The Bottomless Tank of Never Say Die

Posted in Feature on 31 Décembre 1969

By Mike Flores

Michael Flores is the author of Deckade and The Official Miser's Guide; the designer of numerous State, Regional, Grand Prix, National, and Pro Tour–winning decks; and the onetime editor-in-chief of The Magic Dojo. He'd claim allegiance to Dimir (if such a Guild existed)… but instead will just shrug "Simic."

Laissez tomber les cartes de Magic que vous vous étiez en train de regarder sur le champ. Ne regardez pas votre ordinateur. Traversez le couloir, descendez l'escalier, mettez une paire de sandales et allumez la lumière dans le garage de votre père (pour ceux qui ne sont pas chez eux, ou qui naviguent sur internet depuis le bureau, ça risque d'être assez long, surtout s'il neige). Poussez les containers d'huile, d'antigel, d'ammoniaque et de Clorox (mais ne mélangez pas les deux derniers par accident et ne nourrissez pas non plus les Gremlins après minuit). La voilà, cachée derrière le baquet que vous utilisiez pour laver la voiture familiale : la caisse à outils de papa.

Shard Phoenix

Il a tant de points d'utilité que Shard Phoenix a été brillamment utilisé dans bon nombre de decks différents. De manière ironique pour une créature aussi polyvalente, la carrière du Phénix dans l'histoire de Magic commença peu de temps après sa première apparition ; et depuis lors, la carte a été adoptée par de plus en plus de gens. Après le bannissement de Cursed Scroll dans le Cycle de Rajh, mettant fin pour l'éternité au règne des Jackal Pups et Mogg Fanatics de Dave Price dans leur format le plus dominant, Shard Phoenix s'accoupla à l'incomparable Intuition pour produire le deck Counter-Phoenix si célèbre. Le Phénix d'échardes était si efficace avec Forbid et un nombre incroyable de 29-31 terrains (!) que Randy Buehler, le Grand vizir de Magic: the Gathering ne joua même pas Whispers of the Muse dans sa version.

« LE PHÉNIX INTERDIT », 1998

Download Arena Decklist

Ball Lightning
Shard Phoenix rejoignit les premiers decks Ponza 26/62 Ponza de la fin du Cycle de Rajh, adopté par les adeptes de ce deck concentré sur le contrôle de la table pour sa tendance à tuer les créatures et, franchement, pour son coût de mana relativement élevé (aucune raison que mono-rouge veuille faire baisser la courbe de mana). Le poulet le plus dangereux du jeu avait détruit les espoirs de tant de Ball Lightnings – engagé et nécessitant rarement de quitter le jeu – que des générations entières de créatures cogneuses sanglotèrent l'été dernier quand il fut annoncé que le Phénix reviendrait pour la Neuvième édition. Avant la sortie des Masques de Mercadia, cette carte avait même fait fléchir les bases de mana des decks Survival of the Fittest au point que ce genre de decks V/B pré-Carnage/pré-Ravnica contenaient tous trois montagnes de base dans l'espoir d'utiliser Shard Phoenix comme une sorte de lourd Squee, Goblin Nabob à chaque entretien. Plus récemment, Shard Phoenix fut recruté par certains joueurs de Red Deck Wins en option de réserve pour aider leur défense contre leurs adversaires jouant des deck rouges et gobelin, et leur tentative de monopolisation de la zone mono-rouge.

Il faut dire que Shard Phoenix pouvait et peut encore faire beaucoup de choses. Comme Masticore, il fonctionnait comme source principale de défense contre les créatures et comme baffeur durable. Comme Eternal Dragon, Shard Phoenix était aussi un allié inattendu de Brainstorm pour servir à la fois de moteur d'avantage des cartes et de menace de fin de partie. Juste comme nous l'avions caractérisé au début de cet article, Shard Phoenix était une vraie caisse à outils, une pince multifonctions, si on pouvait qualifier ainsi une carte de Magic… mais ce n'était rien de tout cela qui faisait remarquer Shard Phoenix comme une carte vraiment spéciale.

Caché derrière ce bourrin 2/2, fidèle à son titre de Pyroclasm éternel, se cachait la longue tenue en jeu irrésistible de Shard Phoenix. Peu de decks Counterspell pouvaient concurrencer, et encore moins arrêter la non-concession plus qu'abondante du Phénix. La carte pouvait être contrecarrée une fois, deux fois, vingt fois, ciblée par un Shock, échangée, effrayée à mort, mais tant qu'il y avait suffisamment de mana disponible, elle revenait toujours à la vie, et bondissait sur Morphling autant de fois qu'il le fallait. Shard Phoenix était un moteur d'avantage des cartes qui ne tombait jamais en panne, qui n'était jamais du côté perdant d'une guerre à l'usure, qui n'abandonnait jamais, qui ne quittait jamais la portée de son maître à mois qu'il ne soit spécialement ciblé par un fourbe Krosan Reclamation ou Tormod's Crypt. Pour une carte, tenter de suivre les pas du Shard Phoenix est une tâche difficile.

