Ouverture des scellés

Posted in Limited Information on 10 Avril 2007

By Wizards of the Coast

Dans cette rubrique, l'accent sera plus souvent mis sur le Draft que sur le Paquet scellé. Les raisons sont nombreuses, mais principalement, drafter demande plus de maîtrise (et c'est plus fun). Il y a aussi plus d'options : une plus grande fluctuation et le fait que, une fois drafté, il vous reste à construire votre deck. Même si vous devriez avoir une idée de comment vous allez construire votre deck quand vous draftez, beaucoup de joueurs ont tendance à évaluer leur sélection de Draft comme une sélection de Paquet scellé. De plus, dans la plupart des tournois, vous devez passer par le paquet scellé pour arriver au Draft plus juteux.

Il faut maîtriser certaines compétences pour construire correctement une sélection en Paquet scellé. D'abord, il faut évaluer les cartes. Il est important de savoir reconnaître la force de chaque carte, ce en quoi elles diffèrent objectivement et la façon dont les contraintes de votre sélection affectent leur force. Vous n’y parviendrez qu'en jouant et en discutant avec d'autres joueurs.

La deuxième compétence primordiale, c’est de savoir équilibrer la puissance et la consistance. Cette notion d’équilibre varie d'un joueur à l'autre. Même les meilleurs joueurs de Magic ont des vues diamétralement opposées sur le sujet ! Je veux bien entendu parler de la base de mana. Vous avez le choix entre jouer un deck bicolore avec des mauvaises cartes, un deck avec deux ou trois cartes d'une troisième couleur en accent, ou encore, en dernier ressort, un deck tricolore avec une base de mana de style 6-6-6. Même s’il y a des variantes d'un format à l'autre selon les cartes à mana disponibles, c’est une constante générale. Vous gagnerez des parties grâce à votre troisième couleur et vous en perdrez à cause de l'entubage de mana. C'est un équilibre délicat.

Si je devais vous donner un conseil, c'est de rester le plus constant possible tout en maintenant le niveau de puissance le plus élevé possible. De manière générale, si vous utilisez trois cartes d'accent ayant un seul mana coloré dans leur coût, il vous faut au moins trois ou quatre sources de mana de cette couleur dans votre deck. Une carte a besoin de deux sources et deux cartes, de cinq ; si vous en ajoutez plus, ce n'est plus un accent de couleur. N'oubliez pas qu'il vous faut généralement huit sources pour chacune de vos couleurs principales (si vous avez une quantité importante d'effets de pompe à répétition ou des coûts exigeants en mana coloré, comme l'Ombre de Trokair, Ehron l'Implacable, ou Phtisie, il vous en faudra encore plus) ; ce qui veut dire qu'en ajoutant un accent de troisième couleur, votre base de mana est 8-8-3, soit au moins un terrain de trop (18 étant généralement un maximum pour les terrains). Ceci signifie qu’en ajoutant de la puissance (l'accent), vous êtes contraint de sacrifier la constance (base de mana). Faites très attention à ça.

Il y a différentes étapes à suivre quand vous ouvrez votre sélection. D'abord, débarrassez-vous de la daube. Définir la daube, c'est simple : ce sont les cartes que vous ne jouerez jamais. L'évaluation des cartes est toujours subjective, mais il y en a toujours qui sont tellement mauvaises que la quasi-totalité des joueurs en arrivent aux mêmes conclusions les concernant. Je parle des Mages feudefrouss et des Cannes de Feldonn des extensions — toutes ces cartes qui s'efforcent à ne rien pouvoir faire. Plusieurs d'entre elles sont considérées par le service R&D comme des 'testeurs de compétence'.

