La Route du Sel

Posted in Magic Story on 13 Novembre 2014

By Jeremiah Isgur

Jeremiah Isgur is known around these parts as The Sheriff. He is a senior technical producer of customer engagement systems—the group responsible for the technology behind Magic organized play. In his spare time he lives in the future.

Bien qu'ils partagent deux couleurs, les Mardu et les Abzans ne pourraient pas être plus opposés. Les Mardu favorisent la vitesse, frappant vite et fort pour s'emparer des fruits de la victoire. Les Abzans croient en l'endurance, combattant leurs adversaires avec patience et combattant jusqu'au dernier.

Aujourd'hui, nous vous proposons de voir ce qui se passe dans la tête de chefs de patrouilles marduenne et abzane tandis qu'ils préparent leurs troupes au combat…


« Capitaine. » Le lieutenant le rattrapa en courant dans un nuage de sable qui se répandit sur les steppes rocheuses dans la chaleur de l'après-midi. « Vous voyez cette fumée à l'horizon, à l'est du Rocher du Golem ? Ce pourrait être un campement marduen. » Il pointa un doigt ganté en direction de la formation rocheuse. Chaque plaque de métal articulée du gantelet émit un cliquetis tandis qu'il tendait la main.

« Bien vu, répondit Riza, scrutant à son tour dans cette direction. Mais ce n'est pas un campement marduen. Nous verrions plusieurs feux. Ils aiment faire croire qu'ils sont nombreux afin de confondre l'ennemi. Et si c'était un simple éclaireur marduen, nous ne verrions que des traces de sabots dans la poussière. » Riza souffla, soulagé que son second se soit trompé. Prions, pensa-t-il, qu'il n'y ait aucun accrochage avec l'ennemi pendant cette patrouille. Il lança un regard par-dessus son épaule, en direction de ses hommes. Ils étaient cinquante, marchant en deux colonnes, dans un ordre discipliné, mais ils discutaient et riaient de façon détendue.

« Quand je vais retrouver ma femme, se vanta son chef de l'Écaille krumar, je vais boire une cruche de vin, manger un gigot de chèvre complet et je ne quitterai pas ma chambre pendant deux jours. »

« Quant à moi, répondit Riza, je bercerai mes enfants le soir. » Il marqua une pause. « Puis je boirai une cruche de vin, je dévorerai une chèvre et je me retirerai dans ma chambre. » Ses hommes éclatèrent de rire. Les troupes suivirent le chemin de berger parallèle à la Route du Sel, s'éloignant de la sécurité et de la civilisation des territoires abzans.

Citadelle de la steppe de sable | Illustration par Sam Burley

Alors que l'après-midi devenait rougeoyante, le lieutenant courut à nouveau rejoindre son commandant.

« Capitaine, vous voyez cette fumée là-bas ? On dirait bien des feux de camp. »

« Oui, répondit doucement Riza, perdant son sourire. Je vois bien. » Il s'arrêta. Ses hommes stoppèrent derrière lui. « Que pensez-vous que ce soit ? »

« Capitaine, dit son prêtre de bataille, je ne crois pas qu'il s'agisse de feux de camp. Je ressens quelque chose de très différent. »

La patrouille reprit sa marche en direction de la fumée, cette fois-ci plus silencieusement. Il devint évident que ce n'était pas des feux de camp, mais des maisons incendiées car la fumée dérivait en volutes noires dans les vents changeants du désert. Les hommes étaient désormais sur leurs gardes, surveillant dans toutes les directions. Le fauconnier de la patrouille envoya sa buse en reconnaissance. Elle décolla en grinçant, abandonnant une plume dans son sillage.

Plaine | Illustration par Noah Bradley

Finalement, ils atteignirent la source de la fumée, un camp d'été pour les bergers qui amenaient leurs troupeaux paître sur les pentes herbeuses. L'horreur qui les attendait fut difficile à assimiler. Ils avaient déjà vu des villages ravagés par les Mardu, mais rien d'aussi brutal. Le petit village avait été complètement anéanti. Il n'y avait aucun survivant. Hommes, femmes et enfants gisaient là où ils avaient été abattus, leurs cadavres écartelés ou manquant membres et tête. Chacune des huttes de bois avait été réduite en cendres. Il n'en restait plus rien.

La patrouille chercha en vain des survivants. Les éclaireurs comptèrent les traces de sabots pour déterminer la taille de la horde qui était partie vers le nord, estimant qu'elle était au moins composée de cent individus.

Je n'ai aucune envie de me retrouver face à cette horde, pensa le commandant tandis qu'il ordonnait à ses hommes d'enterrer les cadavres.


Le chef de la horde balança l'os de chèvre dont il venait de grignoter la viande et avala une dernière gorgée de vin avant de laisser tomber la cruche, qui se brisa sur le sol.