Reste à voir si l'Oiseau de feu skarrgan est le digne héritier de son ancêtre légendaire. Comme son prédécesseur de Forteresse, l'Oiseau de feu skarrgan a le type de créature distinctif partagé uniquement par trois autres oiseaux dans tout Magic: the Gathering ; il a ce caractéristique dans son encadré de règle qui nous indique que cette nouvelle carte pourrait très bien avoir cette non-concession abondante. Ce qui manque à l'Oiseau de feu skarrgan, c'est peut-être la subtilité de défense qui rendit Shard Phoenix si populaire.

Shard Phoenix était un complément parfait au bleu. Le bleu peut faire pratiquement tout, excepté tuer efficacement des créatures, et l'ancêtre principal de l'Oiseau de feu skarrgan était une carte qui avait permis au bleu de tuer un million de gobelins sans coût d'activation de mana et de piocher un million de cartes ; c'était un mariage parfait. Inversement, l'Oiseau de feu skarrgan est une arme de ces assoiffés de sang gruul ; il ne veut pas faire ami-ami avec le bleu - il hait le bleu ! En supposant qu'il puisse les comprendre, l'Oiseau de feu skarrgan déteste la ruse, la tromperie et la mauvaise conduite. Cette carte est une arme qui fait ce qu'on lui demande violemment et sans détour. S'il tue une armée de gobelins, l'Oiseau de feu skarrgan le fait dans la zone rouge, un gobelin après l'autre, comme Garfield l'avait prévu. Autrement, il est uniquement là pour frapper, martyriser et détruire.

Je ne veux pas dire par là que l'Oiseau de feu skarrgan est mauvais. Il n'est peut-être pas aussi élégant que Shard Phoenix, mais cette carte s'inscrit totalement dans cette lignée. Comme le jeune fermier pleurnichard qui perdit son oncle Owen et sa tante Beru pour devenir un fantastique duelliste à l'épée, ou le pauvre Wesley qui, malgré son amour pour sa princesse Bouton d'or, semble être plus adepte à tomber d'une colline qu'à se battre contre des spadassins sans vergogne, l'Oiseau de feu skarrgan a un potentiel important caché par son 3/3 pour six. Comme beaucoup de héros de fiction, et un certain nombre de protagonistes à succès - certes chers - de Magic, ce potentiel doit être cultivé d'une manière spécifique.

Rappelez-vous, ce volatile est une arme des Gruul. Bien que son caractère récursif soit dans un sens plus flexible que les versions précédentes (l'Oiseau de feu skarrgan peut retourner dans la main de son adversaire en ayant plus ou moins la priorité), cela ne veut pas dire que cet objet contondant ailé réalise que c'est le cas. C'est uniquement une fois que le sang a été versé que le skarrgan songe que peut-être il faudrait défier la mort. En termes de jeu, cela devrait vous aider à concevoir des decks incorporant l'Oiseau de feu du Pacte des Guildes. Je vous suggère de jouer beaucoup de cartes de brûlure efficaces, voir même les plus spectaculaires. Le combat, c'est toujours bien, mais si l'adversaire voit l'Oiseau de feu skarrgan venir, il risque de bloquer alors qu'il ne le ferait pas normalement.

Dans des circonstances optimales, l'Oiseau de feu skarrgan est une créature 6/6 volante pour six manas. C'est tout à fait raisonnable, voir remarquable, si l'on considère que les créatures viables à six manas d'aujourd'hui sont généralement des Dragons 5/5 volants. Ceci dit, il est important de comprendre ce que cette créature n'est pas. L'Oiseau de feu skarrgan n'est pas « un bon plan mana », certainement pas avec six manas pour juste un potentiel de 6/6. Si la carte apparaît dans sa super taille, c’est parce que l'adversaire n'a rien vu ou qu'il n'avait pas assez de bloqueurs (ou qu'il se moquait de la configuration du gros oiseau). La plupart du temps, quand un skarrgan 6/6 apparaît, c’est parce que quelqu'un a visé la tête de l'adversaire. Songez-y : même si vous utilisez un petit Shock bon marché pour activer l'Oiseau de feu, pour la quantité de mana la plus faible, cela vous coûtera sept manas au total et une carte supplémentaire. Il est possible que vous vouliez conserver l'avantage des cartes - même si vous êtes un général gruul sans retenue - alors il pourrait être utile de jouer d'autres sources de blessures directes récurrentes. Si vous parvenez à mettre au point votre timing, le Shamane de Brûlebranche peut être un bon atout grâce à son manque de coût d'activation de mana. Après tout, si un Viashino Fangtail peut arriver au Pro Tour, en plus en format Bloc Construit, tout est possible.


