Voyeurisme interplanaire : L’Art de

Posted in Feature on 23 Janvier 2008

By Wizards of the Coast

Certaines personnes pensent aux plans comme à des planètes – et dans certains cas, elles ont raison. Mirrodin est un plan sphérique autour duquel orbitent cinq ‘soleils’ de mana ; c’est un assez bon modèle d’un système solaire, à l’exception de son étrange géocentrisme (ou, peut-être, ferrocentrisme – un système d’objets de mana avec un morceau de métal en son centre).

D’un autre coté, je tends à penser que Lorwyn est (plus ou moins) plat. À ma connaissance, il n’y a rien de canon à cela – les romans ne le mentionnent pas, pas plus que le guide stylistique, et je n’ai pas parlé de ce sujet avec mes potes de l’équipe créatrice. Ce serait sans doute également une sphère. Mais j’imagine Lorwyn comme une vielle carte chiffonnée, déployée sur le noir d’encre des Éternités aveugles, avec des montagnes, des arbres, et un occasionnel et encombrant géant placés à divers endroits. C’est un extrait d’un livre de contes de fées, ouvert sur une table de néant. Tandis que le trajet du soleil forme un arc d’un horizon à l’autre, les habitants du plan comptent les heures de leur journée. Et lorsque l’étoile révérée se couche presque au bord de la surface de cuir de cette carte, quelque part au-delà des montagnes qui semblent encercler le plan, elle ralentit et s’arrête, puis revient en arrière. Pas de nuit – ce n’est que matins après matins. Et le soleil ne se montre jamais de l’autre coté de la carte ; toute l’action est au dessus. (Qui sait – peut-être que le plan est d’une forme à deux dimensions et un seul coté, une surface plane avec une torsion en trois dimensions à l’intérieur, tel un ruban de Möbius. Vous pouvez vous frayer un chemin sur Lorwyn droit dans une direction et finir là où vous avez commencé, tout en n’ayant marché que sur un seul coté du plan et sans que le plan ne soit sphérique. Est-ce qu’un soleil mobile fonctionne sur un tel plan ? Topologistes orbitoplanaires, si vous pouviez me venir en aide, merci.) Quoi qu’il en soit, le sujet est : plat. Lorwyn est comme un extrait de livre ouvert sur une table.

Ce qui m’amène vers le fait que Lorwyn est un lieu parfait pour le voyeurisme des arpenteurs.

Imaginez que vous traciez votre chemin à travers le vide chaotique entre les plans, que ce soit dans un tourbillon aveugle et intentionnel à travers le multivers car vous être un vieux maître du transplanement, ou en titubant paniqué parce que vous êtes absolument et désespérément perdu. Vous avez navigué à travers des horreurs et des visions que votre esprit ne vous laissera même pas comprendre intégralement, et vous êtes prêt pour une pause et un repos mental.

Et alors, vous voyez Lorwyn.

C’est un disque inégal, vert et brillant (ou un ruban vert tordu, hein les topologistes ?) avec son soleil lançant en son dessous une chaude lumière, comme l’éclairage d’un musée antigravité. Étrangement, il n’est pas déchiré par des luttes planaires ; il ne montre aucun signe d’une guerre globale, il n’est même pas gobé par une gueule cosmique diabolique. C’est paisible. C’est reposant. C’est tout simplement la plus belle chose que vous avez vu depuis longtemps.

Vous arrêtez donc la traînée incandescente qu’est votre voyage à travers le vide, et observez le lieu. Sans entrer effectivement dans le plan (un truc sur lequel vous vous êtes entraîné, afin de ne pas perturber les autochtones – une sorte de ‘Directive Première’ empirique) vous projetez vos sens sur celui-ci. Vous respirez profondément et connaissez votre première expérience du lieu.

