vous entendez « réserve », vous pensez probablement à des decks de 60 cartes. Vous pensez à ces heures passées, tard dans la nuit, à optimiser ces quinze cartes sacrées que vous pou...

Learn More

Articles

Articles

Beyond the Basics Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All