Environnements énigmatiques

Posted in Latest Developments on 16 Octobre 2015

By Sam Stoddard

Sam Stoddard came to Wizards of the Coast as an intern in May 2012. He is currently a game designer working on final design and development for Magic: The Gathering.

Aujourd'hui, je vais vous donner un petit aperçu de la façon dont nous créons nos environnements. Nous les façonnons de telle façon que les compétiteurs du Pro Tour les trouvent intéressants et que les spectateurs les trouvent amusants—tout en essayant de garantir que les formats ne soient pas résolus à l'issue du Pro Tour.

La diversité en Standard

Examinons le Pro Tour Magic Origins. Quelques semaines seulement auparavant, c'était un format qui donnait l'impression d'être dominé par le Rhinocéros de siège et la Fouille temporelle. Et, bien que ces deux stratégies aient été beaucoup jouées et très populaires, les deux meilleurs decks du Pro Tour ont été un deck agressif mono-rouge et un deck Agro artefact bleu-rouge que peu de personnes avaient repéré avant l'événement. Pourtant, en dépit de la composition du Top 8, la plupart des pros sont tombés d'accord sur le meilleur deck, à savoir le deck Agro vert-blanc joué par Brian Kibler, qui ne s'était jamais vraiment rapproché du peloton de tête. Ainsi, nombreux sont ceux qui ont décidé de jouer ce deck au Grand Prix qui suivait—finalement remporté par un deck Tutelle du sphinx bleu-rouge. Comme on s'y était attendu.

Pour ma part, si je devais nommer le deck que le plus grand nombre a considéré comme « le meilleur » au cours de la dernière année de Standard, ce serait certainement Abzan—mais cela ne signifie pas qu'il était aussi dominant que des decks comme Caw-Blade ou Jund l'ont été en leur temps. Certes, ce deck a probablement été l'un des plus populaires, mais il il avait des adversaires pour le faire échouer—comme Compagnie vert-blanc et Dévotion rouge-vert. Même s'il existait certainement un deck supérieur à tous ceux-ci, le metagame n'a jamais été résolu. Semaine après semaine, événement après événement, de nouveaux decks ont fait leur apparition et des deck différents ont remporté des victoires. Ce genre de metagame bouillonnant, au sein duquel de nouveaux decks surgissent sans cesse, est au cœur de la différence entre le Standard et les principaux environnements en Construit. Même si Legacy et Modern présentaient des tendances similaires à leurs débuts et parfois suite à une interdiction ou à la sortie d'une nouvelle extension particulièrement marquante, un tel bouleversement n'est la norme dans aucun de ces deux formats.

Disperser aux quatre vents | Illustration par Raymond Swanland

Le secret de Magic, c'est qu'il n'existe pas de metagame parfait. Même si Modern et Legacy sont souvent des metagames très variés, ils sont aussi fréquemment assez statiques. Les meilleurs decks de l'an passé ne sont pas si éloignés de ceux d'aujourd'hui, car il n'y a tout simplement pas assez de cartes entrant dans les formats (comparativement à la taille de ces derniers) pour effectuer des modifications significatives à un rythme qui les empêcherait d'être intrinsèquement insolvables. Nous pourrions publier beaucoup de cartes super puissantes qui apporteraient des changements lors de chaque extension, mais je pense que cela aurait des répercussions énormes sur le Standard et modifierait l'une des choses que le public apprécie dans les formats sans rotation : que l'on puisse choisir un deck et le jouer pendant des semaines, des mois, voire des années.

Trouver l'équilibre

Si nous ne nous intéressions qu'à la création d'un metagame équilibré, nous pourrions y parvenir en faisant en sorte que de trois à cinq decks soient plus puissants que les autres et qu'ils soient eux-mêmes le metagame. Même si cela présenterait des avantages en termes d'équilibre, ce n'est pas le genre d'expérience que nous souhaitons créer en Standard, et nous ne pensons pas non plus que nos fans apprécient une telle façon de jouer. Une des choses agréables avec Legacy et Modern, c'est le grand nombre de decks viables grâce à la combinaison d'une énorme réserve de cartes et des listes de cartes interdites. La sélection de cartes en Standard est par nature plus réduite, et nous préférerions ne pas y voir figurer de liste de cartes interdites si nous pouvons l'éviter. Pour cette raison, l’atteinte du parfait équilibre ne vaut pas qu’on ôte au jeu tous les éléments d'innovation et de découverte.

En même temps, se contenter d'apporter de la variété à un format n'est en fait pas si utile que cela. Autrefois, dans le Standard de Magic, les formats paraissaient très variés mais souffraient souvent d'un fort déséquilibre. Même si de nombreux decks pouvaient fonctionner à des niveaux inférieurs de compétition, une fois que vous aviez confié cette quête aux meilleurs pros, ce que les joueurs étaient « censés faire » devenait vite évident. C'est pour cette raison que nous avons passé des années à ne pas organiser de Pro Tours en Standard (nous ne l'avons fait que deux fois entre 1996 et 2008). Fréquemment, le Standard s'est effondré et le metagame s'est clairement concentré sur seulement un ou deux decks. La séparation du Standard du Pro Tour et de la scène PTQ a entraîné qu'une grande partie de la couverture de l'événement et des articles portant sur la compétition ne concernait pas le format auquel le plus grand nombre jouait dans les magasins de jeux. Amener le Standard sur le devant de la scène présentait des risques, mais je pense que cela été une bénédiction pour Magic en général.

