La lune hermétique approche

Posted in Les Français parlent aux Français on 23 Juin 2016

By Tolki - Gary Mialaret

Gary Mialaret alias « Tolki » est Youtuber et commentateur de Magic, SC2 et LoL.

Le commencement

L’histoire de ce Standard commence le 9 Avril 2016. StarCity Games organise un Open en Standard, et l’on voit Jim Davis se hisser à la première place du podium avec l’aide de Bant compagnie. On pourrait presque croire que ce tournoi était sans surprises vu que Bant compagnie était le deck le plus attendu de la première semaine, ne perdant que peu de cartes avec la rotation de Khans de Tarkir. Cependant, la vraie histoire de cette première semaine, c’est le fait que deux tiers des decks du top 64 jouent Déclaration dans la pierre. Parmi ces decks, de nombreux decks humains, quelques decks Eldrazi, mais aussi blanc-vert jetons, mené à la 18ème place par Chris Andersen.

Puis vient l’Invitational de Columbus, organisé une nouvelle fois par SCG. Le trophée tombe dans les bras de mono-blanc humains, mais avec une liste qui n’est pas entièrement agressive. En effet, on voit à ce moment Archange des dîmes, Collet de stase et 20 terrains dans les decks blancs.

Le top 8 de Colombus est composé de decks humains, compagnie, et jetons, cimentant ce “metagame” à l’approche du Pro Tour. Il est d’ailleurs intéressant de noter que les listes jetons jouent alors Visionnaire elfe et Inspectrice de Thraben, une mode qui ne fera pas long feu.

Le Pro Tour

Deux semaines après la sortie de l’édition, le Pro Tour Ténèbres sur Innistrad se dispute à Madrid. Le Pro Tour étant le tournoi le plus médiatisé de Magic, il a un impact très fort sur le Standard. Tous les pros sont là pour décoder le format, et le tournoi révèle presque toujours des nouveaux decks qui n’avaient pas été trouvés par les joueurs des tournois SCG.

Et ce Pro Tour n’y manque pas. Steve Rubin gagne avec blanc-vert jetons, et ce tournoi change profondément le Standard :

  • Blanc-vert jetons abandonne les créatures faibles comme le Visionnaire elfe et joue Partisan sylvestre. Le deck devient meilleur en défense et se retrouve favorisé contre les decks humains.
  • De nombreux decks contrôle se hissent en top 8. Seth Manfield, que nous allons retrouver par la suite, compte sur ses planeswalkers pour générer un avantage et gagner. Shota Yasooka fait équipe avec les dragons légendaires de Dragons de Tarkir, et Jon Finkel popularise Saisons passées aux côtés d’Obscure prétention pour avoir un moteur de pioche imbattable en fin de partie.
  • Luis-Scott Vargas et le reste de la team Channel Fireball apportent un deck vert-noir basé sur Carapace de Nantuko et Rituel de cryptolithe, utilisant Recruteur de la garde crépusculaire pour utiliser le mana généré par l’enchantement.
  • Enfin, deux decks basés sur Lunettes du pyromancien viennent clore ce top 8. En particulier, la version de l’équipe EUreka, jouant vert, mélange un deck rampe avec un deck lunettes. Ces deux archétypes étaient légèrement représentés aux tournois précédents, mais jamais fusionnés.

Bant compagnie, bien que populaire, n’arrive pas à s’imposer. Son ratio de victoire est très moyen, et tous les decks sont construits pour le battre. À l’inverse, blanc-vert jetons s’impose comme un des meilleurs decks. Malgré seulement dix joueurs venus avec le deck, huit d’entre eux terminent avec un score positif, avec le vainqueur jouant aussi le deck.

Tout le monde se prépare alors à battre cette nouvelle menace, et la liste vert-noir aristocrates de l’équipe CFB semble alors la meilleure solution.

Grand Prix Toronto

La semaine suivante a lieu le premier Grand Prix en Standard. Blanc-vert jetons prend trois places du top 8, mais la victoire revient à Esper Contrôle. C’est la consécration pour Kalitas, traître des Ghet qui représente l’autre moitié du top 8.

Mais la partie la plus intéressante de ce tournoi est le reste du top 32. Seth Manfield change son fusil d’épaule et arrive à la 21ème place avec un deck quatre couleurs basé sur Rituel de cryptolithe. Au lieu de compter sur des cartes médiocres telles que Phlyctocosse, il rajoute le bleu et le blanc pour Mage réflecteur et Supplanteur eldrazi. On se retrouve avec un deck très proche des listes Rally de la saison dernière, capable de tuer en un seul tour avec un combo infini. Si vous êtes curieux, jetez un œil à l’article de Pierre de la semaine dernière.

On continue alors à voir des decks humains, des decks compagnie, mais c’est surtout blanc-vert jetons qui s’impose comme le fer de lance du format.

Grand Prix Tokyo et New York

Mais le Standard continue son effervescence, avec un duo de Grand Prix la semaine qui suit. Nous sommes alors le 8 mai, et des Grand Prix ont lieu aux États-Unis et au Japon.

À Tokyo, la salle est remplie de decks compagnie et jetons, et ce sont donc les decks construits pour les battre qui se hissent dans les hautes tables. Nous sommes en particulier trois à atteindre le top 16 avec le deck quatre couleurs rites.

