Le balancier des ombres

Posted in Feature on 1 Avril 2008

By Wizards of the Coast

Il y a bieeeen longtemps en septembre 2007 je vous avais parlé des retours de balancier dans Magic que représentait Lorwyn (et de quelle façon ils me faisaient un peu saliver). L’information à l’époque était que nous laissions les balanciers de l’ambiance, de l’objectif, et de l’émotion revenir d’eux-mêmes dans une nouvelle direction. Lorwyn – un éloignement de l’ambiance lugubre e post-apocalyptique du bloc Time Spiral. C’est une pause loin du gore, du mal diabolique et des crises d’envergure mondiale. C’est un souffle d’air frais dans les illustrations de Magic, laissant pour une fois quelque temps sous les projecteurs des choses fructueuses. C’est une espièglerie au cœur léger ayant lieu à travers bois dans un jeu qui parle habituellement du meurtre de mages ennemis à travers les dimensions.

Oui, l’environnement de Lorwyn était tout cela. Mais voici le moment des aveux : c’était aussi autre chose. C’était la prise d’élan nécessaire à un ample mouvement du balancier.

Lorwyn était, en partie, construit pour préparer les bénéfices de Sombrelande. C’était la haute passe cambrée, tandis que la puissance se glissait le long de la ligne des bases et vers la jonction des allées (allez les Jayhawks !). C’était un jeu bondissant et pointu (merci, volleyball.about.com !).

Le ton léger de Lorwyn n’était pas accidentel. Un ciel sans cesse radieux. Une verdure ensoleillée sur les montagnes, îles, plaines et mêmes les marais. Des sylvains au cœur léger, des sangamis chérubins et des changelins aux yeux vitreux, et, pour l’amour de Pete, une tribu de peuples fées liée mécaniquement. Tout cela faisait partie d’un effort concerté pour prendre le balancier du ton et de le pousser aussi loin que possible dans une direction, afin que quand nous le lâchions, il revienne, puissant, dans la direction opposée. Bienvenus dans le résultat de cette action, les gars. Bienvenus dans Sombrelande.

Des contraires qui s’attirent

L’année Lorwyn/Sombrelande contient deux blocs. Nous avions des buts quelque peu contradictoires pour ces deux blocs ce qui allaient rendre difficile leur conception. Nous voulions que les deux blocs soient :

  1. Extrêmement différents l’un de l’autre et cependant
  2. Fondamentalement connectés l’un à l’autre.

Ces deux buts ne sont pas vraiment prédisposés à s’entendre. Ils ne sont pas simplement en désaccord ; ils brisent chacun les jouets de l’autre et se querellent sur la banquette arrière durant les longs voyages en voiture à propos de qui a touché quel coté du siège. Mais nous devions cependant parvenir à les faire devenir amis et coopérer.

La solution fut d’utiliser le format du double bloc à notre avantage. Qu’est-ce qui forment des paires liées tout en étant contrastés ? Des contraires. L’idée fut de laisser les deux blocs être l’un et l’autre les deux cotés d’une même pièce. Trouvez un balancier amusant, et laisser les deux blocs représenter les deux cotés opposés du balancier. Magic n’a jamais eu d’année deux plus deux telle que celle-ci auparavant, donc le champ était libre. Des tonnes de tons opposés étaient disponibles. Mais l’un d’entre eux s’est imposé. Honnêtement, la décision n’était pas si difficile à prendre.

Membre 1 de la R&D : L’objectif de cette réunion est de décider quels sont les opposés nous devrions utiliser pour distinguer, tout en les connectant, les blocs ‘Peanut’ et ‘Jelly’ de l’année prochaine.
Membre 2 de la R&D : Que dites-vous de la lumière et de l’obscurité ?
Membre 1 de la R&D : Merci à tous, ce fut une chouette réunion.

Sérieusement. Choisir le moyen d’établir un contraste entre deux mondes n’était pas si difficile. Mais le diable se cache dans les détails – il aurait été facile de créer deux blocs ayant l’air trop proches l’un de l’autre, mais alors nous n’aurions pas rendu justice à notre premier but : rendre chacun d’entre eux unique et distinct. Une partie de la façon dont ce fut implémenté fut dans la création des cartes, et l’éloignement des mécaniques tribales.

Des tribus, mais pas de tribal

C’est le bon moment pour souligner que Sombrelande et Coucheciel ne sont pas un bloc tribal. Pas plus qu’ils ne forment une espèce de bloc ‘tribal inversé’ ou ‘anti-tribal’ pour faire contraste avec Lorwyn. D’un point de vue mécanique, c’est un tout nouveau bloc qui se trouve prendre place sur le plan qui était anciennement Lorwyn. Il a ses propres thèmes mécaniques, ses propres styles de construction de decks, et ses tout nouveaux mot-clés qui l’éloignent du style de jeu hautement tribal de Lorwyn.