Pour nous assurer d'obtenir un mélange à la fois de diversité et d’équilibre dans notre metagame du Standard, nous avons utilisé une stratégie fort différente dans notre façon d'envisager le format et ce que nous attendions de nos extensions. Plutôt que d'amener chaque extension à rendre le format du bloc très puissant—et en partant du principe qu'entre ce dernier et l'édition de base, le Standard serait amusant—nous avons entrepris d'intégrer des choses de façon bien plus holistique. Si on regarde ce qui se passait autrefois, les stratégies de bloc étaient souvent totalement différentes les unes des autres et jouaient en fait souvent les unes contre les autres. Cela signifiait que si un bloc était légèrement plus faible que le précédent, il ne bouleverserait pas grand-chose, comme nous l'avons constaté avec Guerriers de Kamigawa. Guerriers serait aujourd'hui considéré comme un format Standard plutôt puissant. Mais ce n'était rien en comparaison avec la puissance de Mirrodin et n'avait guère d'impact sur les stratégies dans ce bloc. En raison de notre attachement à garantir que le bloc soit aussi puissant que possible, le deck Affinité n'avait aucun besoin de cartes extérieures à Mirrodin pour fonctionner. Les choses stagnaient au plus haut point. Désormais, nous nous assurons de positionner des cartes, comme les terrains de récupération "fetchlands" dans Les Khans, que nous pouvons utiliser afin de garantir que les decks d'un nouveau bloc aient de quoi les rendre assez puissants pour avoir un impact en Standard, mais nous ne dépendons pas uniquement de la nouvelle extension pour que ces cartes fonctionnent. Si nous le désirons, nous pouvons publier des cartes dans une future extension pour remplacer les cartes qui ont quitté la rotation, mais nous ne pouvons le faire que si nous en savons radicalement assez pour ne pas créer de bloc monstrueux.

Maîtrise de l'inapparence | Illustration par Daniel Ljunggren

Poser une énigme

Le chifoumi n'est pas un jeu très varié, mais il est très équilibré. Si vous deviez en organiser un grand tournoi, vous verriez que chaque choix l'emporterait environ une fois sur trois. Bien que cela semble la situation idéale, il ne s'y passe pas grand-chose d'amusant ou de nouveau. Le metagame du chifoumi est résolu. S'il y avait un metagame de Magic avec trois decks qui l'emporteraient une fois sur trois, ce serait très ennuyeux—les probabilités d'appariement prendraient toute l'importance. Il est assez difficile de faire le bon choix de deck dans ces conditions. Non, ce à quoi nous aspirons davantage pour Magic, ce sont des environnements variés et assez complexes pour qu'il soit très ardu de résoudre entièrement le metagame. Notre but n'est pas de créer un metagame impossible à résoudre. Nous souhaitons plutôt nous assurer qu'il y a assez de variété et de souplesse dans le metagame pour que la communauté passe (en moyenne) plus longtemps pour le résoudre que lui à exister. Ainsi, idéalement, les joueurs ne devraient pas parvenir à résoudre le Standard de La bataille de Zendikar avant février, date à laquelle Le serment des Sentinelles sortira. Le serment ajoutera donc assez de variations nouvelles afin que la résolution du format soit assez chronophage pour rester une énigme jusqu'à la sortie de Tears, quand Les Khans et Destin reforgé quitteront la rotation.

Une énorme partie du travail de fond effectué par la Future Future League contribue à créer un metagame varié. Même si je lis parfois des commentaires très durs quand nous ratons une carte importante dans nos tests FFL ou quand nous pensons qu'un deck sera bon alors qu'il n'en est rien, il est important qu'on rate certaines choses. Nous passons beaucoup moins de temps à travailler avec la version finale de l'extension que le public. Pour tout dire, nous n'avons jamais joué BFZ seul en Standard avec les versions définitives des cartes. Nous avons préféré finaliser BFZ tout en travaillant sur Le serment des Sentinelles, pour nous assurer qu'aucune carte de BFZ ne bloque cet environnement. Il est tout simplement plus difficile de parvenir à un accord sur la supériorité de tel ou tel deck quand nous changeons constamment de cartes. Notre objectif est de créer les bonnes cartes afin de disposer d'une grande variété d'archétypes valides et de puissances similaires dans nos tests. Ensuite, nous les lâchons sur le monde et on observe ce qu'elles y provoquent. Elles ont souvent accompli ce que l'on attendait d'elles, mais les résultats nous ont parfois surpris. Puis, nous utilisons ces données du monde réel pour agir sur les extensions de l'année à venir et nous assurer qu'elles disposent des outils nécessaires pour entretenir la variété du Standard.

C'est tout pour cette semaine. Retrouvez-moi la semaine prochaine cette même rubrique, où je parlerai de la mécanique de la carence et de la façon dont l'absence de couleur a été développée dans La bataille de Zendikar.

Bonjour chez vous,

Sam (@samstod)

Latest Latest Developments Articles

LATEST DEVELOPMENTS

29 Avril 2016

Jours du futur futur : Ténèbres sur Innistrad by, Sam Stoddard

Bonjour et bienvenue pour une nouvelle édition des Jours du futur futur, la rubrique de Latest Developments où je vous présente certaines des listes de deck de la FFL utilisées pour l'ext...

Learn More

LATEST DEVELOPMENTS

22 Avril 2016

FAQ FFL by, Sam Stoddard

À peu près une fois par extension, j'aime vous montrer certaines de nos listes de deck de la Future Future League pour cette extension précisément, ce qui génère souvent de nombreuses que...

Learn More

Articles

Articles

Latest Developments Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All