Élémentalisme

Posted in Feature on 27 Septembre 2007

By Wizards of the Coast

C'était en 1997, et j'étais un joueur du dimanche tout ce qu'il y avait de plus banal. Ma grande fierté était mon deck Élémental, un deck bleu-rouge qui contenait — vous l'aurez deviné — des élémentaux. Et pas n'importe quels élémentaux, ou même mes élémentaux préférés. Non. Le deck Élémental contenait Les Élémentaux. Tous. Tous ceux de Magic. Qu'ils soient bons, mauvais ou quelconques.

Élémental, mon cher

Du moins c'est ce que je croyais. À l'époque, il n'était pas si facile de déterminer quelles cartes existaient pour Magic. Mais à ma connaissance, je les avais tous. Aux côtés des classiques comme Earth Elemental (Élémental de terre), Air Elemental (Élémental d'air), Water Elemental (Élémental d'eau) et Fire Elemental (Élémental de feu), j'avais des exemples plus bizarres : Fog Elemental (Élémental de brouillard), Storm Elemental (Élémental de l'orage), le monstre qu’était Wave Elemental (Élémental de vague), Flame Elemental (Élémental de flammes), étonnamment utile, et même le sournois Subterranean Spirit (Esprit souterrain). Le Time Elemental (Élémental du temps) ? No, j'en avais entendu parler, mais je ne l'avais pas. Legends était sorti avant mon époque, alors je n'avais entendu que les légendes murmurées par les joueurs à propos de cette créature faite de temps, une libellule surpuissante couverte d'horloges.

Très sexe.

Time_ElementalDonc, le deck Élémental n'avait pas tous les élémentaux en stock, c'est vrai. Et il lui manquait une couleur, je ne pouvais pas le nier — Legends avait eu quelques élémentaux verts, et Aquilon, qui venait juste de sortir, avait Fungus Elemental (Élémental de fongus). Qu'est-ce que ça voulait dire d’abord ? Tout le monde savait que le fongus n'était pas un élément ! (Et les bestioles comme Aboroth et Barishi n'étaient pas considérés comme des élémentaux à l'époque. Oracle ? C’est quoi ?) En plus, ce Fungus Elemental (Élémental de fongus) nécessitait de sacrifier vos forêts, ce qui me paraissait horrible à l’époque. Mais bon, un élémental, c'est un élémental, et je réservais déjà une place pour l'étrangement séduisant Time Elemental (Élémental du temps). Alors dès que j'ai réussi à mettre la main sur des Fungus Elementals (Élémental de fongus), j'ai ajouté le vert à mon deck et je leur ai déroulé le tapis rouge. Bon sang, quelle mauvaise idée j'avais eu là ! Ajouter une troisième couleur à un deck déjà — disons problématique au niveau mana — n'avait fait qu'empirer les choses. Je n'invoquais pas d'énormes élémentaux pour réduire mes ennemis en bouillie brûlante/bouillante/soufflante/boueuse ; je balançais une Fireball (Boule de feu) pour 1 et je me faisais ensuite massacrer avec tous mes supers élémentaux en main et des terrains inutiles sur la table.

Mais de temps en temps, genre une partie sur un million, le deck Élémental accomplissait l'impossible. Il retenait les attaquants avec des sorts de feu et des murs jusqu'à ce que je parvienne à assembler les terrains qui me permettent d’invoquer mes élémentaux à la pelle. Je devenais alors un élémentaliste invincible, un mage qui avait maîtrisé la puissance de ces éléments fondamentaux du Multivers, un homme capable de sculpter le vent et le feu pour leur donner forme humanoïde et leur ordonner de dévorer — pour mon seul plaisir — ces adversaires qui m'avaient vaincus tant de fois auparavant. Bravo, deck. Bravo, mes élémentaux. J'ai été fier de vous.

(Pendant un certain temps, je lui avais fait cadeau d’un *cough* War Chariot (Chariot de guerre)… pour le, hmmm, piétinement. Mais je l'avais vite retiré parce que ce n'était pas un Chariot de glace ou de pierre ou de je-ne-sais-trop-quoi. Quel élémental qui se respecte aurait voulu se balader dans un Chariot de Guerre ? Je sais, je sais — War Elemental (Élémental de guerre). Mais Mirrodin n'en était même pas encore au stade embryonnaire.)