Je vais utiliser une sélection en Paquet scellé typique pour vous faciliter l’application de la théorie. Voici la sélection avec laquelle nous allons expérimenter :

Sélection en Paquet scellé Spirale temporelle-Chaos planaire

Download Arena Decklist

En ignorant les injouables, nous pouvons commencer à examiner ce que la sélection a à nous offrir. Dans chaque bloc, il y a différents thèmes, et il est souvent plus facile de les étudier en premier. Dans ce bloc, les thèmes les plus prolifiques sont les slivoïdes et les thallidés. Heureusement pour nous, cette sélection ne contient que sept slivoïdes et aucun d'entre eux ne donne aux autres une capacité suffisamment puissante pour les utiliser, uniquement parce que ce sont des slivoïdes. Si nous avions plusieurs exemplaires de slivoïdes à effets intéressants, cela justifierait peut-être de les jouer. Le Slivoïde bélier, le Slivoïde cautérisateur et d'une certaine manière, le Slivoïde synchronisé sont tout à fait jouable à cause de leur puissance ; en revanche, le Slivoïde à deux têtes et le Slivoïde instinctif ne sont pas assez bons pour même songer à les utiliser. Il n'y a qu'un thallidé, alors il est inutile de s'y attarder.

L'étape suivante est d'examiner ce à quoi ressemble la base de mana de la sélection. Quelles cartes avez-vous qui pourraient aider à jouer une troisième couleur ? Nous parlons de cartes telles que la Lentille prismatique, les terrains de stockage, l'Immensité terramorphe et les cartes à mana vertes comme le Slivoïde cuirgemme et À la recherche de demain. En le sachant avant de déterminer quelles sont les meilleures couleurs à jouer, vous pourrez immédiatement estimer la viabilité d'un accent de couleur. Notre sélection contient une Lentille prismatique et des Brisants du navire de l'effroi, ce qui limite particulièrement nos options.

Pendant qu'on en est aux cartes à mana, autant en profiter pour vérifier les cartes dorées. Les cartes dorées, par nature, sont puissantes, et souvent, vous devrez essayer de trouver le moyen de les faire fonctionner dans votre deck si elles sont compatibles avec votre sélection. Elles incluent des cartes comme le Scintillement momentané, la Suie étrangleuse et le Troll des haies, qui ont vraiment besoin du soutien de l'accent de couleur. Savoir comment la sélection vous force à allier certaines couleurs est important quand vous examinez chaque couleur séparément, car ce sont ces combinaisons de couleurs que vous voudrez essayer en priorité.

Souvent, les joueurs tombent dans le piège de surestimer le vert. Ils voient une Chercheuse de verdure et un À la recherche de demain qui pourraient aller avec une Lentille prismatique et le vert devient du coup une couleur d’accent pour soutenir leurs deux bonnes couleurs. Le piège, c’est de se concentrer sur le vert à cause du mana, et pas à cause de sa puissance potentielle. Souvent, jouer une couleur uniquement pour son avantage n'est pas suffisant — ces joueurs s’en servent soutenir le mana d'un deck tricolore alors qu'un deck bicolore, avec quelques cartes de remplissage, serait bien mieux pour eux. Soyez très prudent avec ça.

Il y a un dernier aspect à considérer qui peut vous aider à marier deux couleurs : une combo multicolore. La combo un excellent moyen de rentabiliser le potentiel de votre sélection en Paquet scellé : une équipe Pisteur des rêves/ Kavru gueuldefeu ou Gnarr de troupeau/Evacuation des terriers, par exemple. Remarquer ces interactions de carte et évaluer l'impact de leur puissance vient malheureusement uniquement avec l'expérience, mais cette capacité vous sert le plus souvent à ce moment précis de votre sélection, une étape vitale de construction du deck.

Après avoir retiré toutes les cartes injouables de votre sélection et examiné les grands thèmes, le temps est venu de vous attarder sur chaque couleur. Quand vous étudiez une couleur, vous devez évaluer ses forces et ses faiblesses : qu'est-ce qui vous attire ? Qu'est-ce qui ne fonctionne pas ? La courbe de mana est-elle bonne et à quel moment a-t-elle des trous ? Est-elle assez importante pour devenir une couleur principale, ou juste un accent ? Une fois de plus, il faut séparer les cartes les plus faibles des plus fortes. Certaines d'entre elles ne peuvent servir que de remplissage alors que d'autres vont vous guider vers une couleur particulière. Si une couleur ne contient que deux ou trois cartes très puissantes, il vaut mieux les reléguer en accent, en supposant que ces cartes n'aient pas un coût à multiple mana coloré comme l'Esclavage qui, bien qu'extrêmement puissant, ne peut pas être utilisé comme accent.

