Parlons des rares

Posted in Beyond the Basics on 6 Juillet 2017

By Gavin Verhey

When Gavin Verhey was eleven, he dreamt of a job making Magic cards—and now as a Magic designer, he's living his dream! Gavin has been writing about Magic since 2005.

Si vous êtes un joueur de Magic qui se tient au courant (ce qui est probablement le cas si vous lisez cet article !), il y a de bonnes chances que vous allez vous rendre à l’avant-première locale de L’Âge de la Destruction ce week-end. (Et si jamais le mot « Avant-première » ne vous dit rien, je vous invite cordialement à aller voir mon Précis d’avant-première ici et d’utiliser l’outil Recherche de magasins pour trouver une avant-première près de chez vous ! L’avant-première est mon type d’événement Magic préféré — il n’y a vraiment rien de comparable.

D’accord. Vous prenez place. Vous recevez votre boîte scellée avec son look d’enfer. Et dès que le magasin agite le drapeau proverbial (ou un vrai drapeau — ce serait plutôt cool, non) pour donner le feu vert, vous ouvrez cette boîte et sortez rapidement les boosters qui s’y trouvent pour extraire les cartes de leur emballage.

Et qu’allez-vous faire en premier après avoir ouvert chaque booster ?

Eh bien, si vous êtes comme de très nombreux autres joueurs de Magic, alors vous allez tout de suite à l’arrière du booster pour regarder votre carte rare !

C’est une chose que nous faisons tous depuis notre toute première ouverture de boosters. Nous voulons tous savoir : « Quel est le merveilleux trésor que je viens de trouver ? »

Mais ceci se distingue du fait de simplement prendre ces cartes et de les mettre dans votre deck Standard favori. Vous allez devoir construire un deck avec ces cartes spécifiques. Et qu’arrive-t-il si vous tombez sur une carte rare géniale mais qui pourrait se révéler difficile à jouer ici ?

C’est précisément ce dont nous allons parler aujourd’hui.

En voir de toutes les couleurs

Quand vous regardez Ryan Spain — le grand spécialiste du Draft, ancien animateur de Limited Resources et boss de fin de niveau de la Ligue Paquet scellé interne de Wizards of the Coast — ouvrir sa sélection de Paquet scellé, il procède parfois d’une manière très différente de la plupart des autres joueurs.

Ryan ouvre ses boosters face cachée vers le haut, prend délibérément ses cartes rares (toujours face cachée) et les met de côté dans une pile à part.

Ensuite il commence à trier ses couleurs et à évaluer lesquelles lui semblent les plus puissantes. C’est seulement après avoir commencé à se concentrer sur certaines couleurs qu’il retourne ses cartes rares face visible et qu’il prend en considération les options qui s’offrent à lui.

Pourquoi Ryan agit-il de la sorte ?

Parce que les rares sont très séduisantes… parfois au point d’en devenir dangereuses.

Disons que vous ouvrez votre premier booster de L’Âge de la Destruction. Et vous trouvez Le Dieu-Scorpion dans ce merveilleux emplacement de carte rare.

Aucun doute, c’est génial ! Regardez comme il est puissant ! Ne serait-ce pas super de jouer avec cette carte ?

Et pendant que vous ouvrez vos autres boosters et que vous classez vos cartes, celle à laquelle votre cerveau réfléchit en tâche de fond est Le Dieu-Scorpion. Il veut que vous la jouiez. Regardez à quel point ça a l’air génial ! Et quand vous aurez fini d’ouvrir vos boosters, vous vous orientez déjà tout naturellement vers deux couleurs spécifiques.

Voici le problème : il se pourrait bien qu’aucune de ces deux couleurs soit la bonne à jouer. Mais comme vous avez débuté votre périple en regardant par la lorgnette colorée de la carte Le Dieu-Scorpion, vous allez essayer de la faire fonctionner et vous laisserez de côté d’autres couleurs plus tôt que vous auriez peut-être dû le faire — avec pour résultat de nuire potentiellement à votre deck.

