La dernière bataille de Rhonas

Posted in Beyond the Basics on 22 Juin 2017

By Gavin Verhey

When Gavin Verhey was eleven, he dreamt of a job making Magic cards—and now as a Magic designer, he's living his dream! Gavin has been writing about Magic since 2005.

C’est désormais L’Âge de la Destruction.

Il est finalement arrivé. Il y a de nombreux mois, quand Amonkhet était annoncé, L’Âge de la Destruction était mentionné dans son sillage. Nous savions tous qu’Amonkhet allait rencontrer des problèmes. Et en effet, Nicol Bolas ne nous déçoit pas.

Le sauveur supposé d’Amonkhet laisse libre cours à sa fureur. De nombreux habitants du plan, joignant leurs forces aux meilleurs efforts des Sentinelles, essayent de le combattre pour éviter ruine et destruction.

Et il n’y a pas que les simples mortels qui s’acharnent à vouloir arrêter Bolas.

Laissez-moi revenir un peu en arrière.

Dans Amonkhet, vous avez découvert la mécanique surmener. Cette mécanique apparaissait sur des créatures, vous permettait de les empêcher de se dégager pendant un tour quand elles attaquaient, et vous offrait ainsi un effet bonus.

Surmener est de retour dans L’Âge de la Destruction — et avec quelques nouvelles variantes que nous n’avions pas utilisées dans Amonkhet. Votre éventail d’humains, de minotaures, etc. peut se surmener de plusieurs manières similaires (et quelques unes innovantes). Nous avons par exemple ajouté surmener dans les coûts de quelques capacités d’engagement. Ainsi, si votre créature fait de très gros efforts, elle peut réaliser quelque chose d’extraordinaire.

C’est très bien, mais ça ne s’arrête pas là.

Qu’arrive-t-il quand un dieu se surmène ? Ou plus précisément quand vous exploitez le pouvoir d’un dieu qui se surmène ?

Alors ?

Il y a un cycle de cinq cartes dans L’Âge de la Destruction qui fait précisément cela. Et aujourd’hui je vais vous présenter le membre vert de ce cycle. Le voici : La dernière bataille de Rhonas !

Il s’agit de cinq rituels monochromes, un pour chacun des cinq dieux que vous avez rencontrés dans Amonkhet. Ils font tous quelque chose d’incroyable et empêchent vos terrains de se dégager lors de la prochaine étape de dégagement.

En d’autres mots : ils vous surmènent.

Ils sont tous assez délirants — comme vous pouvez le constater ici avec La dernière bataille de Rhonas. Deux manas pour une 5/4 ? C’est absurde ! Il y a juste un petit inconvénient.

Et comme c’est le cas pour tous les désavantages dans Magic je commence à me demander si cela en vaut la peine… et à m’interroger sur les manières de l’exploiter pour rendre tout ceci moins douloureux. Comme il s’agit-là de cinq cartes phares de l’extension, nous allons parler aujourd’hui de certaines des façons de construire et de jouer avec ces cartes avec « auto-surmener ».

  1. Lancer sur la courbe

Voici la première question que vous devez vous poser : hors de tout contexte, ce désavantage est-il acceptable pour son effet au sein de mon deck si je le joue sur la courbe ? (Dans ce cas, au tour deux.)

Avec La dernière bataille de Rhonas, vous pouvez la sortir au tour deux et être prêt à attaquer avec une 5/4 au tour suivant. Si vous jouez un deck vert agressif, cela pourrait très bien être acceptable hors tout contexte : vous êtes prêt à faire une pause d’un tour afin de pouvoir attaquer pour cinq blessures un tour plus tôt (donc, avant que vous auriez pu le faire autrement).

Mais ce n’est pas sans risque. Un seul sort d’anti-créature ou un effet de renvoi pourrait être désastreux, annulant votre tour et faire passer le tempo en faveur de votre adversaire.

En revanche, il existe certains appariements dans lesquels vous devriez vous sentir assez en sécurité pour sortir ce sort dès le tour deux. Un deck rouge par exemple aura probablement besoin de deux sorts de brûlure pour le tuer — et dans ce cas vous prenez le dessus.

