Promesses anciennes, promesses nouvelles

Posted in Magic Story on 13 Avril 2016

By Ari Levitch

Ari spent a few years as the herald of Dukos, the star-eating cosmic squid, before becoming a high school history teacher. Now that he has been inducted into the cabal of Magic creative writers, his parents are finally proud of him.

Histoire précédente : Le temple du cimetière marin

Lorsque Jace s’était rendu au manoir Markov, il espérait y trouver Sorin, le Planeswalker vampire. Cependant, seuls l’y attendaient des ruines à la géométrie improbable et des cadavres enchâssés dans les murs. Pour Jace, ce fut le début d’un nouveau mystère. Il ignorait néanmoins qu’il venait de manquer Sorin et que cette déclaration d’intention inscrite dans la pierre était destinée au vampire.

Son passé est en effet revenu hanter ce dernier. Paria parmi les siens, il espère pourtant obtenir leur aide afin d’affronter la menace qui pèse sur Innistrad. Cette quête l’a ainsi conduit à la demeure de la puissante Olivia Voldaren.


Derrière les masques élégants, plus d’une centaine de paires d’yeux l’observaient tandis qu’il traversait la salle de bal. En pareille compagnie, un autre se serait senti tel une souris au milieu d’un vol de hiboux, mais pas lui. Ses pas résonnaient sous le plafond voûté, par-dessus le brouhaha des murmures qui répétaient tous un même nom.

« Sorin Markov ! » s’exclama une voix mélodieuse par-dessus les chuchotements, une voix féminine empreinte de sarcasme, qui prononçait les syllabes de son nom en donnant l’impression qu’elles constituaient la chute d’une longue histoire drôle venant enfin de s’achever. Mais il n’en avait cure. Ce qui lui importait, c’était que cette voix appartenait à celle qu’il venait voir.

« Il semble que j’aie interrompu ta réception, déclara Sorin, faisant un grand geste théâtral en embrassant la salle, avant de reposer la main sur sa poitrine dans une feinte humilité. Tu m’en vois réellement navré. Mais je t’en prie, Olivia, montre-toi ! Nous avons à parler. » Il scruta l’assistance, tous ces vampires assemblés pour participer aux extravagantes festivités préparées par leur hôtesse. Sorin avait assisté à des dizaines, voire des centaines de ces bacchanales, mais pas depuis au moins mille ans.

Enfin, l’une des convives baissa son masque de porcelaine qui parodiait le héron d’Avacyn. Elle s’en débarrassa d’un revers de main, puis lévita, comme pour démontrer le pouvoir de son antique sang.

Olivia Voldaren | Illustration par Eric Deschamps

« Je ne puis imaginer que nous ayons quoi que ce soit à nous dire, seigneur d’Innistrad », répliqua Olivia en le saluant du buste. La manière dont elle se moquait de lui, en imitant son affectation, n’échappa à personne, et des éclats de rire parcoururent la salle. Sorin ignora l’affront : après tout, elle était maîtresse chez elle et avait le droit de s’amuser à ses dépens. Il se contenta de lever les yeux vers son visage que ses épaisses boucles rousses rendaient encore plus pâle. Il connaissait bien ce stratagème, qui consistait à intimider ses interlocuteurs en les prenant de haut. Olivia excellait à ce petit jeu, mais Sorin n’était pas l’un de ces vampires nouveaux-nés qui cherchaient à tout prix à obtenir ses faveurs, et sa patience avait ses limites.

« Le rejeton d’Edgar Markov n’est pas le bienvenu ici, continua-t-elle. Raccompagnez-le ! »

Sans hésiter, une demi-douzaine de vampires s’avancèrent d’entre les convives. L’un d’eux tira un fleuret de son fourreau. « Ma Dame vous a intimé de partir, déclara-t-il. Vous n’avez rien à faire céans ! »

Sorin n’en tolérerait pas davantage.