Maintenant, si les Gruul avaient une bonne source de blessures récurrentes...

Si vous pouvez trouver en ligne une source efficace de blessures récurrentes, les possibilités de cette carte deviennent très intéressantes. Grâce à sa capacité de retourner dans la main de son propriétaire quand il le veut, l'Oiseau de feu peut potentiellement devenir un meilleur complément pour des cartes telles que Compulsion ou Thought Courier que Shard Phoenix ne pourrait l'être. C'est vrai que les Gruul ne sont pas célèbres pour leur matière grise, mais même des raids ayant pour but de tout casser nécessitent une certaine planification. Je suis sûr que les Gruul approuveraient votre utilisation des sources de blessures collatérales de l'adversaire à votre avantage quand vous jouez avec l'Oiseau de feu. En plus, ça les ferait rire. A-t-il engagé Adarkar Wastes pour jouer un détestable Counterspell ? Hé, l'Oiseau ? C'est à toi de jouer. Les petits hommes rouges comme Zo-Zu the Punisher ne savent jamais quand s'arrêter, alors ils continuent de tirer même s'ils risquent de toucher leurs équipiers ; même réaction pour l'Oiseau.

En y réfléchissant bien, il existe bien des manières de faire fonctionner cette carte, même si vous devez mettre au point des stratégies fourbes. La plus directe, c'est l'extermination style Citarborescence. Je n'approuve pas d'utiliser Vitu-Ghazi comme remplaçant de Kjeldoran Outpost, et je pense que s'en servir de moyen principal pour parvenir à la victoire est complètement fou, mais cette carte est l'option parfaite pour faire passer des blessures au travers d'un deck Counterspell par la force pendant que le contrôle opposé stabilise la fin de la partie. De même, vous pouvez frapper d'un coup avec vos hommes rouges, récupérer un point et satisfaire votre récursion ou vos conditions de super taille. Je suis un peu sceptique à propos d'un deck qui pourrait accomplir ces deux choses, car il faudrait neuf manas, mais cela reste tout de même faisable. Au vu du paysage du format Standard, où les jetons de créatures sont un élément important des decks bleus et verts, fournissant la qualité pour pas cher, une carte comme Honden of Infinite Rage pourrait être une option intéressante, même si elle n'est pas vraiment sur le même thème. Cet enchantement est à la fois économique et il offre une source de blessures « gratuites » qui peuvent remplir les conditions de votre Oiseau de feu pour la récursion et la prise de muscles (n'oubliez pas que, si nécessaire, le Honden peut se débarrasser de menaces qui ne requièrent pas de cartes spéciales sans en dépenser lui-même). Mis en équipe avec un Honden, Sulfuric Vortex, ou une source similaire de blessures récurrentes, je pense que vous réaliserez que l'Oiseau de feu peut devenir aussi persistant que son ancêtre.

L'Oiseau de feu skarrgan est une carte solide, qui va devenir un classique durant l'année à venir. Le plus difficile pour en tirer le meilleur avantage en fin de partie, à la fois en tant que menace et moteur d'avantage des cartes, c'est de lui trouver un deck idéal, où le plus jeune membre de la fondation du Phénix pourra contribuer à l'établissement de blessures synergétiques et en tirer avantage, même quand l'adversaire sait qu'il débarque en force.

Celle-là, elle est pour tous les John du monde : à vous de jouer !

Latest Feature Articles

FEATURE

23 Mai 2022

Mécaniques de jeu de Commander Légendes : la bataille de la Porte de Baldur by, Jess Dunks

Les aventures populaires de Dungeons & Dragons sont de retour dans Magic avec Commander Légendes : la bataille de la Porte de Baldur. Cette extension vous invite dans l'un des environ...

Learn More

FEATURE

17 Mai 2022

Collectionner Commander Légendes : la bataille de la Porte de Baldur by, Max McCall

Note de l'éditeur⁣ : nous tenons à préciser que la carte Sans visage n'est pas disponible en version super Premium ou Premium traditionnelle. Commander Légendes : la bataille de la Porte...

Learn More

Articles

Articles

Feature Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All