« Ceci est le fruit de notre labeur ! » s'exclama-t-il en se laissant retomber sur ses coussins. La petite armée qui l'entourait dans le champ leva les yeux de sa viande et de son vin pour saluer son chef intrépide.

Butin des pillards | Illustration par Wayne Reynolds

« Plantedos, fais l'inventaire de notre nouveau ravitaillement et détermine quand nous devrons piller à nouveau. »

Plantedos mangea une dernière bouchée et partit compter les chèvres et les fromages qu'ils avaient volés.

« Chevauchenuit, nous devons discuter de notre prochaine cible. » Il fit signe à son conseiller d'approcher. « Les bergers vont conduire leurs troupeaux dans les villages au nord pour l'hiver. Continuons nos attaques tant que nous avons un butin facile. » Et restons à l'écart des forteresses abzanes dans la mesure du possible, songea-t-il.

Il contempla sa horde ; orques, humains, gobelins, chevaux... tous comptaient sur lui. Ils ont besoin de moi, pensa-t-il avec une certaine autosatisfaction. Leur survie dépend de ma certitude. Toute faille dans mon comportement offre à un autre l'opportunité d'essayer de prendre ma place. C'est comme ça que je suis devenu chef de horde. C'est la tradition de notre peuple et c'est ce qui nous a maintenus en vie pendant tant de générations.

Il fut arraché à ses pensées par le retour d'un de ses espions. Le minuscule gobelin approcha de lui en rampant et lui murmura dans l'oreille.

« J'ai des nouvelles. Nous sommes suivis par une patrouille abzane, à une demi-journée de cheval au sud. Ils sont moitié moins que nous, principalement à pied, bien armés et en armure, et ils savent que nous sommes ici. Ils ont trouvé le campement des bergers. » Il leva les yeux vers son chef, attendant une réaction.

Le chef de horde soupira bruyamment, tendit la main vers une cruche de vin et but une grande gorgée.


« Nous sommes en position d'infériorité à deux contre un, expliqua Riza à ses seconds, qui se tenaient en cercle autour d'une carte de la région. Je ne pense pas qu'une confrontation directe soit avisée. »

« Capitaine, dit le prêtre de bataille, nous représentons la loi sur la Route du Sel. Si nous n'agissons pas, d'autres innocents vont périr. »

« Si nous engageons la confrontation avec les Mardu, réplique Riza, nous serons rapidement cernés, submergés par leur nombre et exposés à leurs archers. Si nous sommes massacrés par la horde, personne ne protègera les bergers qui nourrissent la Porte de la Steppe de sable. »

Ses hommes acquiescèrent dans un murmure. J'ai peur, pensa-t-il, mais je dois rester courageux. Les Mardu frappent comme l'éclair par temps sec. Nous serons massacrés comme des chiens galeux et je ne reverrai jamais ma famille.

« Nous allons retourner à l'oasis des Chutes du Canyon et attendre la grande patrouille de la Route du Sel. Une fois que nous l'aurons retrouvée, nous aurons la force et les moyens de repousser la horde dans son territoire. Lieutenant, envoyez des messagers à la recherche de la patrouille, pour lui expliquer la situation. Et envoyez notre espion surveiller ce que fait la horde. »

Gardien du perchoir | Illustration par Jack Wang

Quand les Abzans eurent terminé d'enterrer les morts et de leur délivrer les derniers rites, la patrouille se reposa brièvement avant d'assembler ses affaires et de reprendre la route de l'oasis.


Le chef de horde se leva, essuyant les miettes et les bouts de gras qui lui couvraient le ventre.

« Laissez tomber votre festin, s'écria-t-il soudain, surprenant les guerriers qui l'entouraient. Ces idiots d'Abzans ont envoyé à nos trousses une patrouille qui n'a que la moitié de nos forces. Une fois que nous l'aurons massacrée, nous pourrons piller ces territoires à notre aise. Quiconque tue un Abzan aura droit de garder tout ce qu'il trouvera sur son cadavre. »

Hurleguerre marduen | Illustration par Yefim Kligerman

Les conseillers du chef le dévisagèrent, choqués par une telle décision. L'intendante fut la seule à oser parler.

« Je le déconseille vivement, dit-elle. Nous sommes chargés de victuailles et nous espérions que nos guerriers pourraient trouver un repos mérité. Si cette patrouille est si faible, elle ne représente aucune menace. Festoyons cette nuit et profitons de notre victoire. »

Les yeux du chef de horde brillèrent de colère. « Tu veux diriger cette horde ? Tu veux cette responsabilité sur tes épaules ? Parce que si nous attendons, les Abzans rassembleront leurs forces et établiront leurs défenses. Les renforts ne sont jamais loin des patrouilles. Ne discute pas mes ordres. »

L'expression du visage de l'intendante en disait long sur ce qu'elle pensait, mais elle baissa les yeux en signe de soumission.