Cependant, notre ami Vorthos, tel le magnanime profil psychographique qu’il est, offrira un puissant cadeau à Timmy, Johnny et Spike une fois Sombrelande sorti. Le fait que le plan de Sombrelande soit peuplé avec les mêmes races que celles qui vivaient sur Lorwyn signifie que vous (en tant que constructeur de deck) pourrez continuer à faire évoluer et fortifier les decks tribaux que vous avez déjà construits à partir des cartes Lorwyn et Lèveciel. Outre les races tribales normales, Sombrelande ajoute quelques monstres peu courants, et également quelques types de classes farfelus ; plus nous nous éloignerons de Lorwyn, moins vous verrez les huit races tribales centrales. Mais pour le moment, le chevauchement est plutôt important, vous donnant de nombreuses munitions pour vos decks elfes, vos decks géants, vos decks guerriers, peu importe ce que vous avez.

Donc Sombrelande, en tant que nouvelle approche d’un même plan, vous donne à profusion du carburant pour vous amuser avec des decks-basés-sur-un-type-de-créature (et maintenant légèrement tordus et macabres). Mais il vous donne également l’opportunité d’ignorer complètement la ligne de type de créature et de prendre un nouveau départ avec un nouvel ensemble de mécaniques et de thèmes.

Un petit avertissement : Sombrelande a deux cartes (si j’ai bien compté) qui ‘tiennent compte’ du type de créature. Mais elles ne concernent aucune des races de Lorwyn, et elles ne font certainement pas de Sombrelande une extension tribale (pas plus que la Elvish Champion (Championne elfe) ne fit d’Invasion une extension tribale). On en reparlera dans les avant premières Sombrelande de Taste the Magic.

Donc, quels sont ces thèmes mécaniques, et qu’est-ce qu’ils signifient pour nous en terme d’ambiance ? Parlons de l’hybride.

Des neo-duos

Presque toutes les races principales de Lorwyn (les elfes, sangamis, suires, peuples fées, boggarts, sangpyres/élémentaux, sylvains, et géants) s’étendaient sur deux couleurs. Les sangamis étaient presque complètement mono blancs, avec seulement une teinte de vert ; les sylvains touchaient à trois couleurs, et les élémentaux s’étendaient à toutes les cinq. Mais les autres étaient fortement de deux couleurs.

Ces races apparaissent toutes à nouveau dans Sombrelande, et elles sont toutes à nouveau et globalement de deux couleurs.

Mais leurs couleurs ont changées. Cependant laissez moi ajouter une précision technique : ‘en quelque sorte’.

Voici venu le moment de faire un exemple. Jetons un œil à un elfe rare de Lorwyn.

Nath of the Gilt-Leaf

Les elfes étaient d’alignement vert et noir dans Lorwyn. Ils étaient les tyrans hautains de ce royaume, si beaux qu’ils considéraient toute créature plus laide comme étant indigne de vivre.

Maintenant jetons un œil à un elfe rare de Sombrelande.

Noble féale de Feuilleterne

Les elfes sont d’alignement vert et blanc sur le plan de Sombrelande, ayant changé d’ambiance par rapport à leurs alter egos de Lorwyn. Mais l’extension Sombrelande a pour l’un de ses thèmes le mana hybride, signifiant que la blancheur et la verdeur de la Noble Féale de Feuilleterne sont exprimées en mana hybride, et pas en tant que multicolore ‘doré’ comme Nath of the Gilt-Leaf (Narth de Feuilledor) – d'où ma mise en garde sur le fait que les elfes ont ‘en quelque sorte’ changé de couleur d’affiliation. Vous pouvez lancer la Noble féale de Feuilleterne pour , , , ou - et ce dernier coût signifie que Narth et la Noble féale de Feuilleterne peuvent être joués dans le même deck bicolore.

Et ils se jouent plutôt correctement ensemble. La capacité de ‘Glorious Anthem (Antienne glorieuse)’ de la Noble féale de Feuilleterne rend heureuses toutes vos créatures vertes – et vous savez quoi ? Nath et tout un tas d’autres elfes s’avèrent avoir été verts pendant tout ce temps. La Noble féale de Feuilleterne réalise une bonne imitation de l’Imperious Perfect (Parfaite impérieuse), faisant produire en série des 2/2s au Lys Alana Huntmaster (Maître-chasseur de Lys Alana) et poser en masse pour 6 de force d’elfes via une Hunting Triad (Triade chasseresse). L’Imperious Perfect (Parfaite impérieuse) elle-même devient 3/3 et produit en chaîne des Guerriers Elfes 3/3 lorsqu’elles sont toutes deux en jeu.

