Drakôns et dragons, guivres et vers

Posted in Feature on 14 Novembre 2007

By Doug Beyer

Senior creative designer on Magic's creative team and lover of writing and worldbuilding. Doug blogs about Magic flavor and story at http://dougbeyermtg.tumblr.com/

En tant que membre de l’équipe créative de Magic, je suis chargé de vérifier les esquisses réalisées par les artistes. C’est durant cette étape que nous regardons les dessins bruts qui deviendront un jour les illustrations des cartes Magic, que nous les évaluons, et que nous émettons des commentaires et donnons des instructions. Quand Jeremy Jarvis, le directeur artistique, annonce que de nouvelles esquisses sont arrivées, je me connecte à Multiverse (dans ce contexte, il s’agit de notre base de données interne regroupant toutes les informations sur les cartes Magic, et non pas de l’univers infini de mondes de Magic) et je consulte les dessins, en faisant mes commentaires au fur et à mesure. Et mon commentaire est quasiment toujours le même. Vous voulez savoir ce que c’est ? Vous êtes prêts ? Attention :

Bogardan Hellkite

DB 14/11/2007 : OK.

Tout simplement parce que, la plupart du temps, l’illustrateur est sur la bonne voie, et qu’il n’y a rien à corriger. La plupart du temps, tout semble correct au niveau de l’esquisse, ce qui donne lieu à une suite rapide de ‘OK’ de la part de chaque membre de notre équipe, après quoi Jarvis informe l’auteur qu’il est libre de terminer son illustration.

(L’une des raisons pour lesquelles ce scénario est si fréquent, c’est que nous avons des artistes exceptionnels, et que Jeremy est un directeur artistique exceptionnel. Selon moi, c’est grâce à eux que le processus de développement artistique de Magic fonctionne si bien, or c’est une partie fondamentale de l’incroyable succès du jeu et de sa croissance. Jeremy ne recrute que les artistes les plus talentueux pour travailler sur Magic, la plupart d’entre eux ayant immédiatement une excellente vision de l’univers graphique du jeu. Beaucoup de nos illustrateurs dessinent des cartes Magic depuis plusieurs années, certains même depuis Alpha, il y a plus de quatorze ans. Ce qui représente pas mal d’expérience quant à ce que nous aimons et ce qui nous branche, puisque nous leur donnons nos impressions sur chaque esquisse. Mais ce qui est amusant, c’est que la plupart n’en ont pas besoin. Ils ont du talent, tout simplement. On dirait qu’ils font ça d’instinct, j’en suis toujours bluffé.)

Mais parfois, ‘OK’ ne suffit pas. Parfois, des détails d’ambiance importants n’apparaissent pas dans l’esquisse, et il faut que cela soit corrigé. Parfois, nous devons jouer les agents de police vorthosiens.

AGENT VORTHOS
Monsieur ! Arrêtez-vous, je vous prie.

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU
Allons bon. Qu’est-ce que j’ai fait ? J’ai grillé un stop ?

Mme LEROY-DUPINCEAU
(depuis le siège passager) Chéri, ne fais pas d’histoires, vois ce qu’il veut et reviens dessiner.

AGENT VORTHOS
Monsieur, êtes-vous conscient que vous étiez en train de dessiner un dragon dans une zone à drakôns ? (dans sa radio) Allô le poste ? Ici la Brigade d’Intervention Artistique n°1, je vous signale une infraction d’esquisse non conforme.

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU
Quoi ? Attendez, j’ai lu la description demandée, ça disait drakôn, je dessine un drakôn !

AGENT VORTHOS
Non, monsieur, ceci est un dragon. Il possède à la fois des pattes avant, ou si vous préférez des bras, ET des ailes. Vous voyez le problème ? Un drakôn ressemble à un dragon, mais n’a pas de bras, juste des ailes et des pattes arrière.

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU
Ah ! Vous voulez dire une vouivre ?

Mme LEROY-DUPINCEAU secoue la tête.

AGENT VORTHOS
Non, monsieur. Il n’y a pas de vouivres ici au pays de Magic. Ici, on appelle les créatures apparentées à des dragons avec deux ailes et deux pattes des drakôns. Le mot ‘drakôn’ vient de la même racine étymologique que ‘dragon’, du latin draco signifiant ‘serpent’.