Évaluer ce à quoi votre adversaire pourrait ou ne pourrait pas avoir accès est impératif pour savoir si vous devriez lancer cette carte dès que possible ou plutôt attendre une autre occasion. À quel point votre adversaire pourra-t-il vous punir si vous prenez une pause d’un tour pour un effet très puissant ? Cela dépend de l’adversaire.

L’autre élément clé dans ce cas précis : à quoi ressemble votre tour trois ? Si votre jeu pour le tour trois est faible, voire inexistant, alors c’est un parfait moment pour La dernière bataille. Si par contre vous avez un jeu génial pour le tour trois, alors il vaudrait peut-être mieux attendre.

  1. Lancer en dehors de la courbe

Là où ces cartes ont tendance à devenir vraiment intrigantes, c’est quand vous les jouez en dehors de la courbe.

Il est facile de voir un coût de mana et de penser « Ce tour-ci, je devrais essayer de jouer cette carte dès que possible ». Mais comme nous l’avons évoqué la semaine passée, il n’est pas toujours pertinent de jouer une carte simplement parce que vous pouvez le faire.

Disons par exemple que vous avez construit un deck vert agressif ou peut-être quelque chose comme les decks Midrange noir-vert qu’on voit en Standard. Vous disposez de suffisamment d’autres cartes que vous pouvez jouer tôt pour pouvoir en jouer une au tour deux à la place de jouer La dernière bataille de Rhonas. Puis au tour cinq vous engagez deux terrains et lancez le puissant sort avec auto-surmener.

Rhonas's Last Stand
La dernière bataille de Rhonas | Illustration par Winona Nelson

Cela vous offre deux options.

Premièrement, cela signifie que vous pouvez garder trois manas ouverts pour le prochain tour. Si vous piochez quelque chose que vous pouvez lancer, cela vous laisse la possibilité de la jouer.

Alternativement, vous pouvez utiliser cet autre mana pour lancer un autre sort, exerçant davantage de pression sur votre adversaire sans vous obliger à sauter le tour trois (qui est possiblement un tour assez crucial pour un deck agressif). Sauter votre étape de dégagement au tour six peut être acceptable, vu que vous disposez déjà d’une présence sur la table et que vous ne serez probablement pas détruit par un seul sort d’anti-créature joué sur votre jeton 5/4.

Et bien-sûr, la lancer tard vous fournit un autre avantage potentiel . . .

  1. Attendre jusqu’à ce que vous manquiez d’action

Vous allez utiliser vos terrains pour lancer vos sorts… Mais si vous n’avez plus de sorts à lancer, alors la seule chose avec laquelle vous serez en compétition sera la carte du dessus de votre bibliothèque !

Partons du principe que vous videz votre main de menaces au tour quatre et qu’il ne vous reste que des terrains dans votre main. Eh bien, c’est un assez bon moment pour lancer La dernière bataille de Rhonas ! Bien sûr, vous pourriez piocher quelque chose que vous voudriez lancer sans pouvoir le faire, mais avec la plupart des decks il y a de bonnes chances que vous allez pouvoir les jouer avec les terrains qui vous restent, sinon, faire une pause d’un tour pour l’avoir lancé valait bien la peine pour obtenir votre 5/4.

En revanche, il pourrait bien s’agir ici du moment avec le moins d’impact possible pour lancer le sort, tout du moins dans ce cas-ci. Une 5/4 au tour deux est beaucoup plus impressionnante qu’une 5/4 au tour quatre. L’évaluation du bon jeu dépend donc de la situation.

  1. Briser le désavantage

Et finalement nous arrivons à ma partie préférée de toute carte avec un désavantage : comment pouvons-nous briser ce désavantage pour entièrement l’éviter ?