Mais la nouveauté du Grand Prix Tokyo, c’est Yuuya Watanabe qui manque de très peu le top 8 avec Bant humains. Fusion de Bant compagnie et de mono-blanc humains, cette liste joue Lieutenante de Thalia avec Compagnie rassemblée pour obtenir un deck capable de sorties très agressives mais qui peut tout de même battre Croupissement.

De l’autre côté du globe, Seth Manfield ne finit pas d’impressionner. Le champion du monde en titre s’impose à New York avec blanc-noir contrôle. Quatre couleurs rites arrive en finale aux mains du Français Louis Deltour, et entre définitivement dans le catalogue des meilleurs decks du format. Mais l’histoire du Grand Prix New York reste la régularité des decks contrôle, bâtis pour vaincre les decks compagnie, qu’ils soient combo (quatre couleurs rites), mid-range (Bant compagnie), ou agressifs (Bant humains). Sur le top 16, huit joueurs jouent des decks contrôle, comptant sur Kalitas pour prendre le dessus contre les decks à base de créatures.

Grand Prix Minneapolis et Manchester

Le Standard ralentit alors un peu. Avec trois semaines de repos avant ces deux Grand Prix, les joueurs ont le temps de bien tester le format et de s’habituer à tous ces decks. Les listes de blanc-vert jetons se fixent de plus en plus, et on voit Pacifiste de Lambholt sortir des réserves pour se retrouver dans la liste principale.

Bant humains domine Minneapolis, en y prenant trois places dans le top 8. De nouveaux decks continuent d’apparaître, avec cette fois-ci bleu-rouge Eldrazi contrôle qui termine dans le top 8 en Angleterre.

Mais l’innovation qui fait couler le plus d’encre est sans aucun doute celle de Raphaël Lévy, jouant Chandra, meneuse de flammes dans blanc-vert jetons… sans le moindre terrain rouge ! Comptant uniquement sur Serment de Nissa pour lancer le puissant planeswalker, Lévy terrasse Julien Henry en finale et oblige les joueurs à vivre dans la peur d’une Chandra “surprise” de la part du jeu blanc-vert.

On voit aussi apparaître mono-bleu prison dans les mains de Martin Müller. Composé uniquement de cartes vues comme “injouables” jusqu’ici, le jeune Danois crée la surprise et termine 25ème.

Grand Prix Costa Rica et fin de saison

Enfin a lieu le Grand Prix Costa Rica, dernier en date. Et Seth Manfield s’impose de nouveau, avec son quatrième deck différent. Il succombe à la tentation et joue blanc-vert jetons, insérant Protectrice de la tanière pour gagner un avantage notable dans le match miroir.

Blanc-vert prend d’ailleurs cinq places dans le top 8, et ce dernier Grand Prix montre que l’on a atteint une certaine stabilité. Frank Karsten atteint pour sa part le top 16 avec mono-bleu prison, et prouve que le résultat de Martin Müller n’était pas un coup de chance.

Conclusion

Aujourd’hui, les meilleurs decks du format sont clairement définis :

  • Blanc-vert jetons, en tête du peloton. Capable de battre les decks agressifs avec ses puissantes créatures à deux manas et de vaincre les decks contrôle avec ses planeswalkers, c’est le deck le plus équilibré.
  • Compagnie “midrange”, Bant, Bant humains: ils arrivent toujours à propulser au moins un joueur dans le top 8.
  • Humains agressifs. À coup de Chasseur de dragon et autres 2/1 pour un mana, ces decks sont explosifs et ne doivent jamais être sous-estimés. Tom Ross en particulier enchaîne les victoires aux tournois SCG avec ces decks.
  • Combo avec Rituel de cryptolithe. De deux à quatre couleurs, on en a vu de nombreuses versions. On a même vu des versions rouges pour Atarka, seigneur-dragon.
  • Contrôle avec Croupissement. Ils sont trop nombreux pour tous les lister, mais ils reposent toujours sur le rituel à quatre manas pour ne pas se faire prendre de vitesse.

De plus, on voit régulièrement des decks rampe dans les hautes tables, et les joueurs ne cessent d’innover. Tomoharu Saito joue régulièrement bleu-rouge vol, un deck comptant sur Visions fiévreuses pour battre blanc-vert.

Au final, l’arrivée de La lune hermétique va permettre à ce format de continuer à évoluer. Verra-t-on l’arrivée d’un deck Spécimen pris dans la glace par exemple ? Qui sait, je suis personnellement impatient de voir les cartes de la nouvelle édition !

Si vous avez la moindre question sur cet historique, n’hésitez pas à me contacter sur Twitter ou Facebook. Je suis toujours à votre disposition pour répondre à vos questions.

Latest Les Français parlent aux Français Articles

Les Francais parlent aux Francais

10 Juillet 2017

L'Âge du draft by, Timothée Simonot

Avant que Nicos-Bolas ne détruise tout sur son passage, un week-end draft vous est proposé dans toutes les bonnes boutiques pour explorer plus en détail l'extension L'Âge de la Destructio...

Learn More

Les Francais parlent aux Francais

4 Juillet 2017

Mon Top 5 des cartes de « L'Âge de la Destruction » by, Rémi “RAPDel” Delorme

Salut les Jobars! Ici RAPDel, j'espère que vous allez bien ! Aujourd'hui, aux portes de la sortie officielle de l’édition «L'Âge de la Destruction», je vous propose de faire un tour d'hor...

Learn More

Articles

Articles

Les Français parlent aux Français Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All