Tribulations tribales

Posted in Beyond the Basics on 7 Juillet 2016

By Gavin Verhey

When Gavin Verhey was eleven, he dreamt of a job making Magic cards—and now as a Magic designer, he's living his dream! Gavin has been writing about Magic since 2005.

Attrapez votre type de créature préféré — le temps est venu de parler des decks tribaux !

Si le terme « tribal » du lexique de Magic ne vous est pas familier, sachez qu'il fait essentiellement référence aux types de créature — ou, comme dans notre cas, aux decks construits autour d'un type de créature spécifique. Par exemple, vous pouvez avoir un deck tribal Gobelin ou un deck tribal Bête. Et sur Innistrad nous nous concentrons tout particulièrement sur cinq tribus spécifiques : les humains, les esprits, les zombies, les vampires et les loups (garous) !

Mais comment construire un deck tribal ? Qu'est-ce qui le fait fonctionner ? Quelques conseils pour le jouer ? Aujourd'hui, nous allons voir ça de plus près ! (Et peut-être qu'en bonus, nous allons trouver quelques cartes de preview de La lune hermétique en chemin.)

Les decks construits autour de types de créature ont existé depuis les tout premiers débuts de Magic, quand le bon vieux Richard Garfield a publié des cartes telles que le Roi des gobelins dans la Limited Edition (Alpha). Mais leur portée s'est accrue, passant de l'état de mignonnes petites stratégies auxiliaires à celui de pièces maîtresses des extensions !

Si vous voulez construire et jouer avec un deck tribal, il y a quelques points à ne pas oublier.

Assurez-vous qu'il existe assez de soutien

Vous avez donc une idée pour un deck tribal. Génial ! La première chose que vous devriez faire avant de commencer sa construction est de vous assurer que la tribu dispose bien du soutien nécessaire pour la faire fonctionner — ou, si ce n'est pas le cas, de savoir comment vous prévoyez d'utiliser au mieux ce soutien.

Par exemple, disons que vous vouliez construire un deck Archer tribal en Modern. Vous commencez avec le Doyen au grand arc comme votre premier seigneur tribal, et… eh bien, il s'avère que c'est le seul seigneur tribal archer.

Pour compliquer un peu plus les choses, l'histoire de Magic n'est pas spécialement connue pour ses archers super puissants. Soudainement, vous vous retrouvez avec un seigneur et une poignée de créatures moyennes — ce qui ne va pas être aussi efficace que vous l'espériez.

De manière générale, les decks tribaux fonctionnent (à quelques exceptions près que je mentionnerai plus loin) en jouant de nombreuses créatures, suivies de cartes qui donnent de l'importance à ces types de créature. Plus les créatures individuelles sont faibles, plus les récompenses tribales doivent être importantes pour vous amener à les jouer. L'inverse est tout aussi vrai : plus les créatures individuelles sont puissantes, moins les récompenses tribales ont besoin d'être importantes pour vous convaincre d'en jouer un grand nombre. (Et bien sûr, la situation est idéale quand vous disposez de récompenses tribales très puissantes et de créatures individuelles très puissantes !)

Parfois, vous allez peut-être devoir jouer quelques créatures qui sont juste en dessous d'une jouabilité normale, mais vous ne voulez certainement pas remplir votre deck avec celles-là.

Et bien que vous puissiez remplir les trous dans votre deck tribal archer avec des cartes telles que l'Automate évolutif et le Blason, ainsi que peut-être avec un moyen de chercher votre Doyen, à cet instant précis il pourrait finalement s'agir de n'importe quel deck tribal. La fonction de ces cartes doit être d'offrir ce petit boost supplémentaire, non pas de soutenir tout un deck tribal à elles-seules. Et bien qu'il n'y ait rien de mal à construire un deck archer amical avec ces cartes pour s'amuser, il est peu probable qu'il soit d'un niveau compétitif, car il manque de masse critique.

Pour observer quelque chose d'un peu plus efficace que les archers, tournons-nous vers les humains dans le format Standard actuel avec Ténèbres sur Innistrad.

Les decks Humains ont eu un succès incroyable dans le format Standard actuel. Il y a plusieurs raisons pour cela (et j'en aborderai quelques-unes un peu plus loin), mais à la base en voici la raison : ils disposent de nombreuses cartes individuelles puissantes, ainsi que de puissants bonus tribaux. De nombreux humains sont de bonnes sélections à jouer à eux seuls,

le Recruteur de la garde crépusculaire ? le Mage réflecteur ? la Traqueuse infatigable ? Toutes ces cartes sont bien utiles sans soutien. Même les cartes un niveau en dessous, dont la longue liste de 2/1 à un mana, comme le Chasseur de dragon et la Représentante d'expédition, sont toujours très efficaces. Vous ne regretteriez de jouer aucune de ces cartes.