Invocation d'élémental = Abus de pouvoir

Dawn_ElementalAujourd'hui, je suis plus vieux, j'habite à Seattle, et je sais ce qu'est une courbe de mana. Mais j'aime toujours autant les élémentaux. Tendre les mains pour m'emparer de fragments d’énergie élémentaire brute et de les façonner pour en faire un serviteur dévoué — ce sentiment grisant est toujours en moi. Je veux invoquer un Élémental nettoyeur de salle de bain et un Élémental de règlement de factures, forgés à partir de l'essence de corvée. Faire les courses ne me dérange pas, mais j'aimerais bien un Élémental du transport de sac, même si cela signifie pour moi de transplaner sur le Plan élémentaire du transport de sac pour trouver mon laquais.

Et l'idée qu'une créature puisse être faite d'une matière aussi abstraite qu'un élément (dans le sens empédocléen du terme) a quelque chose de merveilleux : c'est un concept qui prend magiquement une forme vivante et (semi-) intelligente. Imaginez un instant quelle perspective une telle créature pourrait avoir sur le monde ! Par exemple, qu'est-ce que ça vous ferait de parler à l'essence de Dawn_Elemental, de l'effroi ou du transport de sac ? Pourrions-nous même comprendre ce à quoi l'Effroi pense chaque jour de l'année ? Ou cette condensation de nos peurs dans une créature vivante serait-elle trop familière — son esprit ressemblerait-il aux recoins les plus sombre du nôtre, ce lieu dans notre tête qui sans cesse se dérobe à notre conscient pour préserver notre santé mentale ?

Les élémentaux de Lorwyn sont des réponses à ce type de questions métaphysiques. Que se passerait-il si une idée abstraite était compressée dans une forme vivante ? Si la rage vengeresse de la nature prenait une forme bestiale, à quoi ressemblerait-elle ?

Mais ce n'est pas un élément !

Selon la doctrine d'Empédocle, un philosophe grec qui vivait au cinquième siècle avant J.C., toute la matière qui nous entoure est en fait composée de différentes mélanges des quatre éléments de base : la terre, l'air, le feu et l'eau. Aristote, et certaines traditions bouddhistes avant lui, y ajoutaient un cinquième élément, l'Æther — ce qui pour eux signifiait le vide, la 'matière' qui séparait les étoiles et les planètes. Les Chinois, encore plus tôt, avaient partagé la structure du monde en cinq principes différents : la terre, le feu, l'eau, le bois et le métal. Au final, la physique subatomique est bien plus complexe que ces penseurs et philosophes n'auraient pu l'imaginer — mais nous parlons toujours des éléments et des principes fondamentaux (ou des particules quantiques machin-chose) qui composent la trame de la réalité.

TurtleUn savant célèbre (certains avancent le nom de Bertrand Russell) donna un jour une conférence sur l'astronomie. Il décrivit comment la Terre tournait autour du Soleil et de quelle manière le Soleil, dans sa course, tournait autour du centre d'un immense rassemblement d'étoiles que l'on appelle notre Galaxie.

À la fin, une vieille dame au fond de la salle se leva et dit : 'Tout ce que vous venez de raconter, ce sont des histoires. En réalité, le monde est plat et posé sur le dos d'une tortue géante.'

Le scientifique eut un sourire hautain avant de rétorquer : 'Et sur quoi se tient la tortue ?'

'Vous êtes très perspicace, jeune homme, vraiment perspicace, répondit la vieille dame. Mais sur une autre tortue, jusqu'en bas !'

–Stephen Hawking, Une brève histoire du Temps

Alors quels sont les élémentaux fondamentaux du Multivers ? Le blanc, le bleu, le noir, le rouge et le vert ? Le mana et l'Æther ? Un élément en rapport avec l'étincelle d'arpenteur ? Un empilement sans fin de baloths ? En vérité, ce n'est pas si simple. Dans un univers composé de magie, le monde ne saurait en être réduit à aux formules qui régissent le nôtre. Le Multivers est une étendue sauvage métaphysique, immense et d'une diversité au-delà de notre compréhension. Des lois qui s'appliquent à l'un de ses plans n'ont aucune emprise sur le suivant, voir même sur le même plan le lendemain. Les vérités fondamentales n'existent que jusqu’à ce qu'un être doté de suffisamment de mana et de volonté débarque pour les bouleverser complètement. L'immutabilité n'existe pas. On est dans Magic, les amis. Les monistes ontologiques peuvent aller se rhabiller.