Son épée étincela à la lumière des chandeliers et, en quelques instants, cinq de ses adversaires se tordaient de douleur sur le dallage, des volutes de vapeur noire s’échappant de profondes entailles. Il n’en restait qu’un — le premier —, mais Sorin regarda d’abord Olivia pour s’assurer qu’elle observait la scène, puis il leva la main et, au moment où le duelliste se fendait, referma le poing. Le corps de son assaillant explosa dans une pluie de cendres.

Justification Judge Promo | Illustration par Karla Ortiz

Le silence s’abattit sur la salle. À présent, il avait toute leur attention et, surtout, celle d’Olivia. Rangeant son épée, il s’avança. Il avait une mission à remplir et, mal gré qu’il en ait, annonça : « Je requiers ton aide. » Un large sourire s’épanouit sur le visage d’Olivia, révélant des dents qui avaient consumé tant de vies humaines au cours des siècles. Elle redescendit vers lui avec une telle aisance que le liquide écarlate contenu dans son verre ondoya à peine. Malgré sa robe élégante, elle était pieds nus ainsi qu’à son habitude. Ses orteils flottaient maintenant à quelques centimètres des dalles de pierre polies.

Olivia dévisagea Sorin, inclinant la tête d’un côté, puis de l’autre, comme si elle essayait de deviner ce qu’il voulait dire. « Mon aide ? Dire que j’avais envisagé ta visite comme un désagrément ! »

Sorin savait qu’elle savourait l’instant, mais il commençait à perdre patience.

« Eh bien, au moins, ce sera une réception mémorable », poursuivit-elle, ponctuant sa remarque en vidant son verre d’un trait. Sorin dut s’écarter pour la laisser passer. La foule de noceurs masqués s’ouvrit devant la génitrice des Voldaren, qui agita nonchalamment une main, signifiant à Sorin de la suivre.

Les deux vampires millénaires traversèrent une succession de salles, toutes remplies de convives.

Noble vampire | Illustration par Ryan Alexander Lee

Dans un cabinet de travail, Sorin distingua, malgré l’obscurité, un petit groupe, rassemblé à l’autre bout de la pièce. Un gémissement, tout juste audible, parut émaner des vampires. L’un d’eux se tourna vers lui et, du sang dégoulinant sur son menton, cracha comme un chat, visiblement irrité d’avoir été interrompu. Derrière celui-ci, Sorin aperçut un bras nu et tendu, marbré de coulures écarlates.

Furie vampirique | Illustration par Matt Stewart

Sorin suivit ensuite Olivia dans une énorme salle à manger. La longue pièce caverneuse était éclairée par une douzaine de chandeliers posés à intervalles réguliers sur une élégante table de bois noir. Autour d’elle, d’autres invités encore se gavaient de mets décadents et d’importantes quantités de liquide carmin. C’était une pièce que Sorin connaissait bien de ses précédentes visites, et il savait que son hôtesse ne l’y avait pas conduit directement. Elle voulait qu’il voie comment ils se nourrissaient, pensant sans doute que le spectacle le contrarierait. Si seulement elle savait !

« Dehors ! » ordonna la matriarche. Bien qu’elle ait utilisé un ton plus enjoué qu’autoritaire, les invités obtempérèrent sur-le-champ. Avec leur départ, les bruits de la fête se dissipèrent et, lorsque Sorin et Olivia prirent place en bout de table, la salle était silencieuse.

« Pourquoi venir ici, Sorin Markov ? demanda Olivia. Pourquoi ne pas avoir frappé à la porte de ta propre demeure ? »

« J’imagine donc que tu n’as pas appris la nouvelle. » Elle leva un sourcil. « Le manoir de mon grand-père a été détruit. »

Olivia éclata d’un rire moins mélodieux que Sorin ne l’aurait imaginé.

« Tu trouves cela plaisant ? » interrogea-t-il.