« Je vais te donner une leçon. Tu te souviendras de ne pas critiquer mon autorité devant mes troupes. Tends ta main. »

Hésitante, la jeune femme tendit la main vers son chef, qui s'en empara, prit son couteau et tailla l'extrémité du petit doigt avant qu'elle ne puisse réagir. Les autres conseillers se ravisèrent et se préparèrent à exécuter ses ordres. Cela me peine de devoir lui faire du mal, pensa-t-il, mais personne n'a le droit de douter de mon autorité absolue.

« Nous partons sur le champ ! » cria-t-il à ses troupes. Ses hommes rassemblèrent aussitôt leur équipement et harnachèrent leurs montures tandis que le soleil descendait vers l'horizon en prenant une teinte rougeoyante.

Fonceur des vallées | Illustration par Matt Stewart


La buse espionne revint à la patrouille tôt le lendemain matin. Invisible aux yeux d'hommes ordinaires, elle décrivit de lents cercles avant de se poser. Le soleil n'avait pas encore dépassé des sommets à l'est et la rosée du désert était encore épaisse sur la terre friable. La lune ne s'était pas encore couchée et la patrouille se repérait encore grâce à son reflet humide sur la terre plate.

« La horde revient vers le sud pour nous attaquer, rapporta le fauconnier. Elle a chevauché toute la nuit et nous rattrapera avant midi. »

Le capitaine réunit ses lieutenants, mais n'interrompit pas la marche. Le groupe s'isola pour discuter stratégie loin des oreilles des troupes.

« Nous ne pourrons pas battre en retraite assez vite, commença-t-il. Il y a peu d'espoir que nous puissions retrouver la grande patrouille avant que la horde ne nous rattrape. J'ai bien peur que nous préparer à un affrontement direct soit notre seul espoir. »

« Capitaine, si nous accélérons le pas, nous pourrions peut-être atteindre l'oasis. Le canyon annulera l'avantage de la cavalerie. Nous pourrions peut-être établir une forte défense dans l'oasis grâce au terrain et aux arbres. Si nous parvenons à la retenir, nous pourrons peut-être résister jusqu'à l'arrivée des renforts. Nous aurons accès à de l'eau et un abri, et la horde sera contrainte de combattre en plein désert. »

Le premier lieutenant regarda les autres hommes, satisfait de son plan.

Chef de l'Écaille | Illustration par David Palumbo

Le capitaine promena son regard sur ses lieutenants. Personne ne semblait être en désaccord.

« Si les Mardu nous rattrapent pendant qu'on bat en retraite, nous sommes morts. Mais même si nous nous arrêtons pour combattre, nous périrons probablement. Donnons-nous les meilleures chances. » Il se redressa fièrement.

« Marche forcée », ordonna le capitaine avant de courir jusqu'à la tête de la colonne.


Le chef de horde se tassa un peu sur son cheval de guerre. Chevaucher toute la nuit était fatigant. Mais pas autant que marcher, comme devaient le faire les Abzans. Il avait espéré les rattraper dans l'obscurité et les surprendre, mais ils avaient clairement été alertés. La horde avait suivi les traces de la patrouille depuis qu'ils avaient passé le campement incendié.

Si les Abzans avaient le temps d'établir une position défensive, il serait stupide de les attaquer de front. Ses cavaliers étaient rapides, mais leur armure était légère. Même une petite patrouille abzane pouvait s'avérer redoutable une fois préparée à une attaque. Mais son plan lancé, il devait maintenir l'initiative. Modifier sa stratégie serait un signe d'incertitude. Il ne pouvait pas montrer de faiblesse s'il désirait garder son rang de chef de horde. Il espérait simplement qu'ils atteindraient les Abzans avant que leurs ennemis puissent appeler des renforts ou établir une défense. C'était encore possible, même si les chances étaient plus faibles qu'il ne l'aurait souhaité.

Mais c'était la voie des Mardu. Seuls les plus forts survivent. Et le clan était le plus fort. Il avait profité du labeur des faibles depuis des générations. Tous ces guerriers dépendaient de lui et de sa direction implacable pour survivre. Les traditions du clan, qui les avaient maintenus en vie et en expansion pendant si longtemps, devaient être préservées.

Ascendance marduenne | Illustration par Jason Chan

Peut-être serait-ce le jour où ils mourraient. Mais dans le cas contraire, sa position de chef n'en serait que renforcée.


Le capitaine réunit ses lieutenants à l'ombre d'un rocher et il fit passer son outre d'eau. La journée était déjà chaude. Les cinquante hommes de la patrouille abzane remplissaient leurs gourdes dans le bassin de l'oasis et donnaient à boire aux quelques bouquetins.