Maintenant, regardez le soutien tribal. La Lieutenante de Thalia booste toutes vos créatures, puis devient elle-même encore plus grande ! Il est facile de voir qu'on a là un deck très puissant dédié aux humains. Peu importe que vous la piochez tôt ou tard, ça va être bon.

Le Champion de la Grâce du héron est exactement du même acabit.

Et qu'est-ce donc, le Champion de la Grâce du héron ? Eh bien, je pense qu'il faut que je vous le montre pour que vous sachiez exactement de quoi je parle.

Préparez-vous à faire face au Champion de la Grâce du héron :

Prise individuellement, en tant que créature 3/3 avec le flash et le lien de vie, ce n'est certainement pas une carte médiocre. Si vous la piochez assez tard, vous n'allez pas être triste.

Mais avec une table pleine d'humains ? C'est tout simplement dingue !

Elle booste non seulement tous les membres de votre équipe, mais leur donne aussi à tous le lien de vie pour que vous puissiez récupérer de toutes les blessures que vous auriez pu subir.

En tant que bonne carte, si elle est prise à part, et en tant que carte incroyablement puissante avec d'autres humains sur le champ de bataille, elle offre le parfait exemple de ce que vous devriez chercher à jouer dans ce type de decks. Je m'attends à voir plein d'exemplaires du Champion de la Grâce du héron dans l'avenir du Standard.

Maximisez votre tribu

En règle générale (et j'aborderai quelques exceptions plus tard), si vous allez jouer une tonne de cartes pour faire fonctionner votre tribu, vous devriez vous assurer d'utiliser au mieux les éléments forts de votre deck : les éléments tribaux !

Par exemple, une des erreurs les plus courantes que j'observe lors de la construction d'un deck tribal, c'est de ne tout simplement pas inclure assez de créatures ! Si vous jouez un deck tribal agressif ou midrange et que vous n'incluez que seize créatures, alors vous devez vous poser la question : « Cela vaut-il vraiment la peine de commencer à jouer toutes ces cartes tribales ? » Si par exemple, vous ne disposez que d'assez de créatures pour n'en avoir que deux en jeu à tout moment, alors vous ne profitez pas au maximum de vos capacités tribales.

Je voudrais qu'une grande partie de mon deck tribal consiste en créatures de ma tribu, en général un minimum de 22 cartes et idéalement 25 à 30. Vous voulez aussi qu'elles aient une bonne courbe, en favorisant les créatures bon marché à celles plus onéreuses pour pouvoir en mettre plus rapidement un grand nombre sur le champ de bataille.

Oui, cela signifie souvent que vous allez jouer avec moins de sorts d'anti-créature et de ruses que d'habitude — et c'est ok ! Le postulat en jouant une tribu est que le reste de vos cartes va être rendu beaucoup plus puissant grâce à la synergie (de plus, certains de ces effets sont souvent intégrés dans les récompenses tribales sur des créatures pour la tribu, comme pour le Champion de la Grâce du héron, qui est une ruse de combat en plus d'être une créature).

Il y a aussi des cartes qui veulent que votre deck contienne un nombre plus élevé d'un type de créature pour s'assurer qu'elles fonctionnent plus souvent. Prenez par exemple le classique Meneur gobelin.

Le Meneur gobelin veut s'assurer que vous retourniez autant de gobelins que possible quand vous le lancez. Cela expose chaque emplacement non-gobelin de votre deck à un examen accru : à chaque fois que vous retournez un non-gobelin, cela gâche une potentielle carte gratuite !

Ou, pour mettre les choses dans un contexte plus moderne, examinons une autre carte de La lune hermétique, la Cavalière courageuse !

Bien qu'à la différence du Meneur, vous ne preniez qu'une des cartes révélées, il reste toujours crucial d'éviter les ratages. Vous voulez construire votre deck de manière à toujours révéler un humain quand vous lancez cette carte, et idéalement de façon à avoir un choix et pouvoir en choisir un adapté à la situation.

Il ne suffit pas de simplement s'assurer d'avoir assez d'humains sur le champ de bataille — vous devez aussi en avoir suffisamment dans votre deck pour que la Cavalière courageuse en trouve de façon consistante ! (Et n'oubliez pas qu'ici les éphémères, les rituels et les enchantements qui créent des jetons ne comptent pas.)

Si vous faites le choix du tribal, assurez-vous de tirer pleinement avantage des cartes tribales que vous voulez jouer.