Mme LEROY-DUPINCEAU
Pourtant, il existe bien des vouivres à Magic. La Flowstone Wyvern (Vouivre de fluipierre), la Silver Wyvern (Vouivre d’argent ), la…

AGENT VORTHOS
Oui madame, mais l’espèce est éteinte. Je vous signale que le type de créature imprimé sur toutes les vouivres de Magic était ‘drakôn’ (excepté pour la Cerulean Wyvern (Vouivre céruléenne), qui est maintenant un drakôn d’après Oracle). Permis et carte grise, s’il-vous-plaît.

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU
Bon, d’accord, mais écoutez, pourrait-on régler ça rapidement ? J’ai encore beaucoup de boulot sur ce dessin.

AGENT VORTHOS
Il vaudrait mieux que vous vous montriez coopératif, monsieur. Si je vous laisse continuer, et que nous nous apercevions que vous persistez à dessiner un dragon dans une zone à drakôns, vous finiriez au poste. Un petit conseil si vous voulez éviter les ennuis : les drakôns ont tendance à être lié au mana bleu plutôt qu’au rouge.

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU
Mais regardez, je l’ai dessiné en bleu ! Il descend en planant vers son ami le mage vedalken.

AGENT VORTHOS
Oui, je vois bien, mais il… il est bien en train de cracher du feu sur le vedalken, n’est-ce pas ? Une autre particularité associée aux dragons, pas aux drakôns.

Mme LEROY-DUPINCEAU pouffe de rire.

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU
D’accord, pas de feu. (Il gomme.) En fait, je vais tout effacer et repartir à zéro. ‘Draco’ veut dire ‘serpent’, c’est ça ? Alors commençons déjà par un corps de serpent. Voi…là.

Mme LEROY-DUPINCEAU
Euh, chéri, excuse-moi mais là tu… tu as dessiné une guivre.

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU
Quoi ? Mais qu’est-ce que tu racontes ? Une guivre c’est une sorte de ver !

AGENT VORTHOS
Non, monsieur, c’est tout à fait différent. Il arrive qu’on en rencontre aussi à Magic, mais assez rarement. Un ver a bien un corps ressemblant à un serpent, mais c’est un invertébré, et il a normalement des segments réguliers, alors qu’une guivre possède un squelette, des écailles reptiliennes, et une tête de lézard similaire à celle d’un dragon.

Simic Ragworm
Un verloque de Ravnica (modifié par le Cartel Simic) – Illustration par Nick Percival

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU
Ah oui, je vois... Vous voulez dire un ver, comme dans la tradition de Dungeons and Dragons ?

AGENT VORTHOS
Non, une guivre ! La tradition dont vous parlez se réfère à un dragon, mais ce que vous avez dessiné là, c’est une guivre. Dans les descriptions artistiques, nous qualifions souvent les guivres de ‘dragons sans ailes et sans pattes’ afin que les artistes comprennent de quoi il s’agit, bien que les guivres et les dragons soient très différents.

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU
Mais encore ?

AGENT VORTHOS
Outre le fait qu’elles n’ont ni ailes ni pattes, les guivres sont aussi généralement liées au mana vert, on les trouve en forêt. Ou disons plutôt que la forêt fait de son mieux pour se trouver autour des guivres. Ce sont des prédateurs impitoyables et perpétuellement affamés, qui ne se préoccupent guère des effets de la déforestation lorsqu’ils poursuivent une proie en déracinant les arbres qui se trouvent sur leur passage.

 

Craw Wurm
Une guivre vorace de Dominaria – Illustration par Daniel Gelon

Mme LEROY-DUPINCEAU
Mais monsieur l’agent, je crois qu’il existe des guivres qui ne sont pas vertes, n’est-ce pas ?

AGENT VORTHOS
Oui, madame. En fait il y a eu des guivres de toutes les couleurs, mais ce sont les exceptions qui confirment la règle. Les guivres sont vertes dans leur immense majorité. Elles sont l’exemple parfait de la grande taille et de la sauvagerie des créatures vertes.

Mme LEROY-DUPINCEAU
Vous avez dit que les guivres avaient des têtes de lézards, comme les dragons. Pourtant, j’ai déjà vu des guivres dont la tête ne ressemblait pas du tout à celle d’un dragon. Certaines n’ont même pas d’yeux !