« Ogan Relieur-de-bouclier, joignez-vous à nous », dit Riza à son chef d'Écaille krumar marduen, qui scrutait l'horizon à la recherche de signes de la horde. Positionnez vos hommes à l'entrée du canyon et formez un mur de boucliers. Assurez-vous qu'ils aient suffisamment de lances et d'eau. »

Le krumar se précipita pour exécuter les ordres du capitaine.

Branle-bas de combat ! | Illustration par Craig J Spearing

« Dissimulez nos archers dans les rochers sur la bordure ouest du canyon pour empêcher la horde d'approcher. Cela devrait protéger les hommes et le matériel. Envoyez le reste des hommes à l'extrémité nord du canyon, au niveau de la source, et préparez une embuscade au cas où ils essaieraient de nous prendre de revers. Gardez quatre soldats près de l'équipement pour nous fournir ce dont nous aurons besoin et faire passer mes ordres aux troupes. »

Ses seconds acquiescèrent. Le prêtre de bataille pria les ancêtres et passa sa bénédiction aux troupes, qui s'étaient rassemblées à l'ombre des palmiers qui poussaient près de la source.

« Quand nous patrouillons, vous êtes ma famille, dit Riza à ses soldats. C'est le lien qui nous donne notre force. J'ai foi dans les capacités de cette unité et ensemble, nous établirons une défense digne de notre héritage abzan. »

Les troupes échangèrent la poignée de main militaire abzane traditionnelle et passèrent à l'action.


La horde marduenne accéléra l'allure dès que l'oasis apparut. Seuls quelques kilomètres de désert rocailleux la séparaient de sa destination. Bien que les Mardu avaient galopé toute la nuit, ils n'étaient pas fatigués. La tentation de la bataille et l'espoir de gloire leur redonnaient des forces. Le chef de horde regarda derrière lui la traînée de poussière qui s'étirait sur des centaines de mètres dans le désert. Il ferma les yeux et écouta le grondement de sa cavalerie, sentit le chaud vent du désert dans ses cheveux. La victoire ne dépendait plus de lui. Elle dépendait maintenant du dragon. C'était la vitesse des ailes du dragon qui remporterait la bataille.

Ruée guerrière | Illustration par Dan Scott


« La horde approche ! » s'écria le messager quand il passa en courant au niveau des hommes postés à l'entrée du canyon. Vingt-cinq soldats d'infanterie écailledragon à armure lourde prirent position avec leurs lances et joignirent leurs boucliers pour former un mur solide. Aucune flèche ne pourrait pénétrer cette défense, désormais aussi invulnérable que le dos du dragon. Ils savaient que la horde était rapide, mais elle n'avait pas la résistance de l'écaille du dragon.

L'air vibra sous le passage des flèches. Les Abzans s'abritèrent sous leurs boucliers et derrière les arbres et les rochers. Un vent surnaturel les cingla au visage et pour quelques-un d'entre eux, pris au dépourvu, il n'y eut aucune échappatoire au barrage mortel. L'infanterie écailledragon remplit nerveusement les espaces laissés par leurs camarades tués.


La horde marduenne se scinda avec fluidité en deux colonnes d'assaut, se dirigeant chacune vers l'une des extrémités du canyon.

« Aux vainqueurs, le butin ! », s'écria le chef de horde tandis qu'il dégainait son épée, la puissance de sa voix encourageant les chevaux à accélérer, comme par magie.

Il se dressa sur sa selle à temps pour voir la tour de l'éléphant de siège abzan apparaître au loin dans la chaleur et la poussière…

Ivoirin forteresse | Illustration par Jasper Sandner


Découvrez plus de fiction Magic officielle sur la page Uncharted Realms.

Latest Magic Story Articles

Magic Story

22 Février 2019

RÉSUMÉ DE L’HISTOIRE DE MAGIC – L'ALLÉGEANCE DE RAVNICA by, Wizards of the Coast

Episode 5 - Le Sénat Azorius Le Sénat aux couleurs blanche et bleue renforce son contrôle sur la cité sous l'impulsion de son nouveau chef Dovin Baan, et de magelois aussi imaginatifs qu...

Learn More

Magic Story

16 Novembre 2018

Résumé de l’histoire de Magic – Les guildes de Ravnica by, Wizards of the Coast

Episode 5 Dernier épisode des Guildes de Ravnica, avec un elfe meneur de guivre appartenant au Conclave Selesnya, et qui découvre malgré lui de sombres desseins dans les sous-sols de la ...

Learn More

Articles

Articles

Magic Story Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All

Nous utilisons des Cookies sur ce site pour personnaliser le contenu et les publicités, fournir des fonctionnalités de médias sociaux et analyser le trafic web. En cliquant sur OUI, vous acceptez nos Cookies. (Learn more about cookies)

No, I want to find out more