L'histoire de Magic 2019 - Partie 3/4 - Magic C'est Chic

Posted in Magic Story on 6 Août 2018

By Wizards of the Coast

“Si vous avez raté les deux précédentes parties de l’histoire de Magic 2019 «Les Chroniques de Bolas», c’est ici et ici. »


Bonjour à tous ! Vous venez de transplaner dans Magic C’est Chic pour notre troisième partie du résumé de l’histoire de Magic 2019.

Salut à tous ! Et oui Tony, nous avons vu dans l’épisode précédent ce dont était capable notre cher Nicol Bolas quand il s’agit de monter les humains les uns contre les autres pour assouvir sa vengeance, ce qui a tellement énervé Ugin que son étincelle de planeswalker s’en est éveillée.

Aujourd’hui nous allons en apprendre un peu plus sur ce qui a conduit les dragons ancestraux à la guerre qui a causé leur perte… événement que nous avions évoqué dans notre tout premier Fait ou Fiction dédié à l’histoire de Nicol Bolas justement !

Épisode 5

Mais d’abord, revenons sur Tarkir alors que le groupe de Yasova Griffedragon se retrouve en pleine tempête draconique. La foudre ne cesse d’éclater tout près de la grotte où Baishya, Naiva et les autres sont réfugiés, et laisse derrière elle des portées de nouveaux dragons. Au milieu du ciel assombri et des cris de dragonnets, ils distinguent une silhouette massive ornée de ramures flamboyantes : Atarka la Seigneur-Dragon était en train de mener les nouveau-nés vers le cœur de la tempête. Un peu plus loin dans l’orage, un flash de lumière dorée apparaît puis disparaît aussitôt en laissant derrière lui une traînée étoilée, comme si quelque chose venait de tomber des cieux. L’instant d’après, le puissant orage s’arrête. Yasova profite de l’occasion pour remettre le groupe en marche mais avant qu’ils ne puissent réagir, l’imposante Atarka vient se poser en travers de leur chemin dans un énorme tremblement de terre, furieuse d’avoir retrouvé l’un de ses dragons mort. Yasova s’adresse à la bête et lui explique que son petit a été tué par un dragon d’Ojutaï, mais que le groupe a vengé Atarka en le mettant à mort. Pour appuyer ses propos, Yasova guide la dragonne jusqu’au cadavre de la bête abattue pour qu’elle puisse en faire son repas. Pendant qu’elle se nourrit, elle demande à Tae Jin de la divertir en lui racontant une histoire. Ce dernier s’exécute en reprenant les péripéties de Nicol Bolas.

Après avoir réussi à retourner les clans d’humains tueurs de dragons les uns contre les autres et abattu leur chef, Nicol fut accueilli comme le sauveur du royaume et se vit offrir le trône. Il se fit appeler le second soleil et régna sur son peuple durant des générations. Pendant ce temps, les dragons se multiplièrent sur le continent si bien qu’un jour, Bolas trouva sept descendants de Vaevictis Asmadi en train de brûler des parcelles de son territoire. Ces derniers lui dirent qu’ils avaient déjà chassé Palladia-Mors et qu’ils comptaient bien s’approprier les terres de Nicol de la même façon. Bolas regroupa alors son armée et ses balistes chargées de flèches venimeuses pour contre-attaquer. Les soldats retrouvèrent les jeunes dragons et parvinrent à en abattre six après de lourdes pertes. Le dernier pris la fuite et Nicol motiva ses troupes à le poursuivre, mangeant les humains les moins coopératifs au passage. Il ne fallut que peu de temps pour que trois autres plus gros dragons, accompagnés de Vaevictis lui-même, viennent à leur tour venger cet affront.

Bolas sacrifia la moitié de son armée, notamment une troupe de puissants mages, pour venir à bout de deux des opposants et parvint à attirer le troisième loin de Vaevictis quelques instants. Il profita de l’occasion pour accrocher son regard et murmurer à son esprit, prouesse qu’il avait appris à maîtriser avec les âges. Il convainc le dragon de se retourner contre Vaevictis et promit de l’aider à le tuer. Mais à la place, il laissa les deux monstres à leur combat et pris la fuite en s'assurant d’achever les survivants de son armée pour ne pas qu’ils racontent les actes peu valeureux de leur souverain. Au lieu de retourner sur son trône, il alla trouver les autres dragons du groupe de Vaevictis pour leur annoncer que ce dernier s’était retourné contre eux et avait déjà tué trois des leurs. Ensuite, il retrouva la trace de Palladia-Mors et lui apprit que son rival était grièvement blessé suite à son dernier combat.

