Pas de haine pour le Draft !

Posted in Beyond the Basics on 28 Juillet 2016

By Gavin Verhey

When Gavin Verhey was eleven, he dreamt of a job making Magic cards—and now as a Magic designer, he's living his dream! Gavin has been writing about Magic since 2005.

Il n’y a pas si longtemps, j’ai écrit un article sur le sujet de quand changer de couleurs en plein draft. La situation proposée tournait autour de l’Archange Avacyn et de ce qui pourrait arriver si vous la trouviez en ouvrant un booster dans des situations variées. Par exemple, si vous la trouvez en ouvrant votre troisième booster et que vous n’avez aucune chance de la jouer, que devez-vous faire ?

Cela a causé pas mal de discussions — et un des sujets m’a vraiment surpris. Un certain nombre de joueurs ont dit qu’ils feraient un « draft haineux » sur Avacyn, peu importe s’ils allaient la jouer ou non.

Alors, parlons aujourd’hui du draft dit « haineux ».

Je veux que ma position soit très claire dès le départ : ne faites pas de draft haineux.

Si le terme ne vous est pas familier, faire un draft haineux signifie choisir dans un Booster Draft une carte que vous n’avez aucune intention de jouer, dans le seul but de vous assurer qu’elle ne se retrouvera dans aucun autre deck. Par exemple, si je me suis concentré sur le fait de drafter des guerriers blanc-noir dans Les Khans de Tarkir et qu’en ouvrant le troisième booster je trouve Sidisi, tyran de la Couvée et que je la garde, alors c’est un draft haineux.

Bien sûr, ici aussi, comme pour toute « règle » de Magic il y a des exceptions. J’y reviendrai vers la fin de l’article. Mais en règle générale cela marchera nettement mieux si vous ne faites pas de draft haineux.

Juste une petite précision avant de poursuivre : cela ne concerne pas le fait de prendre une carte parce que vous la voulez pour votre collection. Mon objectif est de vous conseiller pour vous aider à gagner plus souvent, mais si vous êtes dans un draft amical et que vous voulez juste prendre Avacyn parce que ce sera votre quatrième, alors il n’y a aucun problème. Mais si vous jouez par exemple dans un Top 8 de Grand Prix, de Pro Tour, en Limité ou quelque chose de cet acabit, faire cette sélection vous gênera généralement à remporter le draft.

De plus, nous partons ici du principe qu’il s’agit d’un groupe de draft de huit joueurs en jeu individuel, car c’est de cette manière que se joue l’écrasante majorité des drafts.

Ceci étant clarifié, passons à l’action !

La haine de la haine

Je vais me lancer et clamer ceci haut et fort : en tant que joueurs de Magic, nous préférons gagner des parties de Magic plutôt que de les perdre.

Nous ne voulons certainement pas perdre. C’est déjà assez décevant. Et nous ne voulons certainement pas perdre parce qu’on se retrouve face à une rare mythique ultra puissante comme l’Archange Avacyn.

Alors, en tant que mafiosi malins du draft que nous sommes, pourquoi ne pas simplement l’avoir dans le collimateur et nous assurer qu’elle n’arrivera jamais à destination ? Pourquoi ne pas la retirer du draft ?

Et c’est d’ici que provient le désir instinctif du draft haineux.

Mais revenons un peu en arrière. Analysons étape par étape ce qui est nécessaire pour qu’un draft haineux d’une carte individuelle ait un impact positif pour votre draft. Plusieurs choses doivent alors avoir lieu :

  1. La carte de votre draft haineux doit arriver chez quelqu’un qui peut la jouer.

Il y a plein de raisons pour que quelqu’un la prenne après vous : Peut-être a-t-il pris une ou deux cartes blanches en pensant pouvoir finalement les jouer, mais n’y arrive finalement pas. Peut-être que quelqu’un, pour le moment en blanc, la prend mais finit par abandonner la couleur. Peut-être que quelqu’un qui n’a pas lu cet article décide de faire un draft haineux. Il existe plein de raisons qui pourraient empêcher cette carte d’être jouée.

  1. Vous devez jouer face à cette personne.

Rien ne garantit que vous allez finir par jouer contre celui qui a récupéré la carte. (Et encore moins si vous jouez dans un événement où la Ronde 1 est appariée à quatre places de vous.) Si vous prévoyez de gagner les trois matchs dans votre groupe de draft à huit personnes (ce qui est naturellement le cas !), alors vous allez affronter moins de la moitié des autres joueurs de ce draft.