L'art de la Déviation

Dans un deck tribal, vous voulez généralement éviter autant que possible de jouer des créatures qui n'appartiennent pas à votre tribu. Elles ne reçoivent pas les bonus que vos autres créatures lui offrent.

Il existe cependant des exceptions.

Je vais toujours me rappeler du deck Elfes noir-vert que Charles Gindy avait utilisé pour gagner le Pro Tour Hollywood en 2008. Un deck plein d'elfes — et qu'y avait-il en plein milieu ? Quatre exemplaires du Tarmogoyf.

Bon, le Tarmogoyf n'est clairement pas un elfe. Il est cependant assez puissant pour que cela vaille la peine de le jouer.

En règle générale, j'observerais ces deux facteurs pour un examen d'inclusion de cartes qui n'appartiennent pas au type de créature de votre tribu :

  1. Cette créature est-elle si puissante qu'elle est, à elle seule, en général plus forte que mes créatures tribales quand elles reçoivent des bonus et/ou qu'elles renforcent mes autres cartes ? (Comme cela était le cas pour le Tarmogoyf dans cette instance.)
  2. Si je le compte comme sort non-créature, aurais-je toujours assez de créatures pour les cartes tribales dans mon deck pour qu'il fonctionne ?

L'argument derrière le second point est de s'assurer que vous n'éjectiez pas une poignée de cartes tribales de votre deck pour y faire tenir de telles cartes, jusqu'au point où vous feriez mieux de ne pas jouer le tribal. Il n'y a qu'un pas entre ajouter un Tarmogoyf et se dire « peut-être que je pourrais aussi jouer le Rhinocéros de siège », et soudainement sur cette pente glissante le deck ne ressemble plus du tout à un deck Elfes.

Exploitez vos points forts

Bien, vous avez un deck tribal et vous jouez une partie. Que devriez-vous garder à l'esprit en le jouant ?

Eh bien, la clé pour les decks tribaux est qu'ils obtiennent des bonus en incluant de nombreuses créatures de leur tribu. Votre objectif est de jouer pour maximiser cette particularité.

Créons une situation très simplifiée pour illustrer ce que je veux dire.

Vous jouez des elfes tribaux et votre adversaire joue un deck midrange vert. Au tour deux, votre adversaire joue un Ours runegriffe. Vous jouez au tour deux une Elfe cyliane. Au tour trois, votre adversaire attaque. Devriez-vous bloquer pour essayer un échange ?

Si vous jouez tribal, alors dans ce cas (en règle générale) vous ne devriez pas bloquer.

Pourquoi ? Eh bien, votre deck tire avantage de la constante accumulation de créatures de votre côté de la table. Et même si vos créatures semblent identiques, la vôtre a l'importante « capacité » d'être une elfe ! Si vous allez dégager et jouer une Archidruide elfe, alors vous allez de loin préférer avoir cette Elfe cyliane sur le champ de bataille.

Maintenant, il est clair que cette situation est distillée pour ne conserver que l'essentiel. La bonne façon de jouer dépendra de l'appariement (s'il s'agit d'un deck très rapide, alors bloquer pourrait être la bonne décision), de votre main (si vous décidez de jouer un Leveur de goule et qu'à la place votre créature est un Cadavre ambulant, alors vous serez bien avisé de bloquer) ainsi que de votre tribu, tout comme de votre deck. (Peut-être jouez-vous une tribu pleine de cartes comme le Meneur gobelin et que vous êtes plus que content de faire des échanges un-pour-un.) Mais vous avez là une bonne base de départ.

À l'inverse, comme votre deck déborde de créatures, cela signifie que vous disposez de moins de cartes non-créature que d'habitude, et êtes potentiellement plus vulnérable aux nettoyeurs de table. Cela signifie que vous devriez prudemment utiliser tout sort d'anti-créature dans votre main sur des cibles appropriées, car vous avez moins de chances d'en piocher davantage, et vous devez vraiment vous assurer de ne pas vous exposer aux nettoyeurs de table de votre adversaire (tout dépendant bien sûr de votre deck spécifique).

N'oubliez jamais que vous jouez un deck tribal, et optimisez votre façon de jouer en conséquence.

De grandes exceptions

Vous vous rappelez quand j'avais dit que j'allais couvrir les exceptions plus tard ? Et bien, nous y sommes !

La plupart des stratégies mentionnées plus haut concernent les tribus plus petites remplies de créatures bon marché. C'est la grande majorité des types de créature soutenus par le tribal dans Magic, et c'est vrai aussi pour les cinq principales du bloc Ténèbres sur Innistrad.

Mais bien que ce soit vrai pour la grande majorité, cela ne vaut pas pour toutes les tribus.