Order of the Golden Cricket
Illustration de l’Order of the Golden Cricket (Ordre du Criquet d'or) par Mark Zug

Les sangamis de Lorwyn ne se considèrent pas comme petits ou rustiques. Ici, les sangamis sont les personnes des environs les plus nobles, honorables, orientées vers leur communauté, et quand ils en ont le devoir, ils sont aussi vaillants qu’un chevalier décoré de Bénalia. J’aime la façon dont Mark Zug les représente ici. C’est un chevalier classique peint dans un style classique – il représente un sangami sur un sautelièvre avec le même respect qu’un chevalier humain sur un Clydesdale. J’aime aussi la façon dont la forme des nuages correspond ici à la forme des arbres – c’est comme si le noble Order of the Golden Cricket (Ordre du Criquet d’or) voyait le ciel comme une partie de son domaine de la même façon que les pâturages ou les bois proches de son clachan. Oh, et – ah oui, c’est un article galerie. Êtes-vous prêt pour plus ?

Boldwyr Heavyweights
Illustration des Boldwyr Heavyweights (Poids-lourds boldwyriens) par Wayne Reynolds

N’ayant pas tenu un pinceau depuis la cinquième, lorsque j’ai décidé que je ne serais jamais capable de faire faire à ces choses excentriques et hérissées ce que je voulais qu’elles fassent et que j’ai jeté mon pinceau dans une déclaration d’ultimatum mélodramatique appropriée pour cet âge, j’ai un grand respect pour ceux qui peuvent peindre comme le fait Wayne Reynolds. Ce couple de géants est si massif qu’ils ont apparemment piétiné un clachan sangami en marchant. Ce ressenti des géants – comme des innocents dont la taille plus que la malveillance cause la destruction – fut l’une des premières perspectives que les Créateurs ont eue sur cette tribu. Wayne a en fait peint cette toile pour Lorwyn, mais la carte à laquelle elle était destinée fut tuée lors du développement. Heureusement il y avait une autre carte de géant toute aussi destructrice l’attendant dans Lèveciel. Wayne a également peint ce qui est en quelque sorte devenu ‘le visage de l’extension’ Lèveciel avec le Leaf-Crowned Elder (Doyen à couronne de feuilles), une œuvre qui représente non seulement un sylvain incroyable et majestueux, mais également un petit familier ressemblant à une chouette que j’aimerais vraiment comme animal familier.

Graceful Reprieve
Illustration du Graceful Reprieve (Sursis gracieux) par William O'Connor

J’espère que lorsque je mourrais ce sera aussi beau. (Et aussi pratique – l’effet du sort annule la mort de la créature.) Lorsque nous avons demandé à William de créer un ‘geyser magique’ s’élevant de la rivière, un effet magique ramenant à la vie un ondin, nous n’avons rien précisé de plus que cela. Mais il est allé une étape plus loin et a créé ces formes d’ondins dans l’eau, créant un ton de bienveillance et une personnification de la bienveillance de la nature qui n’aurait pas été possible avec simplement un geyser magique. Et le bosquet vert autour d’elle donne tellement l’impression de la magie d’un conte de fée, avec le soleil filtrant à travers les feuilles et les racines se mélangeant avec l’eau des sous-bois – c’est tout simplement adapté à Lorwyn. Je n’aurais pas pu être plus heureux de la façon dont ce sort a tourné.

Prickly Boggart
Illustration du Prickly Boggart (Boggart piquant) par Jesper Ejsing

Jesper fut un ajout récent aux illustrations de Magic et ce depuis Lorwyn, et quel ajout fantastique il s’est révélé être. Jesper a parfaitement capturé l’esprit boggart ici. Voyez comme ce petit gars est impatient et énergique, et comme il a l’air fou. Pensez à quel point il doit être fier de sa (selon lui) géniale invention des épines sanglées sur son dos – dingue mais efficace (la carte a la peur, après tout). La jonction du thème de la tribu avec celui de la mécanique fait de cette œuvre une réussite évidente. Son petit vêtement fait de la fourrure de quelque créature vulpine ajoute un peu de piquant au plat. (Compris ? Piquant ? Oh, euh, comme le nom du boggart.) (Vous savez que c’est un bon jeu de mot quand vous devez l’expliquer immédiatement après. Je sors.)