Le temps passa et les clans de dragons commencèrent à s’affronter, prenant goût à la convoitise et l’avidité que Nicol croyait spécifiques aux humains. Même le sage Arcades Sabboth succomba aux suggestions de Bolas et prit part à la guerre. Tae Jin conclut qu’au final, seul Nicol Bolas garda foi en ceux sur qui il régnait et qu’il n’oubliait pas la promesse qu’il avait faite à son jumeau : il n’y aurait qu’une loi pour tous, humains comme dragons.

Suite à ces mots, le regard du jeune Jeskaï fixe le sol comme s’il avait oublié ce qu’il venait de raconter ou même qui il était. Atarka finit d’avaler les dernières entrailles de la carcasse du dragon puis reprend son chemin. Après le décollage de la bête, Tae Jin s’effondre et dit à Yasova que l’histoire qu’il vient de raconter lui vint à l’esprit dans un murmure alors qu’il s’apprêtait à en raconter une différente. La vieille femme prend alors un air inquiet. Elle lui rappelle que des murmures avaient autrefois cherché à altérer le monde de Tarkir et que Yasova les avait suivis, ce qui causa en partie la mort d’Ugin. Ils doivent atteindre la tombe du dragon-esprit coûte que coûte et reprennent donc la route.

Épisode 6

Sur place, des collines pointues s’échappaient de la toundra glacée. Une pierre longue et courbée se tenait au milieu du paysage, baignant dans une brume bleutée qui recouvrait le canyon en contrebas. Dans cette fissure immense se tenait le cocon qui protégeait les restes d’Ugin, activé par le planeswalker Sarkhan quelques décennies auparavant. Yasova arrête le groupe et donne ses ordres. Elle envoie l’orc Fec explorer la grotte plus loin devant eux. Un autre groupe commandé par une certaine Mevra est le dernier à avoir chassé sur ce territoire et pourrait donc les accueillir. Naiva et Bayshia suivent ensuite leur grand-mère tandis que les autres chasseurs restent sur place avec Tae Jin.

La vieille femme les guide vers une caverne cachée devant laquelle se tenait une pierre où était gravé le symbole du clan Temur, désormais interdit par Atarka. Elle explique à ses petites filles que l’endroit est un lieu sacré de méditation pour les chamans du clan et que si les choses tournaient mal pour elle, les jumelles devraient venir s’y cacher. Quand Yasova disparaîtra, elles devront transmettre l’histoire de leurs ancêtres pour que l’espoir d’un avenir meilleur, loin du joug des dragons, subsiste.

Elles avancent ensuite dans un tunnel de plus en plus étroit qui donne accès aux hauteurs de la grotte dans laquelle Fec était supposé retrouver l’autre groupe de chasseur. D’en haut, Yasova repère que Fec parle à une femme, mais que tous les chasseurs ont disparu en laissant derrière eux leurs armes et leurs affaires. La femme lui dit qu’ils ont tous succombé à une maladie, tout en restant évasive dans ses réponses. Elle indique qu’elle est à la recherche de Yasova, sans savoir que cette dernière observait la discussion d’au-dessus. Fec lui répond qu’il fera ce qu’il peut pour la trouver, tout en prévenant Yasova d’un geste discret d’un potentiel danger.

Yasova, surprise, indique à ses petites filles que la femme à qui parlait Fec a l’apparence de Mevra mais que ce n’est potentiellement pas elle. Voulant vérifier par elle-même, elle dit à Baishya et Naiva de l’attendre sur place sans bouger. Dès qu’elle s’éloigne, Naiva, guidée par une nouvelle vision, attrape sa sœur et l’emporte vers l’endroit le plus reculé de la caverne. Elles se retrouvent face à un cul de sac matérialisé par un mur d’hédrons, les dispositifs recouverts de runes qui protègent les restes d’Ugin.