« La nouvelle ne l’est certes pas, répondit la matriarche. En revanche, le messager… » Elle se coula gracieusement contre le dossier rembourré de son siège. « Si le manoir Markov est en ruines, tu devrais aller trouver Avacyn, ta chère création. Elle a déjà brûlé le château des Falkenrath et dispersé leur lignée. Ta créature fait un véritable carnage. De fait, je me suis montrée plus que généreuse en m’abstenant de te mettre en pièces quand tu as souillé mon logis de ta présence. »

« Olivia, je ne vais pas m’abaisser à te répondre, parce qu’il est important que tu m’écoutes. » Il se leva, se pencha par-dessus la table en y appuyant ses poings, puis soupira. « Je reviens tout juste du manoir Markov. Sa destruction n’a rien à voir avec ce qui s’est passé à Falkenrath. Je suis venu te trouver parce que l’anéantissement de mon fief présage de terribles événements pour ce monde. »

« Terribles pour toi, je suppose. »

Sans doute les deux, en réalité. Car, s’ils étaient de mauvais augure pour lui-même, ils n’en mettaient pourtant pas moins tout Innistrad en péril. Il n’avait jamais souhaité voir la situation en arriver là. Ses pensées s’égarèrent soudain vers un autre âge.


Sa conscience s’était délitée, jusqu’à embrasser, sans repères, l’ensemble des semaines qu’il avait passées en ce lieu. Ou étaient-ce des mois ? Des années, peut-être ? Il n’en était pas certain, mais une sorte de tache blanche lumineuse sembla pénétrer sa transe. La clarté tarauda toutes les couches de sa conscience, l’une après l’autre, jusqu’à finalement le toucher en son sein. Puis, en l’espace d’un battement de cœur, les particules disséminées de son esprit se réagrégèrent pour recouvrer leur place et lui rendre son intégrité. Le flot de sensations se montra cependant difficile à supporter. Un événement grave devait s’être produit, qui l’avait prématurément sorti de son état de restauration.

Lorsque ses paupières se rouvrirent, Sorin se retrouva assis à même le sol, dans un modeste sanctuaire. Se lever lui demanda plus d’effort qu’il ne l’aurait cru possible. Il se sentit encore faible, drainé de ses forces vitales et, tandis qu’il s’efforçait de maîtriser ses jambes flageolantes, il remarqua une tache sombre sur les dalles du sanctuaire : une ombre noire indélébile de la forme d’un ange, témoin de son épreuve : sa création.

Puis la luminosité blanche lui transperça de nouveau l’esprit. Le cerveau enfin alerte après sa transe, Sorin comprit ce qu’elle signifiait : l’arrivée d’un autre Planeswalker sur Innistrad, attiré par son Helgruft.

Il n’avait pas le temps de se remettre complètement. Innistrad lui appartenait, et les visiteurs ne s’y attardaient que s’il le voulait bien. Il fallait qu’il découvre les intentions de celui-là. Un duel n’était guère souhaitable dans son état, si la confrontation l’exigeait, mais il ne saurait tolérer non plus que son plan soit mis en péril. D’ailleurs, même affaibli, il demeurait redoutable et, de surcroît, il ne serait pas seul, cette fois. Disparaissant dans une bouffée de fumée noire, Sorin Markov partit découvrir qui avait osé s’aventurer sur son plan.

Il se matérialisa dans une nouvelle explosion de fumée, à l’ombre d’un arbre noueux aux branches tordues, couvertes de grappes de feuilles rouges. Un rideau de nuages gris servait de toile de fond à un bloc d’argent massif, posé sur un promontoire, au bord d’une falaise abrupte. Dans la pénombre, le métal paraissait presque noir. C’était le Helgruft : il l’avait créé en utilisant la lune d’argent du plan, et il avait fallu au vampire déployer des efforts considérables pour l’apporter ici.

Helgruft | Illustration par Jaime Jones

Une silhouette émergea de derrière l’objet. C’était une femme à la peau et aux cheveux blancs. Tandis qu’elle contournait le Helgruft, ses doigts en effleurèrent la surface rugueuse. Elle portait des vêtements simples et ternes, où la seule touche de couleur était une bande de tissu rouge enroulée autour de son avant-bras.