Ce qui nous amène tout naturellement à Lorwyn.

Sur Lorwyn, les entités abstraites telles que les espoirs, les craintes, les rêves et les cauchemars sont aussi tangibles que l'herbe et les arbres. Par exemple, un sentiment d'espoir peut se cacher dans le cœur d'un sangami, ou se manifester sous la forme d'une créature scintillante et glorieuse — un élémental d'espoir.

Le rêve est une matière première sur Lorwyn. (Vous en saurez plus quand nous étudierons l'ambiance de la tribu du peuple fée.) Les songes peuvent être récoltés, stockés et livrés —et parfois même volés et réarrangés. Les visions issues des géants assoupis représentent une véritable richesse pour les færies. C'est un simple exemple qui vous explique ce qu’on considère comme un 'principe fondamental' — un élément, sur Lorwyn.

Donc, si les rêves et les aspirations sont des éléments, les êtres oniriques et les monstres d'aspiration sont des élémentaux. Empédocle, tu peux te retourner dans ta tombe !

Ce concept a quelques implications plutôt étranges. L’existence des élémentaux est intrinsèquement liée aux éléments qui les composent. Cela signifie que parfois, sur Lorwyn, leur caractère variera avec l'idée abstraite qui leur a donné naissance. Si les elfes font la guerre aux géants, les élémentaux griffus des arts de la guerre et du conflit apparaîtront plus fréquemment. Si les suires lancent une expédition dans les Méandres obscurs de leur réseau aquatique, des élémentaux de l'inconnu englouti dégoulinants sortiront des rivières. D'un autre côté, si la violence se calme sur l'ensemble du plan, les élémentaux de la mort violente pourraient s'éteindre — du moins, jusqu'à ce que les circonstances les ramènent à la vie.

Dans ces circonstances normales, un élémental est aussi sauvage qu'un mustang du Montana. Ce sont des forces de la nature ; rien ne peut dresser les élémentaux. Après tout, qui pourrait dresser la pierre, la peine ou la gravité ? Mais bien entendu, pour les arpenteurs, c'est tout de suite différent ; avec suffisamment d'effort et de mana, ils peuvent non seulement appeler les essences des grands élémentaux, mais aussi invoquer leur puissance et profiter de leurs pouvoirs. (C'est l'essence du mot-clé d'évocation — lisez l'encadré si vous ne me croyez pas.)

Les élémentaux en tant que tribu

En plus de l'impact de son imagerie dans un monde de contes de fées, le type de créature Élémental a trouvé une fonction pratique dans la conception de Lorwyn. L'équipe créative savait que Lorwyn serait une extension principalement tribale, et que toutes ses créatures entreraient dans une des tribus 'l'important, c'est le type de créature'. Mais la plupart des races retenues pour l'extension — les sangamis, les elfes, les gobelins, les ondins et le peuple fée — étaient petites, et la plupart d'entre elles n'avaient pas le vol. L'équipe créative savait que l'équipe de développement inventerait des créatures — des gros monstres et des volants — qui n'entreraient pas facilement dans ces catégories tribales. Une créature 5/5 bleue de terrain, par exemple, serait trop grosse pour un ondin, et ne pourrait pas faire partie du peuple fée parce qu'elle n'a pas le vol. Le type Élémental a donné le moyen à Lorwyn de couvrir les grosses créatures aux capacités inhabituelles sans aller à l'encontre du thème tribal de l'extension.

En plus, il nous a permis de donner forme à une tribu qui n'avait jamais vraiment connu de soutien tribal dans le passé, et que j'aimais beaucoup, comme je l'ai expliqué au début de cet article. Lorwyn ne manque pas de moyens de construire des decks tribaux élémentaux ; on trouve des élémentaux dans les cinq couleurs, de toutes les formes et de toutes les tailles. Mais le plus cool, c'est que la tribu élémentale de Lorwyn soutient aussi une race humanoïde centrée sur le rouge.

Les sangpyres

Nous avons rencontré les sangpyres — à l’époque le nom anglais était 'flame-kin', avec un tiret (vous verrez, c’est important) — pour la première fois sur le plan de Ravnica : des élémentaux de feu humanoïdes porteurs d’armures et utilisateurs d’armes.