Il vaut normalement mieux commencer avec les couleurs qui vous ont paru les plus faibles quand vous avez examiné votre sélection pour la première fois, afin de les ajouter plus rapidement à votre pile de cartes injouables. Dans notre cas, la couleur la plus faible a l’air d’être le noir, alors jetons-y un coup d'œil plus approfondi tout de suite :

Les cartes de la rangée du haut sont les plus puissantes, et celles du dessous peuvent uniquement servir à boucher des trous dans la liste des cartes jouables. Je parlerai de Vhati il-Dal un peu plus tard, mais en dehors de lui, il y a peu de raisons intéressante de jouer le noir. Le seul sort de retrait qu'elle offre, c'est l'Assassinat, qui est un peu bancal de toute façon. Sans créature de force supérieure à deux qui soit valable, le noir n'a pas grand-chose à nous offrir. L'Orateur de peste vous encourage à regarder si vous avez des rebelles à disposition, et il y en a deux de plus en blanc, mais comme nous allons le découvrir très vite, ces deux couleurs sont faiblardes et nous n'avons aucune bonne raison de les mettre en équipe. En dehors de Vhati, rien ne nous crie 'Jouez-moi !' Il est donc très facile de jeter le noir dans la pile des injouables.

Remarquez que j'ai tout de suite cherché les cartes puissantes — ce sont elles qui vont me guider vers la couleur à jouer. C'est la force et le potentiel d'une couleur qui indiquent son utilité. Les cartes puissantes ne font pas obligatoirement un bon deck. Leurs qualités principales sont de fonctionner comme des bombes. Des effets de retrait de masse, d'énormes créatures… et l'avantage des cartes : ce sont les trois facteurs clés qui déterminent si des cartes sont bonnes comparativement à d'autres dans l'extension. Et l'évasion... Nous en reparlerons.

Si une couleur ne contient pas beaucoup de cartes avec ces qualités, on peut uniquement la jouer pour sa profondeur. Souvent, le manque de créatures ne pourra pas être compensé par des cartes moins attrayantes de la même couleur. Dans ce cas, les autres couleurs riches en cartes jouables, même si leurs créatures sont plus moyennes, deviennent une option à considérer. Un deck en paquet scellé moyen utilise entre douze et dix-neuf créatures. Si vous ne trouvez pas suffisamment de bonshommes dans vos couleurs les plus fortes, il sera peut-être nécessaire d'aller voir ailleurs.

Le blanc a des problèmes similaires au noir. Il n'y a que quatre cartes attrayantes et aucune d'entre elles n'est particulièrement géniale. Ce ne sont pas des bombes et elles ne possèdent pas d'effet ridicule ou d'avantage des cartes. Les cartes de remplissage sont de plus très moyennes. Même si elles vous procurent un peu de chair à canon, elles ne résisteront pas longtemps. Changeons de crèmerie.

C'est maintenant le tour du bleu. Cette couleur est légère en cartes jouables ; elle a peu de créatures et de sorts efficaces. En revanche, elle possède une bombe incroyable : le Changeforme vésuvéen. C'est un exemple typique de la couleur qui exige d'être utilisée en accent. Bien que le Changeforme ait deux manas colorés dans son coût, grâce à sa capacité de mue, il peut être joué pour , ce qui le rend tout à fait désirable. Les autres cartes qui soient dignes d'être retenues sont la Mutation imprévisible (le retrait est le plus souvent inclus dans les cartes d'accent) et, si le deck est léger en cartes jouables ou en créatures, le Serpent des sillages. Le reste peut être tout de suite oublié.