Earthbrawn
Illustration de l’Earthbrawn (Force terrestre) par Kev Walker

Kev Walker est un pilier de Magic, l’un des artistes qui ont forgé d’une seule main l’ambiance et l’apparence du jeu. L’une des raisons de cela est que Kev peut peindre comme personne de puissants personnages en action. L’Earthbrawn (Force terrestre) est un effet de ‘Giant Growth (Croissance gigantesque)’ qui transforme les bras d’un géant en d’énormes troncs, ses poings devenant d’énormes blocs de terre. Kev en fait une scène de destruction impressionnante – les poings ligneux du géant frappent à travers une forteresse sangamie, en faisant des cure-dents. (Pauvres sangamis – ils prennent vraiment des coups de toutes les choses de ce monde.) Le concept de transformation en arbre n’était même plus nécessaire – grâce à la taille, au mouvement et à la destruction que Kev crée, le géant a simplement l’air fort de lui-même. Veuillez noter que ce géant représente l’autre bout du spectre par rapport aux Boldwyr Heavyweights (Poids-lourds boldwyriens) de Wayne Reynolds — il est intentionnellement destructeur. Mais l’ensemble du spectre implique de la ‘destruction’. Ce qui est du bon sens dans les contes de fées est également du bon sens ici - n’embêtez pas les géants.

Floodchaser
Illustration du Floodchaser (Chasseflot) par Eric Fortune

Le Floodchaser (Chasseflot) d’Eric Fortune apporte un peu de majesté à Lèveciel, un sentiment que les systèmes de lacs et rivières de Lorwyn cachent des créatures monstrueuses, bien plus anciennes et beaucoup plus grosses que la majorité des tribus humanoïdes. J’aime la transparence de son corps et les coquillages sur sa large tête/dos – cela montre que c’est un élémental, qui est littéralement composé de ‘fluvialité.’ La rencontre entre lui et cet elfe raconte fortement une histoire, ce que j’aime toujours. Est-ce que le Floodchaser (Chasseflot) inculque de la sagesse à l’elfe, comme dans la scène des Petals of Insight (Pétales de perspicacité) de Tony Waters ? Non, je ne pense pas – je pense que les deux orbes lumineuses au bout des tentacules du Floodchaser (Chasseflot) sont en fait des leurres, attirant l’elfe vers une fin humide. Hé, cela consomme l’un des marqueurs +1/+1 du Floodchaser (Chasseflot) pour faire se lever les eaux jusqu’aux lieux où se trouvent les elfes - cela peut tout aussi bien faire y faire venir les elfes.

Pyroclast Consul
Illustration du Pyroclast Consul (Consul pyroclaste) par Christopher Moeller

Chris Moeller est un autre pilier de Magic, mais il est mon héro personnel depuis qu’il a illustré l’Ultime de Chandra, nous aidant à étendre l’histoire de cette ardente arpenteuse. Il crée ici d’autres personnages ardents, une ambassadrice sangpyre et sa suite. La diplomatie sangpyre, même celle de l'ambassadrice culturelle des Clairâtres, peut rapidement se changer en une agression passionnée. Chris capture ceci ici, suffisamment bien pour que l’œuvre soit utilisée pour l’emballage des pochettes de Lèveciel. Je suis cependant fier que vous soyez capables de voir l’œuvre intégrale ici – le groupe entier est visible, augmentant la majesté de l’ambassadrice.

Mothdust Changeling
Illustration du Mothdust Changeling (Changelin pruinephalène) par Shelly Wan

Veuillez faire bon accueil à Shelly Wan, une fantastique artiste de comics, dont MagicLèveciel représente sa première (mais non dernière) fois où elle s’occupe de cartes. L’apparence intentionnelle d’ignorance des changelins les rend difficile à rendre jolis, mais Shelly y est arrivée ici. Elle le fait en mettant en emphase la nature enfantine du changelin, ajoutant l’ambiance d’un coucher/lever de soleil sur Lorwyn à un moment tranquille de découverte de la nature. Nous pouvons ressentir l’émerveillement du changelin tandis que son propre corps imite la liberté de mouvement des phalènes. La ligne de style de Shelly convient naturellement à l’apparence de contes de fée de l’extension Lorwyn – une vue parfaite sur ma vieille carte chiffonnée du plan.