Sorin la reconnut immédiatement.

La lithomancienne.

Nahiri.

C’était une kor de Zendikar qu’il avait rencontrée des millénaires plus tôt. Ils avaient voyagé ensemble pendant un temps, quelques années au plus, et sa présence sur Innistrad lui parut déplacée. Il ne l’y avait jamais emmenée. Ils s’étaient croisés pour la dernière fois sur Zendikar, où elle était née et, étant donné les termes dans lesquels ils s’étaient séparés, il avait cru ne plus jamais la revoir.

Et pourtant, elle était là.

Pour l’instant, Nahiri semblait captivée par le Helgruft. Sorin s’approcha d’elle silencieusement. Elle était certainement l’une des rares personnes qui sauraient apprécier à sa juste valeur ce qu’il avait accompli.

« J’espère que tu me pardonneras cette grossière tentative de forger la pierre », dit-il en s’arrêtant derrière elle. À ces mots, Nahiri fit volte-face. Un grand sourire s’épanouit sur son visage tandis qu’elle tentait de trouver les mots pour lui répondre.

« Mon ami ! Tu es vivant ! »

« Et pourquoi ne le serais-je pas ? » Il sourit, puis posa une main sur l’épaule de la jeune femme.

« Tu n’es pas venu. » Elle couvrit la main du vampire de la sienne. « Sur Zendikar, quand j’ai activé le signal de l’Œil d’Ugin, tu n’as pas répondu. J’ai craint que tu ne… »

Sorin retira sa main, soudain inquiet. « Les Eldrazi se sont libérés ? »

« Oui. »

Sorin sentit la bile lui monter dans la gorge. « Où est Ugin ? »

« Il n’est pas venu non plus, répondit Nahiri, les yeux levés vers le vampire. Mais je m’en suis occupée, toute seule. J’ai fait tout mon possible pour sceller de nouveau la geôle des titans. » Elle parlait avec une assurance que Sorin ne lui connaissait pas. Il détectait en elle une puissance dont elle ne disposait pas, des milliers d’années plus tôt. Et soudain, si proche de Nahiri, Sorin prit conscience de son état d’affaiblissement.

« Quand j’en ai eu terminé, continua la jeune femme, je suis partie à ta recherche. Il fallait que je sache si tu étais encore en vie. Et te voici. » Après quelques instants, son sourire s’effaça lentement. « Alors, où étais-tu ? Sorin, pourquoi n’as-tu pas répondu à l’appel ? »

« Je ne l’ai pas reçu », admit-il.

« Comment est-ce possible ? »

« Mmh. » Sorin posa une main sur le Helgruft. « Lorsque tu t’es dévouée pour surveiller les Eldrazi emprisonnés, j’ai su que mon plan avait besoin d’une protection, surtout en mon absence. C’est pour cette raison que j’ai créé, entre autres, le Helgruft. Il n’est pas impossible que le signal de l’Œil n’ait pas réussi à percer la magie qui protège Innistrad. »

Nahiri secoua la tête. « Tu savais que cela arriverait ? »

« Honnêtement, je n’y avais pas songé », répondit Sorin. Il ne mentait pas, mais, sentant le ton accusateur de sa question, il pesa ses mots : « Je comprends, à présent, que c’était une éventualité. »

« Une éventualité ? Tu as fait courir un risque à mon plan, et à bien d’autres ! accusa-t-elle d’un ton meurtri. Tu m’a abandonnée. »

Sorin eut un geste de dénégation. « Je me suis contenté de prendre les précautions voulues pour protéger mon plan. J’ai du mal à croire que… »

« Nous avions un accord, toi et moi. » Le ton de la lithomancienne avait soudain changé, perdant toute aménité.

Un grommellement agacé s’échappa des lèvres de Sorin, et Nahiri fit un pas en avant, mais le vampire lui tourna le dos.