Ah, voilà qui est tout de suite mieux. Le rouge ne manque pas de profondeur. Je compte onze jouables qui peuvent avoir une bonne place en deck principal. Le Torchelin nous fournit une belle bombe, la Mitraille nous donne un peu de retrait (certes un peu faible), les bestioles en tous genres ne manquent pas et la Parole d'appropriation (principalement utilisée pour acquérir le contrôle d'une créature attaquante qui s'échange ensuite contre un autre attaquant, en gros, un deux pour un) peut potentiellement vous faire gagner la partie. Le Fielleux tectonique est plus faible que les deux autres créatures à six manas du rouge, et il ne sera probablement pas joué. Il est probable qu'aucun des deux slivoïdes dorés ne pourra être incorporés dans le deck vu que nous avons déjà établi que le noir et le blanc sont trop faibles, alors espérons que le vert nous procure une base suffisamment solide pour construire notre deck.

Comme vous l'aurez sans doute remarqué après avoir consulté une première fois votre sélection, le vert est très robuste. Il ne contient que des créatures, mais c'est rarement un inconvénient grâce aux nouvelles caractéristiques que la roue des couleurs lui a envoyé. Le seul avantage des cartes de notre sélection est ici, grâce au Shamane nantuko, aux Déchiffre-bois de Citalune et au Sylvin boismort. Bien que bon nombre de joueurs la surestiment, l'Adjuration des guivres est une carte très puissante, même si elle ne produit qu'une version plus spectaculaire des Sangliers de Boissambre. Havrebois et la Guivre fantomatique vous fournissent des grosses bébêtes moyennes qui viennent compléter l'équipe. On reparlera de Vhati plus tard...

Après avoir étudié chaque couleur séparément, nous en sommes arrivés à la conclusion que deux d'entre elles seulement possèdent assez de puissance et de profondeur pour nous servir de couleurs principales. Souvent, il sera plus difficile de faire une distinction claire entre les couleurs, ce qui vous forcera à réunir toutes les combinaisons de deux couleurs possibles pour évaluer les forces des différentes options. Heureusement pour nous, comme c'est un exemple, notre sélection reste suffisamment simple pour que nous puissions passer directement aux étapes d'affinement.

Voilà, dans la rangée du haut, les vingt cartes les plus susceptibles d'appartenir à notre deck principal. Nous avons à présent une courbe intéressante. Il nous reste à examiner quelles sont les faiblesses de ces couleurs. D'abord, une simple étude de la courbe nous indique que nous sommes légers en deux et quatre manas alors que nous sommes très lourds dans les sorts à six manas. Nous ne pouvons pas faire grand-chose en début de partie, mais nous pouvons remplacer la Guivre fantomatique (la plus faible des six manas) par une Araignée des aiguilles rocheuses pour pallier à l'autre faiblesse.

Nous manquons aussi de retrait – nous n'y pouvons malheureusement pas grand-chose à moins d'ajouter un accent de couleur. Pour ce faire, nous avons le choix entre le noir et le bleu. Avec le noir, nous pouvons enfin nous attarder sur Vhati il-Dal. Il est très puissant, mais notre deck n'a pas vraiment besoin d'un autre monstre, même s'il est méga-costaud. Malheureusement, en dehors de Vhati, tout ce que cette couleur a à nous offrir, c'est un Assassinat, une carte un peu ridicule si vous devez 'topdecker' un marais rien que pour la jouer, pour finalement vous rendre compte qu'elle ne vous permettra pas de vous débarrasser des Rapaces du château qui vous mènent la vie dure. Pour résumer, quand vous piochez enfin la pièce manquante de votre accent, que ce soit le terrain ou le sort, vous voulez qu'elle ait un effet immédiat sur la partie. C'est une des raisons pourquoi il est rarement intéressant de choisir des créatures en accent et que les sorts sélectionnés sont ceux qui ont un effet rapide. Heureusement, le bleu nous propose ce type de retrait et, plus important, une bombe très puissante, le Changeforme. Si nous voulons ajouter un accent de couleur, ce doit être le bleu.