Même si la carte est extrêmement puissante, elle ne les mènera pas forcément à la victoire. Pensez-y, combien de fois avez-vous drafté une carte rare phénoménale pour néanmoins finir par perdre ? Trop souvent. Un Archange Avacyn ne peut pas sauver à lui seul un deck de draft faible. De plus, tellement de choses peuvent arriver — un manque de terrains, une réponse parfaite de l’adversaire, et ainsi de suite.

  1. L’adversaire doit piocher cette carte et la lancer contre vous et celle-ci doit être meilleure que ce qu’il aurait joué à la place et elle doit contribuer à lui faire remporter la partie.

D’accord. Vous passez la carte à quelqu’un qui finit par la jouer, puis vous vous retrouvez face à lui. Ensuite, il faut qu’il la pioche ! Peu importe que sa carte soit aussi absurde que la Jitte d'Umezawa — qu’il ne la pioche pas ou qu’il la pioche mais ne puisse pas la lancer, ou qu’il la pioche à un moment où elle n’est pas efficace, alors cela n’a finalement pas d’importance.

Comparez maintenant cette liste à ce qu’il faut pour faire une carte qui soit efficace dans votre deck.

Pour rendre utile une carte de votre sélection, vous devez : 1) la jouer dans votre deck final et 2) la piocher dans vos parties et la faire contribuer à votre victoire du match. Elle a le potentiel de s’avérer importante dans chaque partie plutôt qu’uniquement envers certains adversaires.

La haine des signaux

Mais le draft haineux peut causer un problème au-delà de simplement supprimer une carte de votre deck : il peut brouiller vos signaux de couleurs !

Prenez la situation suivante. Vous faites un draft de La lune hermétique - La lune hermétique - Ténèbres sur Innistrad. Au booster deux, vous êtes fermement enraciné dans bleu-noir. À la troisième sélection, vous avez le choix entre un Homicide — une carte judicieuse pour votre deck — et un Dragon aux ailes-miroir, une rare mythique rouge dont la sélection serait un draft haineux.

Si vous choisissez le Dragon aux ailes-miroir, alors cela repousse la carte Homicide à la quatrième sélection. Maintenant le joueur à votre droite, ayant peut-être sélectionné quelques cartes noires ou pensant que d’autres pourraient se pointer, serait alors peut-être tenté de la sélectionner. Si cet Homicide pousse le joueur à votre droite vers le noir, cela pourrait s’avérer désastreux pour le troisième booster, car il pourrait alors sélectionner toutes les cartes noires qui vous intéressent !

L’inverse est vrai si vous laissez passer le Dragon. Cela peut confirmer pour quelqu’un à votre droite un choix de couleur éloigné des vôtres. Peut-être que votre voisin de droite hésite un peu sur ses couleurs, et il sélectionne le Dragon en remarquant que le rouge semble être assez ouvert pour ainsi arriver jusque chez lui. Dans le cas présent, le laisser passer pourrait s’avérer être une action positive pour votre draft !

Et cela ne s’applique pas exclusivement aux rares puissantes. Imaginez avoir fait quelques sélections additionnelles. Vous êtes toujours bien ancré dans le bleu-noir et on vous passe ce pack contenant ces sept cartes.

Il n’y a rien ici qui convienne vraiment à votre deck. La seule carte dans votre couleur est une Déviation, qui sera très probablement au mieux une carte pour votre réserve.

D’un autre côté, il reste quelques cartes rouges juteuses ! Le Louveteau dément et la Défiance collective sont toutes deux de superbes cartes. Alors, autant en choisir une et la retirer du draft, pas vrai ?

En fait, il y a de bonnes raisons de les faire passer plus loin. Cela dépend un peu plus de la situation spécifique, mais en règle générale, il est dans votre intérêt de fixer les joueurs à votre droite dans le rouge. Imaginez qu’ils aient déjà sélectionné le Dragon et qu’ils cherchent d’autres prises pour s’accrocher au rouge. Dans de rares occasions, cela pourrait même amener deux joueurs proches de vous qui s’intéressent au rouge à se fixer sur une couleur qui n’est pas la vôtre. De mon côté, je préfère prendre ici la carte de réserve.

La haine appropriée

Jusqu’à maintenant, j’ai surtout parlé des arguments défavorables au draft haineux. Cependant, comme mentionné au début, il existe quelques exceptions.

Pour commencer, dès que le draft est « opérationnellement conclu » pour vous, vous pouvez faire un draft haineux en toute sécurité. Cela arrive le plus souvent lors du troisième booster, car le mini-jeu du signalement est conclu et votre deck est presque complet.