C’est ici que la tactique de Ryan est différente.

Seasoned Tactician
Tacticien aguerri | Illustration par Dan Frazier

Il veut savoir quelles couleurs lui semblent préférables sans que de grandioses bombes rares ne le poussent dans une certaine direction. Et pourquoi ?

Parce qu’en Limité un deck est bien plus qu’une seule carte. Pour commencer, vous avez besoin de 40 cartes et à peu près 23 d’entre-elles ne sont pas des terrains. Mais qui plus est, votre deck doit fonctionner dans son ensemble et posséder un plan de jeu — non pas être quelque chose qu’on s’efforce de faire fonctionner parce qu’on veut jouer une carte rare spécifique.

J’ai vu de très nombreuses sélections de Paquet scellé dans lesquelles des joueurs ont fait l’impasse sur d’excellentes communes ou peu communes dans une couleur pour une rare puissante et un tas de cartes médiocres dans une autre couleur. Et en général, c’est la mauvaise décision.

Ne vous détrompez pas, Ryan prend très certainement ses rares en considération. Il ne va pas simplement construire son deck, puis retourner ses rares à l’aveuglette, et s’il voit qu’il a ouvert deux exemplaires de l’Annonciateur de gloire (Encore ?! Ryan, comment tu fais !?) hausser les épaules et les ignorer. Il veut d’abord évaluer sa sélection indépendamment de ses cartes rares pour que sa préférence initiale (s’il en a une) vienne de la puissance des couleurs, car cela offre une évaluation beaucoup plus fiable.

Votre objectif en Limité est généralement de rendre tout votre deck le plus puissant possible, non pas de maximiser deux pics de puissance et de finir avec un deck qui est dans son ensemble plus faible.

« Généralement »

Alors pourquoi relativiser ce dernier point avec un « généralement » ? Eh bien, comme pour presque tout dans Magic, il y a des exceptions.

Vous ne voulez certainement pas que vos cartes rares vous éloignent de couleurs riches et bien garnies. Vous n’allez pas vouloir faire l’impasse sur le blanc quand il offre un grand nombre d’excellents sorts d’anti-créature et de créatures uniquement parce que vous avez ouvert une rare géniale et une poignée de 3/3 à quatre manas en bleu — ça, c’est le mauvais chemin à suivre.

Mais que faire si vous n’avez pas de couleurs qui sont aussi puissantes ?

Le Paquet scellé est un format inhabituel dans le sens où vous êtes réellement à la merci de ce que vous ouvrez. En Construit, vous apportez votre propre deck et en Draft vous pouvez choisir parmi toute la table, mais en Scellé vos six boosters sont tout ce que vous avez – pour le meilleur et pour le pire.

Parfois vous vous retrouvez avec d’excellentes sélections de Paquet scellé et c’est super. Mais tout un domaine de la théorie de la construction de deck en Paquet scellé est dédié au revers de la médaille : comment gagner quand votre sélection n’est pas très puissante ?

Et c’est dans ce cas qu’une construction orientée vers vos rares peut trouver sa place.

The Locust God
Le Dieu-Sauterelle | Illustration par Lius Lasahido

Admettons que vous ouvrez votre sélection et que vous l’évaluez. Vous trouvez qu’elle n’est pas très puissante. Vous pourriez construire un deck bicolore inférieur à la moyenne qui serait à la hauteur pour combattre des decks similairement inférieurs, mais qui perdrait face à la plupart des joueurs qui ont trouvé des sélections plus puissantes.

C’est donc le bon moment pour prendre des risques.

Si vous jouez dans un gros événement votre objectif est vraisemblablement de gagner, et pour ce faire vous allez devoir combattre d’autres gagnants. Un moyen par lequel vous pouvez vaincre des decks supérieurs au vôtre, c’est en maximisant vos rares puissantes et en créant des pics de puissance isolés qui peuvent vaincre un adversaire s’il ne s’en préoccupe pas.