« Ne réagis pas ainsi ! s’écria-t-elle. J’étais prête à mettre mon monde en danger en y attirant les Eldrazi et j’ai promis de rester sur Zendikar pour les surveiller. J’ai passé des millénaires avec ces monstres. Comprends-tu le sacrifice auquel j’ai consenti ? » Le sol se mit à trembler. « Toi, il te suffisait de venir quand j’avais besoin de ta présence. »

« Ne crois pas pouvoir ainsi disposer de moi, jeune fille, gronda Sorin, repoussant la main de la kor. Je n’ai aucune obligation envers toi. Je ne te dois rien ! Quand ton étincelle de Planeswalker s’est embrasée, c’est moi qui t’ai trouvée. J’aurais pu te tuer, mais je t’ai épargnée. » Il fit volte-face et, soudain, son visage ne fut plus qu’à quelques centimètres de celui de la kor. Il poursuivit à voix basse : « Je t’ai prise sous mon aile, j’ai fait de toi ce que tu es aujourd’hui. Si tu éprouves le besoin d’importuner quelqu’un, va trouver Ugin ! Pour ma part, je ne le tolérerai pas. »

La terre trembla violemment, et Sorin dut lutter pour conserver son équilibre.

Une colonne de roche jaillit sous les pieds de Nahiri, pour la soulever de terre. « Je n’irai nulle part ! »


Sorin prit une coupe de cristal pour inspecter son contenu à la teinte rubis. La surface du liquide avait commencé à se coaguler. Il fit tourner le pied du verre entre deux doigts pour rompre le fin opercule, puis il le leva pour l’interposer entre les chandeliers et la table, et des reflets cramoisis se mirent à danser sur celle-ci.

« Sais-tu pourquoi j’ai créé Avacyn, Olivia ? » demanda-t-il enfin. À entendre ce nom, la vampire perdit son sourire narquois, ce dont Sorin éprouva un certain plaisir. « Je l’ai créée pour qu’elle soit la protectrice de ce monde. »

Olivia fit claquer sa langue tandis que Sorin reniflait le contenu de son verre, avant de le reposer sur la table. « Une protectrice ? railla-t-elle. Tu oses t’introduire chez moi et déranger mes invités pour proférer pareille absurdité ? » Elle se leva à son tour. « Nous ne nous sommes pas parlé depuis ta trahison, quand tu as souillé l’auguste nom de ton grand-père. Ta simple présence à ma table est un affront que je suis contrainte d’accepter, mais je ne vais pas tolérer que tu te poses en héros… »

« Tu as terminé ? » l’interrompit Sorin. Il n’était pas là pour se justifier, pas auprès d’elle, en tous cas. Pourtant, il avait certaines choses à lui expliquer. « Il est vrai que notre longévité s’accompagne trop souvent d’un manque de vision sur le long terme, mais il est des êtres qui représentent un bien plus grand danger que notre intarissable soif de sang. » Olivia vida le sang au fond de son verre. « L’un de ces êtres, poursuivit Sorin, est arrivé ici, et sa présence menace notre monde tout entier. Cela, je ne saurais le laisser faire. »


Sorin leva les yeux. Nahiri le dominait depuis le sommet de son pilier de granit. Tout autour d’eux, un champ de pierres défiait la gravité, sous l’autorité d’une maîtresse plus puissante : une armée disciplinée qui attendait patiemment ses ordres. Tandis que le vent agitait les cheveux du vampire et faisait claquer les pans de cuir de son manteau, les roches restaient suspendues, immobiles, et il lui sembla que le plan tout entier retenait son souffle. Le pouvoir que détenait à présent Nahiri ne faisait aucun doute et était parvenu, en même temps qu’elle, à maturité. La pierre ne se contentait pas d’obéir à ses ordres : elle faisait partie d’elle, et elle risquait de l’utiliser pour atteindre tout Innistrad et dévaster le plan.