Par exemple, si vous prenez le tas de sept cartes de la section précédente et l’imaginez comme troisième booster du draft plutôt que comme deuxième (et je sais bien que La lune hermétique ne va pas être votre troisième booster, mais faites semblant pour le moment), je prendrais cette Défiance collective sans hésiter. Aucune de ces cartes ne va se retrouver dans votre deck, alors le petit avantage de retirer une carte du deck potentiel d’un adversaire vaut mieux que de faire quelque chose qui n’aura aucun impact.

De même, si vous suivez l’apparence de votre deck actuel et que rien du booster en cours ne se retrouve dans votre deck ou puisse offrir une option raisonnable pour votre réserve, alors votre deck est opérationnellement fini et vous pouvez sans risque faire des drafts haineux à volonté.

Deuxièmement, vous pouvez dépenser des sélections tard dans le draft pour vous montrer haineux envers des archétypes marginaux déjantés qui ont besoin de cartes spécifiques.

Par exemple, supposons que vous draftiez le premier Innistrad. Vers la fin du deuxième booster, vous voyez un groupe de cartes que vous n’allez pas utiliser — dont une Répétition runique tardive, qui est une composante importante pour le deck combo Frayère de l'araignée, et qui autrement n’est en général pas jouée. Vous savez que plus tôt, vous avez laissé passer des cartes pour la Frayère de l'araignée.

Si quelqu’un veut la Répétition runique pour son deck, alors il y a de bonnes chances qu’il se soit lancé corps et âme dans cette stratégie, et que la seule chose importante soit de savoir s’il trouvera ou non les éléments. Retirer cette carte du draft peut faire la différence entre un deck qui marchera comme sur des roulettes et un qui sera incapable de remporter une partie. À ce moment donné, cela vaut la peine de renoncer à une carte de réserve marginale, ou quelque chose de similaire, pour la récupérer.

Troisièmement, dans d’autres formats de Draft, il peut être tout à fait justifié de faire des drafts haineux. Dans un Team Draft trois contre trois, par exemple, trois cinquièmes des autres joueurs à votre table vont être vos adversaires, et il est certain que vos coéquipiers les affronteront à plusieurs reprises. À la différence d’un groupe traditionnel à huit personnes, il arrive bien plus souvent dans les drafts trois contre trois qu’un draft haineux représente la bonne décision.

En conclusion, il est important de préciser que tout cet article ne concerne exclusivement que les drafts haineux. Si vous prenez une carte parce qu’elle est spéculative et que vous pensez qu’il existe une chance que vous vous retrouviez dans cette couleur, alors c’est une autre histoire. Par exemple, vous pourriez prendre un sort d’anti-créature rouge si vous êtes vert-blanc sur la possibilité de récupérer un peu de stabilisation de mana et que vous puissiez l’introduire comme accent, ou si votre draft ne tourne pas bien et que vous le preniez peut-être pour voir si le rouge est ouvert pour possiblement changer pour le rouge.

Le Draft d’amour

Comme pour toute règle générale, il existe un grand nombre d’exceptions pour les cas limites. Mais j'espère vous avoir donné une bonne idée du draft haineux — et pourquoi vous ne devriez normalement pas en faire !

Des idées ? Des questions ? Vos impressions diffèrent ? N’hésitez pas une seconde de plus !

Vous pouvez toujours me trouver sur Twitter, sur Tumblr, ou quelque part sur le subreddit de Magic. Si vous préférez les e-mails, vous pouvez aussi me joindre par BeyondBasicsMagic@gmail.com.

De plus, si vous avez une question de stratégie que vous voudriez voir approfondie, que ce soit au sujet des décisions de construction de deck, un état de jeu spécifique, une question de préparation de tournoi ou autre chose, envoyez-la moi ! Je les recueille toutes pour un article courrier du lecteur à venir.

Je vous souhaite une semaine géniale, amusez-vous bien avec La lune hermétique et à très bientôt !

Gavin
@GavinVerhey
GavInsight

Latest Beyond the Basics Articles

BEYOND THE BASICS

20 Juillet 2017

La caresse de la Mort by, Gavin Verhey

Nous avons parcouru pas mal de chemin depuis le Basilic des halliers. Le Basilic des halliers, apparu dans Limited Edition (Alpha), avait une sorte de contact mortel embryonnaire, et o...

Learn More

BEYOND THE BASICS

13 Juillet 2017

Drafter votre réserve by, Gavin Verhey

Quand vous entendez « réserve », vous pensez probablement à des decks de 60 cartes. Vous pensez à ces heures passées, tard dans la nuit, à optimiser ces quinze cartes sacrées que vous pou...

Learn More

Articles

Articles

Beyond the Basics Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All