3 Flame-Kin

Au départ, nous avions appelé les élémentaux humanoïdes rouges de Lorwyn les 'salamands', en référence aux salamandres, les lézards monstrueux mythologiques vivant dans le feu. Mais le nom sonnait faux. D'un autre côté, nous hésitions à les appeler sangpyres parce qu'en anglais ‘flame-kin’ avait ce fichu tiret, alors que kithkin (le nom anglais des sangamis) n'en avait pas. Et nous ne voulions pas non plus créer de confusion en retirant le tiret qui avait été établi pour Ravnica. Ridicule, non ? Finalement, nous avons retiré le tiret et fait un bras d'honneur à Ravnica.

Le rouge avait certes déjà une race humanoïde, les boggarts, les gobelins rouges et noirs de Lorwyn. Mais si toutes les petites créatures rouges avaient été des gobelins, cela aurait déséquilibré les tribus et ça serait devenu franchement monotone. De plus, les sangpyres apportent une flamme de passion qui contraste à la fois avec les boggarts et le paysage pastoral de Lorwyn.

Les sangpyres sont des êtres de feu et de pierre vivante errant de par le monde, motivés par leurs passions intenses. La température de leurs flammes est maintenue magiquement, et ils la contrôlent à volonté. Les autres races se méfient d’eux et de leur nature tumultueuse et capricieuse, une réputation qu'un groupe de sangpyres appelé les Clairâtres essaient de changer. Les Clairâtres sont les émissaires de l'amitié sangpyre auprès des autres races, qu'ils aident en effectuant des tâches utilisant le feu, comme la forge. D'un autre côté, un être du nom de Vessifrus cherche à inspirer la rébellion parmi les sangpyres. Il a pour ambition de mener une révolte contre la tyrannie des elfes obsédés par la beauté.

Flamekin Style Guide

Les sangpyres ont un lien quasi-spirituel avec les mystérieux grands élémentaux de Lorwyn. Ils les vénèrent comme des totems ou des demi-dieux qui leur inspirent leurs pulsions créatives — ou qui troublent leur compréhension. Dans le roman Lorwyn par Cory Herndon et Scott McGough, une sangpyre appelée Cendreline est tourmentée par sa relation avec une essence élémentale inconnue.

Les élémentaux sont aussi puissants et amusants à jouer dans Lorwyn qu'ils ne l'étaient aussi loin que dans Alpha. Il émane toujours d'eux ce parfum d'essence abstraite incarnée, et ils vous donnent toujours ce sentiment d'abus de pouvoir à chaque fois que vous invoquez un sbire incandescent sous votre contrôle. Je crois que vous découvrirez que non seulement Lorwyn donne une nouvelle dimension aux élémentaux, et que l'extension vous offrira de plus tous les outils pour construire des decks basés sur les élémentaux. Maintenant, si vous voulez bien m'excuser, je crois que je vais ressortir mon deck Élémental de mes tiroirs.

rendez-vous à votre magasin préféré pour les tournois de lancement de Lorwyn les 12-14 octobre 2007. De nombreuses activités sont organisées et vous aurez la chance de jouer avec l'extension Lorwyn aussitôt disponible en magasin.

Découvrez les cartes avant tout le monde lors des tournois avant-première Lorwyn les 29-30 septembre 2007.

Traduction Bruno Billion

Latest Feature Articles

FEATURE

12 Décembre 2019

Mécaniques de l'extension Theros par-delà la mort by, Matt Tabak

Tous les contes de fées ont une fin, et nos aventures se poursuivront désormais sur un autre monde. Ce monde familier au paysage étoilé enchanteur évolue sous l'œil vigilant d'un insondab...

Learn More

FEATURE

24 Septembre 2019

Précis d’Avant-première Le trône d’Eldraine by, Gavin Verhey

Après avoir fini de vous transplaner, vous levez les yeux pour découvrir autour de vous un monde étrange mais accueillant. Des chevaliersde toutes sortes passent près de vous sur leurs n...

Learn More

Articles

Articles

Feature Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All

Nous utilisons des Cookies sur ce site pour personnaliser le contenu et les publicités, fournir des fonctionnalités de médias sociaux et analyser le trafic web. En cliquant sur OUI, vous acceptez nos Cookies. (Learn more about cookies)

No, I want to find out more