Les yeux de Naiva se mettent à faire des mouvements curieux. Au même moment, elle se met à penser que sa sœur lui a une nouvelle fois imposé ses choix, appuyés par de prétendues visions qu’elle-même n’avait pas la capacité de voir. Il fallait toujours qu’elle suive le chemin que leur grand-mère avait tracé pour Baishya plutôt que d’être reconnue pour ses talents de chasseresse. Le fil de ses pensées est ensuite interrompu par Baishya qui l’appelle et lui montre un passage dans le mur d’hédrons qu’elle venait d’ouvrir via un levier caché.

Elle disparaît dans le passage sombre et Naiva reste derrière quelques instants alors qu’une nouvelle pensée lui vient : “Grand-Mère la préfère à toi, tu peux l’abandonner ici. Ton destin t’attend, tu deviendras la plus grande chasseresse de ton peuple. Ce sera plus simple sans elle pour te ralentir”. Mais portée par son sens du devoir et de l’amour qu’elle porte à sa sœur, elle se décide à la rejoindre. La pièce dans laquelle elle venait de pénétrer était à la fois immense et minuscule. L’air était recouvert d’une brume lumineuse et brouillait la vue de Naiva. Baishya était étalée au sol, comme endormie, tenant un objet dans l’une de ses mains. Après quelques secondes, Naiva s’évanouit elle aussi et attrape la main de sa sœur dans un dernier moment de conscience. Elle rejoint la vision dans laquelle cette dernière était déjà plongée.

Elles voient le moment où l’étincelle d’Ugin se déclencha et le transporta dans un lieu recouvert d’une eau argentée qui s’étendait à perte de vue. Vient ensuite la vision du dragon qui transplana pour la première fois sur Tarkir et décida d’insuffler la vie sur ce monde encore jeune, éveillant les créatures des terres et des eaux. Ses battements d’ailes laissaient place à des tempêtes faisant naître des dragons. Les humanoïdes le vénéraient et il racontait son histoire à leurs chamanes.

Un jour, il repensa à son frère et décida de transplaner de nouveau. Dans une vague de feu invisible, il se retrouva flottant au-dessus de cette mer infinie et son aura méditative. Une goutte d’eau tomba soudain dans l’océan et ouvrit une fenêtre vers le monde de Dominaria dans laquelle Ugin se glissa. En apparaissant près de la montagne de sa naissance, il constata que le paysage avait changé. Un temple orné de deux cornes qu’il connaissait bien la surplombait désormais. Plus bas, toute une société humaine était établie, et Ugin savait au fond de lui que Nicol en était le souverain tyrannique. Attristé de voir que son frère n’avait pas changé, Ugin repartit d’où il vint. Maîtrisant peu à peu l’art de transplaner, il visita des centaines de mondes : Zendikar, Innistrad, Lorwyn, Alara, Shandalaar et bien d’autres.

Pris de remords, il revint un jour sur Dominaria, décidé à retrouver son frère.

Il survola le continent de Jamuraa jusqu’à arriver sur les lieux de la dernière bataille que se livraient les armées d’Arcades Sabboth et Nicol Bolas. Dans un élan de rage, Ugin se lança au milieu de champ de bataille et interpella ses frères. Les troupes au sol, choquées, s'arrêtèrent net. Arcades dit qu’il ne se battait que pour défendre son peuple, et profita de cette interruption pour ordonner le retrait de ses troupes. Bolas, de l’autre côté, resta stupéfait par la vision de son frère qu’il pensait mort. Nicol lui dit qu’il n’était pas réel car Ugin avait été tué par les hommes et leur magie. Pour se venger, il se promit de régner sur le monde pour qu’Ugin en soit fier. Bolas abandonna alors son armée et partit montrer à son frère ce qu’il avait bâti pendant toutes ces années.