AGENT VORTHOS
C’est vrai. Selon le plan où elles vivent, les guivres ont des morphologies très variées, en particulier au niveau de leur tête et leurs mâchoires. D’ailleurs, le trait essentiel d’une guivre est sa gueule.

 

Metamorphic Wurm
Une guivre métamorphe d’Otaria – Illustration par Thomas M. Baxa

 

Trench Wurm
Une guivre fouisseuse de Phyrexia – Illustration par Wayne England

 

Autochthon Wurm
Une guivre autochthone de Ravnica – Illustration par Michael Phillipi

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU
OK, donc j’ai dessiné une guivre, super. Je peux y aller, maintenant ?

AGENT VORTHOS
Non, monsieur. Ici c’est une zone à drakôns, vous vous souvenez ?

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU
Bon, bon. Donc j’ajoute des ailes et c’est bon. Voilà. Vous avez votre drakôn.

AGENT VORTHOS
Pas si vite, monsieur Leroy-Dupinceau. Je vous répète qu’un drakôn est différent d’une guivre. Les drakôns ont en général une affinité avec le bleu, une intelligence du niveau de celle d’un chien, et les mages les utilisent fréquemment comme serviteurs. Les drakôns ont des têtes ressemblant à celles des dragons, de longues queues reptiliennes, des ailes membraneuses, mais ils ont aussi des pattes arrière, un peu comme celles des oiseaux.

 

Vigilant Drake
Un drakôn de Dominaria – Illustration par Greg Staples

 

Spitting Drake
Un drakôn cracheur de Djamúraa – Illustration par G. Darrow and I. Rabarot

 

Drake Familiar
Un familier drakôn de Ravnica – Illustration par Darrell Riche

Mme LEROY-DUPINCEAU
Mais alors, pourquoi le Pendrell Drake (Drakôn de Peindrell) et le Shrieking Drake (Drakôn criard) ont-ils des bras en plus de leurs ailes ?

AGENT VORTHOS
On a statué sur le cas de ces deux individus dans l’affaire Garruk contre les drakôns à bras, un procès qui a fait jurisprudence et qui a confirmé la définition des signes distinctifs des drakôns. Les accusés, Peindrell et Criard, ont reconnu leurs torts et ont acceptés de payer une amende pour avoir le droit de rester des citoyens drakôns. Ils ont payé leur dette à la société, l’affaire est classée.

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU dessine, puis montre le résultat à l’AGENT VORTHOS.

AGENT VORTHOS
Voyons... À présent vous avez dessiné un dragon, un prédateur reptilien à quatre pattes et deux ailes. Et il mange…

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU opine de la tête avec un air satisfait.

AGENT VORTHOS
…on dirait… un homme avec un uniforme de police. Et une plaque marquée ‘VORTHOS’. Monsieur, malgré votre insubordination, je crois que nous allons finir par arriver à nous entendre. Vous avez dessiné ici l’archétype du dragon de Magic, la personnification ultime du chaos et de la férocité du mana rouge, ainsi que de son indépendance irrépressible et téméraire.

 

Shivan Hellkite
Un escouflenfer de Shiv – Illustration par Kev Walker

 

Bogardan Hellkite
Un escouflenfer du Bogardân – Illustration par Scott M. Fischer

 

Oros, the Avenger
Un dragon de Dominaria – Illustration par Daren Bader

AGENT VORTHOS
Forme de la tête, des ailes et du corps, couleur des écailles, armes pyrotechniques respiratoires, pratique de la magie, âge, toutes ces caractéristiques varient d’un plan à un autre et selon les dragons. Un Dragon Engine (Dragon-machine) est complètement différent d’un Furnace Dragon (Dragon du fourneau) de Mirrodin, bien qu’ils soient tous les deux liés aux artefacts. Un Eternal Dragon (Dragon éternel) d’Otaria est totalement distinct d’un Keiga, the Tide Star de Kamigawa, bien qu’ils aient un second type de créature identique. Certains dragons ont des ailes vestigiales, fonctionnant avec des turbines à réaction. D’autres volent grâce à des structures membraneuses partant de leur tête massive et ressemblant à d’énormes oreilles. D’autres encore ont des cristaux de glace à l’intérieur des écailles et dans leur cœur soufflent des vents glacés.