Mais la Féale peut faire d’autres nouveaux trucs. Elle fonctionne avec n’importe quelle créature verte, pas uniquement les elfes – elle transforme l’Ambassador Oak (Ambassadeur chêne) en 4/4 qui vous donne un copain 2/2, par exemple. Elle fonctionne parfaitement bien avec les decks blancs, également, transformant le Cloudgoat Ranger (Ranger à la chèvre des nues) en une proposition de 10-de-force-pour-cinq-manas valant le déplacement.

Le vrai spectacle a lieu quand vous jouez la Féale avec des créatures qui sont à la fois vertes et blanches (comme le sont de nombreuses créatures hybrides). Ces capacités +1/+1 sont listées séparément, donc la Noble Féale de Feuilleterne donne +2/+2 aux créatures dorées (ou hybrides) vertes et blanches. Que diriez-vous d’un Gaddock Teeg 4/4 pour ? Que diriez-vous d’un Rhys l’Affranchi qui devient une 3/3 pour (@) (hybride), et qui produit à la chaîne des elfes verts et blancs 3/3 ? Et croyez moi, Sombrelande vient avec de nombreuses autres créatures hybrides pour optimiser la puissance des Nobles féaux. (Oups. Oh, crotte, vous saviez que vous alliez de toute façon compter dans l’Orbe les instances de l’expression ‘Noble féal’.)

En bonus, la Noble féale vient avec une capacité supplémentaire qui rend contreproductif l’usage de Thoughtseize (Saisie des pensées) ou de Mind Shatter (Fracassement cérébral) sur celle-ci quand elle est dans votre main. Défausse ? Nullefausse.

Le nouveau rôle des elfes

Donc, les elfes sont maintenant verts et blancs. Qu’est-ce que, je vous prie, cela entraîne en termes d’ambiance ? La réponse se trouve dans leurs relations avec les belles choses. Les elfes sont toujours des créatures à qui la beauté du monde importe, mais maintenant que le monde est devenu sombre et effrayant, le statut des elfes s’est effondré – ils ne règnent plus sur un monde de beauté, mais à la place ils peinent dans une bataille perdue d’avance en faveur de ce qu’il reste de beauté. Cette modification a changés les puissants en faibles, les tyrans en protecteurs. Jetons un œil au guide de style de Sombrelande pour plus de matériel sur l’ambiance des elfes.

Extraits du guide de style Sombrelande : les elfes et la beauté

Tant qu’il y a de la beauté, il y a de l’espoir.

Chassés, encerclés, humiliés, et assiégés, les elfes de Lorwyn souffrent d’un cruel retournement du destin tandis que le monde change à son crépuscule. Auparavant, les elfes tiraient de la beauté du monde une légitimité. Après tout, en tant que plus belles créatures de tout Lorwyn, les elfes étaient les seuls dignes de contrôler, juger et apprécier les belles créatures et les beaux objets. Maintenant, les elfes rassemblent les merveilleux objets et les nobles créatures dans leurs fertés pour les protéger et les préserver. Les elfes sont les gardiens et les défenseurs de la beauté qui reste dans ce monde.

Les elfes recherchent dans le monde des exemples de la beauté, tels que des créatures, des objets ou des lieux. Lorsque les elfes repèrent une telle cible, ils font tout ce qu’ils peuvent pour la protéger et la préserver. Si les elfes trouvent un lieu merveilleux, ils y établissent une ferté et tentent de le protéger de tout danger. Les elfes volent et capturent des créatures et des objets pour les amener à leurs fertés. Les elfes croient qu’en rassemblant la beauté du monde et en la protégeant au fur et à mesure de son apparition, ils augmenteront lentement le total de la beauté du monde. Un jour, cette beauté pourra surmonter la peur et la laideur qui contamine leur terre.

Extrait du guide de style de Sombrelande : les fertés

Un domaine elfe fortifié, habituellement situé dans les arbres et parfois également sur le sol, pour le protéger des attaques et donner aux elfes une vue imprenable sur les terres environnantes. Les fertés sont fortifiées à la fois physiquement et magiquement. Les plus anciennes et grandes fertés sont construites dans les arbres qui se tiennent sur de petites butes nommées tertres. Un tertre est un ancien cimetière, où les âmes de guerriers et druides elfes reposent endormies. La terre autour d’un tertre est stérile. Cela fourni un champs de vue clair qui rend difficile l’intrusion dans un ferté. Si une ferté est détruite, le tertre situé en dessous reste là. Le lieu devient un reflet horrible et déformé par la grande défaite infligée aux elfes. Rarement, les fantômes des elfes morts hantent de tels lieux.