La seule structure qui semblait encore échapper à l’influence de la lithomancienne était le Helgruft, et Sorin s’était plaqué contre celui-ci pour éviter d’être assailli de toutes parts. S’il avait été en possession de tous ses moyens, il n’aurait fait qu’une bouchée de cette béjaune, mais il n’avait pas encore recouvré toute son énergie et, s’appuyant sur son épée pour ne pas s’écrouler, il maudit sa faiblesse.

Dans un vacarme ressemblant à un fracassement d’os, le pilier de Nahiri commença à se mouvoir, emportant lentement la lithomancienne dans sa direction. Les autres pierres s’écartèrent devant elle et, alors qu’elle arrivait à hauteur d’un bloc oblong et plat, elle y plongea la main aussi facilement que dans de l’eau. Quelques instants plus tard, la pierre chauffée au rouge explosa en une myriade de fragments et il ne resta plus, dans la main de Nahiri, qu’une épée. Sorin se retrouva face à la pointe encore incandescente de l’arme.

Illustration par UDON

La voix de Nahiri résonna dans chacune des pierres alentour et paraissait ainsi provenir de tous côtés : « Sorin, tu honoreras ta promesse ! Tu vas revenir avec moi sur Zendikar, m’aider à contrôler nos sceaux magiques et t’assurer que les Eldrazi ne puissent s’échapper. Quand ce sera fait, tu seras libre d’agir comme bon te semblera. »

Sorin cracha.

Puis, soudain, il sentit sa présence…

De la pointe incandescente de l’épée, ses yeux remontèrent vers les sombres nuées qui s’accumulaient au-dessus d’eux. Il la reconnut avant même qu’une lance de lumière ne vienne crever les nuages… Le ciel s’ouvrit alors, et une comète argentée en jaillit…

Avacyn ! Sa création. Elle était venue protéger Innistrad d’une menace planaire, le rôle même auquel il l’avait destinée.

Nahiri parut d’abord ne pas remarquer l’archange. Elle ne comprit ce qui se passait qu’au moment où celle-ci la percuta assez violemment pour la faire tomber de sa colonne de pierre. Les deux femmes s’écrasèrent au sol, creusant une profonde tranchée et, au même instant, les innombrables pierres suspendues retombèrent au sol.

Des deux combattantes, Avacyn fut la première à se relever. Elle brandit sa lance. Une lumière intense irradia de ses deux pointes, gagnant en intensité jusqu’à devenir presque aveuglante.

Sorin plissa les paupières. Il vit Nahiri se faire avaler par le sol à l’instant même où l’archange plantait sa lance là où la lithomancienne s’était trouvée. Lorsque les pointes frappèrent la roche nue, une explosion de fragments de pierre et de poussière retentit. Avacyn fut contrainte de se protéger le visage de ses bras.

De là où il se trouvait, il fallut au vampire quelques instants pour s’expliquer ce qui se passait. Enveloppée du nuage de poussière, Nahiri abattait son épée incandescente en une infatigable grêle de coups. La lame fendait l’air, laissant derrière elle un sillage de lumière orangée. La lance d’Avacyn parait chaque assaut dans une pluie d’étincelles, mais la charge frénétique était trop rapide, trop violente et, bientôt, l’archange se trouva contrainte de reculer. Elle voulut battre en retraite et s’envoler, mais Nahiri, sans départir, grimpa sur une autre colonne de pierre, forçant l’archange, en une attaque renouvelée, à revenir au sol.

La lithomancienne allait détruire Avacyn. Pour Sorin, cette pensée apparut bien plus comme une certitude qu’une simple possibilité. Non ! Créer l’archange lui avait bien trop coûté pour laisser Nahiri l’anéantir ainsi.

Rassemblant ses dernières forces, il s’élança vers les combattantes. « C’en est assez ! » tonna-t-il. Lorsque l’épée de Nahiri s’abattit de nouveau, l’arme du vampire l’arrêta. « Assez ! » répéta-t-il. Pendant quelques instants, les deux Planeswalkers restèrent face à face, lame contre lame. Sorin scruta Nahiri. Elle, elle avait le regard rivé sur Avacyn, et il y reconnut le doute.