Une façon de contourner le fait que vos terrains ne se dégagent pas est d’utiliser de nombreuses autres sources de mana qui ne sont pas des terrains — sources qui opportunément pour cet exemple sont également présentes en vert. En jouant par exemple avec des sources de mana fiable comme la Caravane de cultivateur ou des créatures qui produisent du mana ou dégagent des terrains comme les Elfes de Llanowar, le Satyre voyageur et Hope Ten — euh, oubliez celui-là. Vous allez le voir plus tard lors de la saison des previews.

Quoi qu’il en soit, c’est certainement un des moyens de passer outre le désavantage. Mais il existe un autre gros moyen de vaincre le désavantage de ces cartes.

Avec de tels effets, vous sautez souvent votre prochaine étape de dégagement (par exemple avec Savourer l'instant). Cela signifie que si vous lancez deux Savourer l'instant le même tour, vous allez sauter vos deux prochaines étapes de dégagement.

Ce n’est cependant pas le cas ici !

Ce cycle précise simplement que les terrains que vous contrôlez ne se dégagent pas lors de votre prochaine étape de dégagement — l’étape de dégagement a toujours lieu !

Pensez-vous la même chose que moi ?

…Euh, non, ce n’est pas tout à fait ça. Mais, c’est toujours bon à savoir à votre sujet.

Ce que j’allais dire, c’est que vous pouvez lancer deux (ou plus !) de ces sorts et ne rater qu’un seul tour de dégagement de vos terrains.

Assumons donc que nous sommes au tour quatre, vous avez quatre forêts et deux de ces cartes en main. Eh bien, vous pouvez faire deux 5/4 et ne perdre qu’une étape de dégagement. Ça, c’est un sacré moyen de contournement.

Maintenant il vous suffit d’apprendre ce que font les autres cartes de ce cycle pour pouvoir toutes les réunir dans le même deck ! Il vous suffira simplement d’attendre un peu plus pour les voir (à l’exception de l’une d’entre-elles).

La bataille décisive

Alors, quelle est la meilleure façon de jouer ces cartes ? L’élément le plus important est de connaître tout ce que vous pouvez faire avec elles, puis de prendre la bonne décision au bon moment !

Je ne commencerais pas un match en ayant déjà fermement décidé de jouer La dernière bataille de Rhonas au tour deux, ou à l’opposé, d’avoir définitivement décidé d’attendre un tour ultérieur. Au tour deux vous devez évaluer la table, votre main, ainsi que votre adversaire et prendre la meilleure décision possible pour ce moment précis. Parfois vous allez prendre une grande inspiration et la jouer, alors que dans d’autres situations vous allez juste attendre. Dépendamment de la situation, chacune de ces deux décisions peut représenter le bon choix de jeu.

J’espère que vous vous trouvez maintenant dans une meilleure position pour prendre cette décision.

Avez-vous des questions ou des remarques au sujet des thèmes abordés aujourd’hui ? Faites-le moi savoir. Je suis toujours content d’avoir de vos nouvelles. Vous pouvez m’envoyer un tweet, me poser une question sur mon Tumblr, ou encore m’envoyer un E-mail (en anglais s.v.p) à BeyondBasicsMagic@Gmail.com

Je serai de retour la semaine prochaine avec quelque chose qui proclame haut et fort L’Âge de la Destruction. En attendant, amusez vous bien avec les previews …et la planification de la façon dont vous utiliserez ces cartes pour causer la perte de vos ennemis, comme le ferait Nicol Bolas.

On se reparle bientôt,

Gavin
@GavinVerhey
GavInsight

Latest Beyond the Basics Articles

BEYOND THE BASICS

20 Juillet 2017

La caresse de la Mort by, Gavin Verhey

Nous avons parcouru pas mal de chemin depuis le Basilic des halliers. Le Basilic des halliers, apparu dans Limited Edition (Alpha), avait une sorte de contact mortel embryonnaire, et o...

Learn More

BEYOND THE BASICS

13 Juillet 2017

Drafter votre réserve by, Gavin Verhey

Quand vous entendez « réserve », vous pensez probablement à des decks de 60 cartes. Vous pensez à ces heures passées, tard dans la nuit, à optimiser ces quinze cartes sacrées que vous pou...

Learn More

Articles

Articles

Beyond the Basics Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All