Supposons donc que vous avez trouvé l’Annonciateur de gloire mentionné plus haut.

Vous pensez que votre meilleure construction générale est un deck blanc-bleu. La plupart de vos cartes rouges sont assez médiocres. Mais vous pensez également que votre deck dans son ensemble est faible et ne contient pas beaucoup de cartes individuellement puissantes.

Eh bien, dans ce cas il pourrait valoir la peine d’échanger une de vos couleurs contre le rouge pour inclure cet Annonciateur de gloire. Même si cela affaiblit votre deck en général, si celui-ci est déjà inférieur en moyenne, alors vous allez peut-être avoir besoin de ce boost supplémentaire pour vous aider à gagner. (Et dans cet exemple précis j’essaierais probablement de jouer plus de cartes avec le recyclage pour avoir une meilleure chance de le trouver.)

Vous devez cependant être honnête avec vous-même pour que cela fonctionne. Si vous vous persuadez vous-même que votre deck supérieur à la moyenne est réellement en dessous, simplement pour pouvoir vous auto-persuader que vous pouvez jouer l’Annonciateur de gloire, vous allez carrément passer à côté du sujet. Ce n’est pas toujours la bonne chose à faire mais il s’agit d’une tactique utile que vous pouvez appliquer dans des circonstances très spécifiques.

Des accents de rares

Une autre approche importante à considérer : vous pouvez toujours essayer d’inclure vos rares en tant qu’accents (les « splasher »).

Tout particulièrement en Paquet scellé, où le format est typiquement plus lent et où vous avez plus de temps pour trouver vos couleurs, il est raisonnable d’inclure des cartes d’accent. Par exemple, si vous avez trouvé un exemplaire de la carte Le Dieu-Scorpion et qu’il vous manquait le noir dans votre deck pour le jouer, alors vous pourriez jouer deux marais et lui trouver une place.

Ce n’est naturellement pas quelque chose à faire dans n’importe quelle situation. Cela dépend évidemment des cartes et de votre deck. Mais c’est une option à garder en tête pendant que vous construisez, surtout si vous avez trouvé une bonne stabilisation de mana.

Vous voulez en savoir davantage ? J’ai beaucoup parlé des accents dans mon article « Avé l’accent ». Vous allez y trouver davantage de recommandations sur le bon moment pour inclure (et celui pour ne pas le faire) des cartes d’accent.

Rares conseils

Cela m’a pris de nombreuses années pour ne pas commencer à construire mes decks de Paquet scellé en examinant les rares que je venais de trouver — j’espère donc que cet article vous donnera une longueur d’avance pour briser ce rituel ! Souhaitons que cet article vous fournisse un peu d’aide supplémentaire quand vous construirez votre deck pour l’avant-première ce week-end.

Avez-vous des questions ou des remarques au sujet de cet article ou d’un autre sujet ? Je serais ravi de vous entendre. Vous pouvez toujours me joindre sur Twitter, sur Tumblr ou encore m’envoyer un e-mail (svp en anglais) à beyondbasicsmagic@gmail.com.

Je vous souhaite une excellente avant-première — nous allons nous reparler la semaine prochaine. Appréciez tout ce que L’Âge de la Destruction peut vous offrir.

Gavin
@GavinVerhey
GavInsight

Latest Beyond the Basics Articles

BEYOND THE BASICS

20 Juillet 2017

La caresse de la Mort by, Gavin Verhey

Nous avons parcouru pas mal de chemin depuis le Basilic des halliers. Le Basilic des halliers, apparu dans Limited Edition (Alpha), avait une sorte de contact mortel embryonnaire, et o...

Learn More

BEYOND THE BASICS

13 Juillet 2017

Drafter votre réserve by, Gavin Verhey

Quand vous entendez « réserve », vous pensez probablement à des decks de 60 cartes. Vous pensez à ces heures passées, tard dans la nuit, à optimiser ces quinze cartes sacrées que vous pou...

Learn More

Articles

Articles

Beyond the Basics Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All