« Qu’est-ce à dire, Sorin ? se récria-t-elle, les dents serrées. Comment es-tu parvenu à faire d’un ange ton esclave ? Qui est-elle ? »

« L’autre protection », répondit Sorin. De sa main libre, il saisit l’épée de la lithomancienne. La lame brûlante siffla au contact de ses doigts et, alors que Nahiri tentait de la dégager, le vampire lui plaqua la pointe de la sienne sur la gorge. La peau maculée de boue de la jeune femme était maintenant zébrée de traînées de sueur, ce qui lui donnait un air austère. Ou peut-être n’était-ce que le masque de la défaite ? La lithomancienne abandonna son arme, et Sorin la jeta au loin.

Derrière lui, Avacyn approcha. Il leva une main pour l’arrêter tandis qu’elle pointait sa lance vers son adversaire. À son ancienne disciple, il déclara alors : « Sache que je n’ai jamais voulu en arriver là, jeune fille. »


« Sorin ? » appela Olivia. En entendant son nom, le Planeswalker prit conscience du silence qui avait envahi la pièce depuis ses derniers mots. « Sorin, répéta la vampire, qui nous menace ? Ou plutôt, qu’as-tu donc fait ? »

« Trop de choses. Ou pas assez », répondit-il, son regard perdu sur la longue table de banquet. Il revivait encore en pensée les événements qui s’étaient déroulés des siècles plus tôt.

« Allons, Sorin ! Fi de paroles sibyllines alors que nous en arrivions au plus intéressant ! » Sorin se tourna vers elle mais ne dit mot, même quand son sourire narquois réapparut aux lèvres de la matriarche. « J’avoue que tu as éveillé ma curiosité. Je trouve particulièrement captivant tout ce qui peut te toucher aussi profondément, mais il ne s’agit pas de cela, Sorin. Tu es venu me trouver, alors dis-moi, que puis-je pour toi ? »

En un instant, les relents du passé s’évaporèrent. « Rassemble la puissance de ta lignée, Olivia ! Les Markov survivants se préparent déjà. Nos forces conjointes peuvent vaincre cette menace. »

« Et pourquoi le ferais-je ? Pourquoi m’opposer à cette prétendue menace ? Éclaire-moi, quel avantage aurais-je ?… »

Elle s’arrêta en pleine phrase et éclata d’un rire aux tonalités presque incongrues comparées à sa voix mélodieuse. Sorin reconnut le regard qu’elle réservait habituellement à ses proies.

« Oh, Sorin ! prononça-t-elle enfin en reprenant son sérieux. Je vais t’aider, mais d’abord, tu vas devoir m’aider, toi aussi. »


Ténèbres sur Innistrad Histoires archivées

Profil du Planeswalker : Sorin Markov

Profil du Planeswalker : Nahiri la lithomancienne

Profil du plan : Innistrad

Latest Magic Story Articles

Magic Story

22 Février 2019

RÉSUMÉ DE L’HISTOIRE DE MAGIC – L'ALLÉGEANCE DE RAVNICA by, Wizards of the Coast

Episode 5 - Le Sénat Azorius Le Sénat aux couleurs blanche et bleue renforce son contrôle sur la cité sous l'impulsion de son nouveau chef Dovin Baan, et de magelois aussi imaginatifs qu...

Learn More

Magic Story

16 Novembre 2018

Résumé de l’histoire de Magic – Les guildes de Ravnica by, Wizards of the Coast

Episode 5 Dernier épisode des Guildes de Ravnica, avec un elfe meneur de guivre appartenant au Conclave Selesnya, et qui découvre malgré lui de sombres desseins dans les sous-sols de la ...

Learn More

Articles

Articles

Magic Story Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All

Nous utilisons des Cookies sur ce site pour personnaliser le contenu et les publicités, fournir des fonctionnalités de médias sociaux et analyser le trafic web. En cliquant sur OUI, vous acceptez nos Cookies. (Learn more about cookies)

No, I want to find out more