Ruines d'Oran-Rief

Posted in My Favorite Flavor on 29 Décembre 2015

By Cassie LaBelle

Cassie LaBelle is a freelance writer. When she's not at her keyboard dreaming up stories, you can find her playing with his cats, listening to records, or building yet another Magic deck.

La région intérieure de Tazeem abritait autrefois Oran-Rief, une vaste forêt de récifs rocheux.

Imaginez-vous un récif de corail, fragile et épineux, mais constitué de roches qui s'élèvent sur des centaines de mètres dans le ciel. Il n'était certes pas vivant, mais il en avait l'apparence. Des structures composées de racines rampantes enveloppaient des arches de grès friable. De lourdes ronces et des buissons épais recouvraient la roche, rendant plus floue la différence entre les branches et la pierre. Tout poussait vite, avec une vitesse surnaturelle même, surtout dans les creux et les fosses que le soleil de midi ne frappait jamais. La croissance explosive d'Oran-Rief pouvait vous couper le souffle—au propre comme au figuré.

Oran-Rief était un lieu humide. La pierre était poreuse, et l'eau s'écoulait constamment des hauts plateaux, formant de magnifiques cascades. La Mante géanteet le Cerfeclair paissantd'Oran-Rief avaient rarement soif. Les orages étaient fréquents, et ils s'étendaient rapidement. Le Roulis était très actif, et les créatures aériennes étaient désavantagées. Les humains d'Oran-Rief—les invocateurs, les survivalistes— redoutaient toujours la population dangereuse d'hydres et de baloths de la forêt. La civilisation était quasi-absente dans le Vastebois, parce qu'il était trop sauvage pour être domestiqué. Ce n'était pas un lieu où aller si vous vouliez échapper au monde naturel. Vous aviez plus de chances d'y être assimilé.

Oran-Rief est mort désormais. Les arbres ont disparu. Les créatures ont péri. Les roches sont friables et crayeuses. Les Eldrazi en ont puisé toute la substantifique moelle. Le lieu est condamné.

Si les Ruines d'Oran-Rief vous paraissent familières, c'est probablement parce que vous vous souvenez d'une carte similaire de Zendikar :

De quoi vous flanquer la chair de poule, hein ? Même si les Ruines d'Oran-Rief de Jason Felix ne montrent pas la même branche que celle représentée dans la version d'origine d'Oran-Rief, le Vastebois signée Mike Bierek, l'illustration a clairement pour objectif d'évoquer une similitude. Les deux cartes ont un gros arbre couvrant la partie gauche de l'illustration, une grande arche au fond, et une autre partie du récif projetant une ombre dans le coin supérieur droit du cadre. Les deux illustrations ont un groupe d'« aventuriers » s'enfonçant dans le paysage—un groupe d'humains ou d'elfes dans Oran-Rief, le Vastebois, et une colonne de scions eldrazi dans les Ruines d'Oran-Rief.

Les deux cartes sont également similaires mécaniquement. Oran-Rief, le Vastebois s'engage pour mettre un marqueur +1/+1 sur toutes les créatures vertes qui sont arrivées sur le champ de bataille ce tour-ci. Les Ruines d'Oran-Rief s'engagent pour mettre un marqueur +1/+1 sur une créature incolore ciblée qui est arrivée sur le champ de bataille ce tour-ci. Oran-Rief est peut-être devenu une source de puissance pour les Eldrazi, mais vider le terrain de son énergie à des conséquences. Il n'est pas aussi puissant que lorsqu'il bouillonnait de mana vert. Les Eldrazi ne peuvent rien faire pour changer ça.

Bien entendu, la partie la plus intéressante de cette carte est le nouveau symbole « représentatif du mana incolore ». Dans d'anciennes extensions de Magic, cela aurait été juste un petit « 1 » entouré d'un cercle. Pas sur Zendikar. Ce petit cadre aux côtés concaves représente ce que les Eldrazi font subir au terrain, et il le fait si élégamment.

Dans l'histoire de Magic, « l'incolore » a généralement été réservé aux artefacts : des objets qui peuvent être utilisés par les Planeswalkers quel que soit leur alignement de couleur. Peu importe que vous soyez un mage blanc ou bleu-rouge—vous pouvez lancer la Construction conjointe ou l'Arme de poing du vétéran quels que soient les terrains que vous jouiez. Il existe quelques sorts non-artefact incolores dans le jeu—Karn libéré en est un, et Ugin, le dragon-esprit en est un autre—mais ils sont exceptionnellement rares et la transcendance de l'identité couleur a généralement une justification d'ambiance importante.

Ruines d'Oran-Rief | Illustration par Jason Felix

Les Eldrazi sont différents. Leur absence de couleur n'est pas due à la transcendance, comme Ugin, ni à l'universalité, comme un artefact. Ils sont incolores parce que ce qu'ils font ne correspond à aucune identité couleur connue. Ils dévorent la couleur et ce qui reste est... Autre chose. Quelque chose qui n'est pas incolore à la manière de l'Usine de Mishra, mais où le mana blanc, bleu, noir, rouge et vert ont clairement disparu. On pourrait appeler ça l'absence de couleur. L'anti-couleur. La couleur tombée du ciel. L'incolore dans son sens le plus strict.

On ne verra probablement jamais dans le jeu quelque chose qui se rapprochera plus d’une sixième couleur.

Il y a des cartes associées aux Eldrazi dans Le serment des Sentinelles qui requièrent spécifiquement du mana incolore pour être lancées. Vous ne pourrez pas jouer ces sorts sans avoir de terrains comme les Ruines d'Oran-Rief, qui s'engagent spécifiquement pour obtenir du mana incolore. Cela est particulièrement logique au niveau de l'ambiance : maintenant que les Eldrazi ont vidé en grande partie Zendikar de son énergie, ils peuvent l'utiliser pour renforcer leur présence sur le plan agonisant. Ils se repaissent, Zendikar meurt, et ils deviennent plus forts.

Si vous construisez un deck Eldrazi après la sortie de l'extension Le serment des Sentinelles, vous devrez réfléchir davantage au nombre de terrains incolores que vous voulez jouer. Il sera possible de construire un deck qui ne mettra en valeur que les parties détruites de Zendikar, celles qui ont subi une carence de couleur. Ce sera terrifiant et bizarre à jouer, comme si les anciennes règles de Magic ne s'appliquaient plus—comme si le concept même de la couleur et de l'incolore avait été inversé par quelque chose d'étranger.

Je suis très impatient.

Latest My Favorite Flavor Articles

MY FAVORITE FLAVOR

3 Novembre 2015

Le Cycle alimentaire d'Ezuri by, Cassie LaBelle

Les méchants vraiment maléfiques ne sont-ils pas géniaux ? Loki est mon personnage favori dans les BD Marvel, le Joker est le morceau de bravoure dans tous les films de Batman où il appar...

Learn More

MY FAVORITE FLAVOR

8 Septembre 2015

Abomination étouffante by, Cassie LaBelle

La première fois que j’ai fait face au Lige de la fosse d’Eric, il me semblait que c’était la créature la plus puissante jamais publiée. Une force de 7 ! Une endurance de 7 ! Le vol ! Le ...

Learn More

Articles

Articles

My Favorite Flavor Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All