Prenez par exemple les dragons.

Les dragons, ça se joue très différemment. C'est une « grosse tribu ». Bien souvent, une seule de ces cartes aura déjà un impact énorme sur la partie, et vous n'aurez donc pas besoin d'en entasser un grand nombre dans votre deck. Un deck avec 25 dragons est probablement excessif (et s'expose à ne pas vous laisser lancer de sorts du tout pendant un bon moment).

Ce que vous devriez plutôt faire c'est de d'abord déterminer le noyau qui vous permettra de jouer ici vos cartes les plus coûteuses. Par exemple, un noyau de rampe ou de contrôle, les deux étant bons pour vous amener à un endroit de la partie d'où vous pourrez lancer vos sorts les plus onéreux.

Ensuite, il vous faudra inclure juste assez de cartes tribales de votre type pour qu'elles puissent profiter de la synergie sans pour autant causer une surcharge. Comme chacune d'entre elles aura à elle seule un impact important, vous n'aurez pas nécessairement besoin d'en lancer un grand nombre — mais c'est la deuxième qui aura généralement tendance à conclure l'affaire. À la différence des tribus de meilleur marché, qui nécessitent de nombreuses cartes de ce type pour fonctionner, le simple fait de lancer Silumgar après Atarka aura tendance à faire basculer la partie de votre côté.

De plus, dans le cas des dragons, il y a aussi des cartes bon marché qui vous récompensent du fait de jouer des dragons dans votre deck.

En voilà quelques-unes auxquelles un deck dragon aura accès pour vous assurer de pouvoir lancer vos dragons de fin de partie — et vous encourager à en avoir assez à lancer. Remarquez cependant que celles-ci ne vous demandent que d'avoir un seul dragon à révéler — vous n'avez pas besoin d'en rajouter pour les faire fonctionner !

Bien qu'il n'y ait pas eu de grosses tribus jusqu'à présent, elles doivent être gérées différemment, en gardant en tête le contexte de leurs cartes et de leur soutien.

Sagesse tribale

Peu importe que vous vouliez construire pour les gobelins, les sylvins, les zombies ou, oui, même les archers, j'espère que vous avez trouvé quelques astuces pour vous aider lors de la construction de votre deck ! Peu importe quelle tribu vous préférez, on s'éclate toujours avec les decks tribaux.

Et ces nouveaux humains ? Ouais, je m'attends à les voir pour un bon moment. Voici ma nouvelle interprétation d'Humains Bant :

Humains héron de Gavin Verhey

Download Arena Decklist

Avec la présence du Champion de la Grâce du héron, laisser quatre manas ouverts est plus effrayant que jamais, car il pourrait s'agir de lui ou de la Compagnie rassemblée qui attendent d'être lancés. Le Supplanteur eldrazi avec le Champion est une combinaison particulièrement brutale — et je ne pouvais pas résister à la Cavalière qui réapparaît encore et encore pour le card advantage. Vous pourriez aussi sérieusement considérer d'ajouter plus d'exemplaires du Pacifiste de Lambholt.

Allez-y et commencez à jouer pour le découvrir vous-même !

Quoi que vous pensiez du tribal, je serais ravi de l'entendre. Si vous avez des idées, des questions, des situations de jeu, des suggestions pour des articles à venir ou quoi que ce soit d'autre, n'hésitez pas à me les faire connaître !

Comment ? Eh bien, vous pouvez toujours me joindre sur Twitter ou Tumblr. C'est le meilleur moyen pour me contacter rapidement, mais si vous préférez l'e-mail, vous pouvez aussi m'écrire à beyondbasicsmagic@gmail.com.

Je serai de retour la semaine prochaine. D'ici là, profitez de La lune hermétique — et que vos decks tribaux vous réussissent.

À très bientôt,

Gavin

@GavinVerhey

GavInsight

beyondbasicsmagic@gmail.com

Latest Beyond the Basics Articles

BEYOND THE BASICS

20 Juillet 2017

La caresse de la Mort by, Gavin Verhey

Nous avons parcouru pas mal de chemin depuis le Basilic des halliers. Le Basilic des halliers, apparu dans Limited Edition (Alpha), avait une sorte de contact mortel embryonnaire, et o...

Learn More

BEYOND THE BASICS

13 Juillet 2017

Drafter votre réserve by, Gavin Verhey

Quand vous entendez « réserve », vous pensez probablement à des decks de 60 cartes. Vous pensez à ces heures passées, tard dans la nuit, à optimiser ces quinze cartes sacrées que vous pou...

Learn More

Articles

Articles

Beyond the Basics Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All