 

Furnace Whelp
Un dragonnet du fourneau de Mirrodin – Illustration par Matt Cavotta

 

Darigaaz the Igniter
Un antique dragon de Dominaria – Illustration par Mark Zug

 

Rimescale Dragon
Un dragon à écailles de givre de Terisiare – Illustration par Jeff Easley

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU
D’accord, monsieur l’agent, je crois que je commence à saisir. Que pensez-vous de ce drakôn ? Il a des pattes arrière, pas de bras, deux ailes, une longue queue reptilienne, et une tête de dragon. Est-ce que ses griffes et les ergots du bout de ses ailes vous conviennent ?

AGENT VORTHOS
Oui, ça va. C’est plutôt pas mal. Mais j’enlèverais la corne du nez, ce n’est pas nécessaire.

L’AGENT VORTHOS griffonne sur son calepin, détache la page, et la donne à LÉONARD LEROY-DUPINCEAU, qui l’examine.

LÉONARD LEROY-DUPINCEAU
Quoi ? Tout ce baratin pour finir par m’écrire ‘OK’ ?!

Certes, l’examen des esquisses ne se passe peut-être pas exactement comme ça, mais l’esprit ‘vorthosien’ est le même. Dans l’équipe créative, nous devons être pointilleux quant aux détails anatomiques des dragons, drakôns, guivres et même des vers, ainsi que ceux des sangpyres, sangamis, elfes de Lorwyn, elfes de Llanowar, elfes mutés par le Mirari (Mirari) d’Otaria, boggarts, moggs, akki, nantukos, léonins, ombres, viashinos, démons (qui volent habituellement à l’aide d’énormes ailes de chauve-souris), vampires (qui volent souvent mais ont rarement des ailes, ils flottent juste dans les airs comme ça, c’est magique), carapaces de mue, spectres, anges, monstruosités, loxodons, gnarrs, nezumi, vedalken, Keldes, slivoïdes, soratami, kavrus, et bien d’autres encore… Sans oublier les signes distinctifs des personnages : combien de fois les artistes ont-ils dessiné le bouc et la veste de Gerrard Capashen (Gerrard Capashen) ou le bâton de Téfeiri ?

Whip-Spine Drake

Bien sûr, chaque créature a ses particularités, c’est ce qui rend chaque carte intéressante et différencie le look de chaque bloc de celui de son prédécesseur. Le Saltskitter (Glissesel) est une guivre du désert au corps plat, de couleur blanche. La particularité du Two-Headed Dragon (Dragon à deux têtes) le rend deux fois plus redoutable. Le Tattered Drake (Drakôn en lambeaux) est en pleine décomposition. Et la distinction entre certains types peut parfois être très subtile : demandez-moi ce qui différencie un avatar d’un élémental ou d’un esprit, et ma réponse sera nettement plus abstraite qu’un simple compte du nombre de pattes.

Mais en gros, notre boulot consiste à maintenir des limites claires et une taxonomie précise, pour que Magic garde sa continuité visuelle au fil des extensions et des illustrateurs. À chaque fois que nous créons un nouveau plan, nous voulons tout de même conserver une bonne dose de repères connus. Que l’on se trouve sur un monde de métal, une ville-monde, un monde de glace ou un n’importe quel monde étrange que nous n’avons pas encore imaginé, un drakôn devra ressembler à un drakôn.

La semaine prochaine, cependant, nous nous intéresserons à une race pour laquelle il est un peu plus difficile de déterminer une identité visuelle.

 

Traduction P.O. Barome

Latest Feature Articles

FEATURE

10 Novembre 2021

Précis d’Avant-première Innistrad : noce écarlate by, Gavin Verhey

Il va y avoir un mariage... Et vous êtes invités ! Olivia Voldaren, la vampire légendaire, épouse Edgar Markov. Tout le monde meurt d’envie d’y assister. Et je suis certain que c’est le ...

Learn More

FEATURE

8 Novembre 2021

Innistrad : noce écarlate - Vue d'ensemble des produits by, Harless Snyder

(Article édité le 16 novembre 2021: Nous avons mis à jour les informations concernant les boîtes de boosters collector qui contiennent 2 cartes de présentations.) Bonjour à tous ceux et ...

Learn More

Articles

Articles

Feature Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All