Pour voir si un accent vaut la peine d'être joué, voyons à quoi devrait ressembler notre base de mana. Le moyen le plus simple, c'est de vérifier combien de symboles de mana coloré de chaque type nous avons dans notre deck. Il y a quatorze manas rouges en à peu près seize manas vert, ce qui est beaucoup. C'est principalement dû aux sorts à double mana coloré comme le Shamane skirkien et le Drakon de l'Ouktabi. Cela veut dire que nous aurons besoin de huit à neuf terrains de base de chaque type. Si nous utilisons huit montagnes et huit forêts, cela nous laisse de la place pour deux sources de mana, qui peuvent être un terrain de chaque, deux îles, ou si nous utilisons seulement le Changeforme, une île et une autre forêt.

Vesuvan Shapeshifter

Il faut aussi noter que notre deck est assez lourd à jouer, avec beaucoup de créatures et plusieurs qui coûtent cinq ou six manas. Il est important pour un deck débordant de créatures de toujours pouvoir en jouer une pour rentabiliser la courbe de mana, étant donné le manque de ruses de jeu pour récupérer le tempo s'il prend du retard. Dans la plupart des formats, la quantité normale de terrains est de dix-sept ou dix-huit. Je conseille généralement de jouer le moins de terrains possibles tout en restant dans la mesure du raisonnable parce que je préfère sortir d'un entubage avec une main prête à exploser plutôt qu'inonder la table de terrains sans pouvoir rien faire. Cependant, ce deck a besoin de ses terrains, alors nous allons en utiliser dix-huit. Quand vous évaluez la quantité de terrains à jouer, il est généralement conseillé de donner à toute source de mana supplémentaire, comme la Lentille prismatique ou À la recherche de demain, la valeur d'un demi-terrain. Cela signifie que ce deck utilise 18,5 sources en comptant la Lentille prismatique qui aide à la fois nos couleurs principales ainsi que l'accent, si nous décidons de l’utiliser.

Il apparaît que la Mutation imprévisible et le Changeforme vésuvéen soient possibles à incorporer dans le deck, vu qu'il nous reste suffisamment de place pour jouer deux îles, augmentant le nombre des cartes jouables à 22, ce qui fonctionne parfaitement avec les dix-huit terrains que nous voulons jouer. Ces cartes sont bien plus puissantes que leurs équivalents dans les couleurs principales, car ceux-ci sont des créatures plus chères et moins versatiles. L'accent de bleu nous permet aussi d'abuser des bombes de notre sélection, ce qui veut dire qu'on peut ajouter le Torchelin, la Parole d'appropriation, l'Adjuration des guivres et le Changeforme vésuvéen. Il faut noter que si nous jouons ces cartes rares, ce n'est pas parce qu'elles sont rares ou qu'elles nous servent de bombes, mais c'est parce qu'une fois combinées avec les autres cartes de leur couleur, elles justifient notre utilisation de la couleur.

Voici le résultat final de nos efforts. Une fois de plus, n'hésitez pas à publier vos commentaires et vos réflexions sur les forums — c'est à ça qu'ils servent.

Paquet scellé Spirale temporelle-Chaos planaire

Download Arena Decklist

Q

Latest Limited Information Articles

LIMITED INFORMATION

3 Juin 2015

Tempest Remastered Primer by, Marshall Sutcliffe

Limited wasn't always the way it is now. Back in the day, when Magic was still in its infancy, Limited ranged from an afterthought to no thought at all. You see, the dust hadn't yet settl...

Learn More

Daily MTG

20 Mars 2007

Tactiques de combat by, Wizards of the Coast

En dehors de déterminer comment jouer votre main de départ et de choisir quoi jouer à chaque tour, l'aspect le plus complexe du format Limité, à l'inverse du format Construit, c'est la p...

Learn More

Articles

Articles

Limited Information Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All