Warren Weirding
Illustration du Warren Weirding (Déterminisme du terrier) par Matt Cavotta

Vous auriez pu vous attendre à ce que mon œuvre préférée de mon meilleur ami Matt Cavotta soit le Weirding Shaman (Shamane déterministe), le mage responsable de toutes les mitoses de boggarts qui auront soudainement lieu partout dans Lèveciel. Mais à la place je préfère légèrement l’œuvre accompagnatrice, la mitose elle-même, le Warren Weirding (Déterminisme du terrier). Nous voyons rarement un sort au milieu de son effet aussi bien que sur cette œuvre – habituellement nous avons tendance à demander aux artistes de montrer le moment juste avant l’effet principal du sort, ou le résultat qui a lieu après son lancement. Mais ici nous avons une photographie d’un boggart littéralement en pleine division, et je suis fasciné. Voyez comme le jumeau du coté gauche de l’œuvre est au milieu de la croissance d’un nouveau membre. Voyez l’énergie violette entre eux – vous pouvez voir la texture de la magie elle-même, une sorte de limon visqueux à moitié liquide qui se coagule en chair de boggart. Regardez leurs oreilles – c’est comme si tandis que nous les regardions les détails des oreilles de boggarts se remplissaient d’eux-mêmes à partir de la substance métamorphique. Matt se présente lui-même comme étant un fanatique de la fantaisie, et cela entre vraiment en compte lorsque son attention à des détails minutieux brille dans des œuvres telles que celle-ci.

Ok, bien, jetons également un œil au Weirding Shaman (Shamane déterministe). Vous avez besoin de tout le contexte pour apprécier la scène.

Weirding Shaman
Illustration du Weirding Shaman (Shamane déterministe) par Matt Cavotta

Combien d’éléments sur le thème de la ‘division’ pouvez-vous voir sur cette image ?

Reveillark
Illustration du Reveillark (Sirlidiane) par Jim Murray

J’ai sous mon poignet et depuis près de trois ans un tapis de souris Cinquième Aube qui représente la Razormane Masticore (Masticore à crinière tranchante) de Jim Murray. Juste en dessous se trouve un autre tapis de souris avec son Solarion. (Désolé, le Roar of the Wurm (Rugissement de la guivre) de Kev Walker — tu es troisième. Hé, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ? J’utilise énormément ma souris au travail – j’ai besoin d’un soutien pour mon poignet.) L’équipe créatrice s’est reposée sur la capacité de Jim à capturer des créatures d’un autre monde avec précision et puissance depuis le bloc Mirrodin, tout simplement parce qu’il assure. Le Reveillark (Sirlidiane) est un élémental blanc, dont il peut être difficile de faire passer le sens – il doit transmettre de la gloire, et de la splendeur, et une grande intelligence, tout en ayant l’air éphémère et surréaliste. Nous pouvons écrire ces mots dans des descriptions d’illustrations jusqu’à en devenir bleus, ou bien nous pouvons essayer de décomposer ces concepts et essayer de les interpréter d’avance via des métaphores visuelles pour nos artistes, mais aucune des deux stratégies n’apporte de garanties sur ce que nous recevrons. Jim a ici fait un carton. C’est mon œuvre préférée dans Lèveciel. Merci Jim !

Des pochettes recharges débordant d’art

J’espère que je vous ai donné envie de faire un voyage voyeuriste à travers le plan de Lorwyn maintenant que Lèveciel est devenu public. Avec vos amis prenez quelques pochettes et jouez – c’est le meilleur moyen de faire un voyage d’arpenteur et d’errer à travers les illustrations de l’extension. Appréciez les classes, appréciez la parenté, appréciez le renfort, appréciez l’incursion, appréciez les bannerets et les variantes de l’appui et de l’évocation et de la confrontation et de toutes les autres choses prenant place dans Lèveciel, mais plus que tout, prenez un moment pour apprécier les illustrations.

Traduction Émilien Wild

Latest Feature Articles

FEATURE

23 Mai 2022

Mécaniques de jeu de Commander Légendes : la bataille de la Porte de Baldur by, Jess Dunks

Les aventures populaires de Dungeons & Dragons sont de retour dans Magic avec Commander Légendes : la bataille de la Porte de Baldur. Cette extension vous invite dans l'un des environ...

Learn More

FEATURE

17 Mai 2022

Collectionner Commander Légendes : la bataille de la Porte de Baldur by, Max McCall

Note de l'éditeur⁣ : nous tenons à préciser que la carte Sans visage n'est pas disponible en version super Premium ou Premium traditionnelle. Commander Légendes : la bataille de la Porte...

Learn More

Articles

Articles

Feature Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All