Donc si Sombrelande est un monde lugubres ténèbres, pourquoi ai-je commencé par montrer en avant-première un elfe, désormais les seuls défenseurs de la lumière ? Parce que les elfes montrent ce changement de la plus dramatique des façons. Certaines des races du monde n’ont que peu changé après l’Aurore, mais les elfes, en tant que race ayant le plus à perdre, ont été transformés le plus intégralement. Tandis que les avant-premières continueront, continuez de consulter le site pour voir de quelle façon les autres créatures de Lorwyn sont devenues des incarnations sombres d’elles-mêmes – et comment d’autres croquemitaines sont sortis du folklore pour entrer dans ce nouveau monde lugubre.

La lettre de la semaine

La semaine dernière Andrew D. a demandé si Magic reviendrait un jour dans une extension déjà visitée auparavant.

 

Est-ce que l’équipe créatrice de Magic retournera un jour sur un plan ? D’après ce que j’ai entendu dire, Sombrelande aura encore lieu sur Lorwyn, mais qui a beaucoup changé. Si vous deviez revenir sur un plan, est-ce que vous le rendriez différent mais toujours reconnaissable par rapport à sa précédente impression ?
–Andrew D.

Et bien, Andrew, Sombrelande représente exactement la façon dont nous le ferions – avec une variation. En de nombreuses façons il s’agit toujours du plan de Lorwyn – c’est toujours un plan pastoral avec peu de civilisation, toujours un monde dérivé des mythes et du folklore des îles britanniques, et toujours un lieu peuplé de races de conte de fées – mais son ambiance et ses couleurs (sans oublier ses thèmes mécaniques) ont changé dramatiquement. L’avant première d’aujourd’hui est un autre indice de la façon dont Sombrelande est devenue ‘différente mais reconnaissable’ – la majestueuse forêt elfe Lorwyn de Feuilledor est désormais une forêt hantée de Sombrelande nommée Feuilleterne. Il y a d’autres torsions terminologiques à travers le plan qui suggèrent cette impression de ‘sombre reflet’.

Il y a d’autres exemples de Magic retournant sur d’anciens plans. Durant le bloc Spirale Temporelle nous sommes revenus sur Dominaria, mais ce plan fut si secoué par l’apocalypse qu’il était transformé en une lande dévastée. Je ne serais pas surpris si Magic retournait une fois de plus dans un environnement connu, Andrew, mais il est improbable que nous retournions sur un plan sans rien y changer. Une partie de la raison pour laquelle nous aimons changer chaque année est le maintient des joueurs dans l’expectative, et pour faire des ajouts au répertoire des mondes que les arpenteurs peuvent visiter, d’où ils peuvent tirer leur pouvoir, et occasionnellement, qu’ils peuvent menacer.

L’anthologie Sombrelande !

Voici une note finale partiellement intéressée, l’anthologie Sombrelande sort cette semaine ! Elle débute par une nouvelle de 88 pages des auteurs des romans Lorwyn et Lèveciel Scott McGough et Cory Herndon, qui continue l’histoire de ces deux romans tandis que le plan est recouvert d’ombres par l’Aurore. En outre, il y a huit contes effrayants prenant place sur le monde de Sombrelande (dont un que j’ai écrit, et un autre par l’ancien auteur de Taste the Magic Matt Cavotta), chacun soulignant une troupe différente de personnages de ce plan hanté. J’ai entendu dire qu’il est désormais en stock dès aujourd’hui à de nombreux endroits – vérifiez auprès de votre magasin de jeux local ou de votre librairie.

Traduction Émilien Wild

Latest Feature Articles

FEATURE

2 Juillet 2019

Précis d'Avant-première Édition de base 2020 by, Gavin Verhey

De grands favoris. De nouveaux venus. Du Chandra en pagaille. Cela ne peut vouloir dire qu'une chose : c'est l'heure de l'Édition de base 2020 ! Que vous soyez un lanceur de sort novice ...

Learn More

FEATURE

6 Juin 2019

Précis d'Avant-première Horizons du Modern by, Gavin Verhey

Horizons du Modern est une extension de Magic complètement dingue. Des mécaniques d'un passé lointain ! Des slivoïdes ! De la neige ! Urza ! Et des cartes de nombreux plans différents ! ...

Learn More

Articles

Articles

Feature Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All

Nous utilisons des Cookies sur ce site pour personnaliser le contenu et les publicités, fournir des fonctionnalités de médias sociaux et analyser le trafic web. En cliquant sur OUI, vous acceptez nos Cookies. (Learn more about cookies)

No, I want to find out more