En survolant les continents, Ugin constata les ravages des guerres que son frère avait engendrées. En arrivant à la montagne de leur naissance, Bolas dit à son frère que Dominaria lui appartiendrait bientôt et qu’ils pourraient régner tous les deux. Mais Ugin lui rappela qu’il avait essayé de manipuler son esprit avec sa magie et lui apprit que Dominaria n’était qu’une infime partie du multivers et que d’autres mondes existaient. Les petits jeux de Bolas étaient donc insignifiants à ses yeux de planeswalker. Il lui raconta le moment où son étincelle s’était déclenchée, quatre ou cinq mille ans plus tôt, après que Bolas avait essayé d’entrer dans son esprit. Il lui expliqua comment transplaner, mais Bolas ne le crut évidemment pas. Pour lui, son frère n’était qu’un menteur et un lâche qui s’était caché depuis tout ce temps, jalousant tout ce qu’il avait accompli depuis. Réalisant que son frère Nicol n’avait pas changé après tout ce temps, imbu de lui même et avide de toujours plus de pouvoir, Ugin transplana à nouveau.

Une secousse réveille Naiva qui venait de lâcher la main de sa sœur, rompant leur lien spirituel. Baishya était toujours allongée, perdue dans les visions du passé. Naiva ne pouvait s’empêcher de se demander si toutes ces histoires qui se passaient de génération en génération étaient vraies. Soudain, elle entend du bruit à l’extérieur de la pièce et s’y dirige. Dehors, elle retrouve Yasova qui avait fait demi-tour et lui explique tout ce qu’elle vient de vivre. La vieille femme lui dit que Mevra et son groupe sont probablement morts et qu’ils sont en grand danger si la chose qui a pris l’apparence de Mevra est bien ce qu’elle croit. Elle dit à Naiva d’aller se réfugier dans la caverne chamanique avec les autres. De son côté, Yasova compte essayer d’entrer en contact avec Ugin via Baishya.

Après avoir parcouru quelques mètres, la femme à l’apparence de Mevra se présente devant la jeune trappeuse. Elle lui sourit et lui dit qu’elle est venue de loin pour trouver Yasova. Naiva, terrifiée, rétorque qu’il n’y a rien ici à part des hédrons recouvrant les restes d’un dragon. La chasseresse demande à la femme qui elle est vraiment et le corps de cette dernière se met alors à fondre, s’étirer, pour qu’en émerge un dragon bien plus immense que ceux qu’elle connaissait, plus impressionnant qu’Atarka elle-même. Il était pourvu de cornes incurvées qu’elle avait déjà cru voir dans ses visions et une gemme flottait au-dessus de sa tête. Nicol Bolas s’adresse alors à elle : “Tout ira bien maintenant, Naiva. Tu es en sécurité. Tout ce que tu as toujours voulu sera tien. Fais-moi confiance. J’ai juste besoin d’une chose. Une toute petite chose”. En essayant de ne pas trembler, Naiva demande au dragon ce qu’il recherche. Il lui rétorque qu’il veut Ugin, ce à quoi elle répond qu’Ugin est mort.

Bolas rapproche son visage de celui de la jeune fille : “C’est ce que je croyais la première fois que je l’ai tué. Cette fois je suis revenu pour m’en assurer. Tu es la chasseresse indomptable, bientôt tu seras reconnue comme le plus grand des tueurs de dragon, qui va m’aider à détruire Ugin pour toujours”.

C’est sur ce beau discours que se termine cet épisode de l’histoire de Magic 2019. Nicol Bolas va-t-il convaincre Naiva et arriver à ses fins ? Nous le découvrirons ensemble dans la conclusion de l’histoire le 17 Août !

Latest Magic Story Articles

MAGIC STORY

29 Novembre 2021

Épisode 5 : Jusqu’à ce que la mort nous sépare by, K. Arsenault Rivera

La loi se définit dans l’affirmation de l’ordre sur le chaos. On ne peut avoir l’un sans l’autre. Chaque jour de son entraînement, Adeline se l’est vu rappeler : les cathares devront touj...

Learn More

MAGIC STORY

17 Novembre 2021

Épisode 4 : Les Trouble-fête by, K. Arsenault Rivera

Une explosion de lumière souffle les fenêtres du manoir Voldaren. Les sorts de restriction tombent en cendres qui se dispersent au vent. Pour la première fois depuis peut-être des mois, l...

Learn More

Articles

Articles

Magic Story Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All