Sombrelande : la vengeance !

Posted in Feature on 4 Avril 2008

By Wizards of the Coast

Ca y est, la boucle est bouclée ! On vous l’avait bien dit ! En fait non, nous ne pouvions pas, et pourtant nous en mourions d’envie.

Tout ce que nous avons si minutieusement mis en place avec Lorwyn porte à présent ses fruits dans Sombrelande, et on dirait que ça vous plaît, non ? Des terrains endormis s’éveillent, les habitants changent, la brume s’étend sur la contrée, et de terrifiantes bestioles peuvent de nouveau errer librement dans les profondeurs ténébreuses d’une nuit surnaturelle.

Ce que nous ne pouvions pas vous révéler pendant tout le bloc Lorwyn, c’était que deux (!) mondes avaient été créés simultanément : Lorwyn la lumineuse, toujours ensoleillée et saturée de couleurs, et sa symétrique délicieusement terrifiante, finalement connue sous le nom de Sombrelande. Et nous étions dans les temps pour vous donner en avant-première un aperçu des deux (!) mondes dans les cartes ‘décalées dans le temps’ de Vision de l’Avenir. Immédiatement après notre grande recherche de concepts en interne, Steve Prescott fut chargé de créer les illustrations pour les cartes de sangamis de Lorwyn (Goldmeadow Lookout (Vigie d’Orprairie) et son jeton, Goldmeadow Harrier (Coureuse à la fronde d’Orprairie), et Omar de peindre Mistmeadow Skulk (Indolent brumeprairie), un parfait exemple de sangami ‘post-Aurore’.

Au départ, le processus se déroula de manière assez fluide. Les artistes (Steve Prescott, Omar Rayyan et Warren Mahy) comprirent que le résultat final consisterait en deux mondes, avec des caractéristiques ‘avant-après’ pour chaque race, et ils laissèrent fonctionner leur créativité pour donner forme à chacun de ces mondes. Nos murs se sont peuplés de dessins de différents styles d’elfes, de sylvins, d’élémentaux, de færies, et ainsi de suite. Peu à peu, nous avons commencé à les séparer en deux groupes. Celui-là va bien pour la lumière, celui-là pour les ténèbres, etc. Parfois, le look Lorwyn pour une race fut trouvé d’abord, comme pour les géants, et parfois ce fut la version de Sombrelande qui se présenta la première, comme pour les sangamis, et nous dûmes alors travailler dans l’autre sens pour trouver leurs symétriques.

Parfois, la ligne à suivre était plus floue, comme pour les élémentaux majeurs. Une fois que nous nous fûmes engagés dans la direction des amalgames d’animaux (pour bien les différencier des sylvins et des géants, qui peuplent aussi les deux mondes), l’équipe de création imagina tout un tas de mélanges de bestioles délirants et bizarres. Dans quelle mesure un élémental majeur de la belle Lorwyn serait-il différent d’un de ceux de Sombrelande ? Les deux seraient des combinaisons d’animaux. À mesure que le travail se distillait sur les murs et se répartissait en ‘pré’ et ‘post’, nous décidâmes que cela dépendrait surtout de l’impression visuelle. Un élémental de Lorwyn pourrait être fait d’insectes ou d’araignées ou d’autres choses de ce genre, pour inspirer le dégoût et la révulsion, mais dans Sombrelande cet élémental serait constitué de parties dont la seule fonction possible serait de vous faire du mal. Voici un bon exemple. C’est un serpent… constitué d’un nœud de serpents !

Les critères ne furent pas uniquement visuels. Nous devions travailler avec les concepteurs et les développeurs pour déterminer les changements de couleurs des tribus entre les blocs, ce qui aurait une influence sur la ‘personnalité’ et donc l’aspect de chaque tribu. Les sangamis passeraient du blanc-vert (communautaires) au blanc-bleu (isolationnistes et paranoïaques). Les ondins passeraient du blanc-bleu (un peu distants mais remplissant un rôle de transport et de communication pour les autres tribus) au bleu-noir (plus malveillants et sauvages, utilisant maintenant les rivières et les canaux pour attaquer, voler et tendre des embuscades). Cependant, tout ne deviendrait pas plus sombre. Il fut décidé que pour maintenir de la diversité, les færies resteraient égales à elles-mêmes et qu’en réponse à l’obscurcissement du monde, les elfes se montreraient à la hauteur de la situation en devenant plus nobles et un peu plus humbles (de noir-vert à vert-blanc). Le fait que leurs cornes se modifient après l’Aurore en devenant plus fines et en se couvrant de piquants est un subtil indice de ce changement d’attitude (et ce fut la dernière chose à avoir été précisée par Richard Whitters dans le guide artistique de Sombrelande).

Développer simultanément deux mondes interdépendants fut une tâche titanesque, mais elle nous permit de préparer le résultat final avec un maximum de perspicacité, de clairvoyance et de cohérence. Les færies en sont un bon exemple.

Pendant nos premières réunions de recherches d’idées, Prescott développa un double aspect pour ce peuple : une færie insectoïde et une færie florale. Encore une fois, à ce moment-là nous n’en étions pas encore à déterminer qui irait où, nous accumulions simplement des idées pour les principaux concepts de cet univers. Livres de contes. Folklore européen. Pas d’humains. Vous trouverez plus de détails à ce sujet en lisant mon article sur Lorwyn Où sont passés les humains ?. Les færies florales pourraient être celles de Lorwyn et les insectoïdes celles de Sombrelande. Ou bien les færies bleues seraient florales et les noires insectoïdes. Mais une fois qu’il fut décidé que les færies ne changeraient pas de couleurs entre les deux mondes, il nous parut malvenu de trop modifier leur morphologie. Nous décidâmes d’en faire une sorte de fil conducteur entre les extensions. Ce qui signifiait aussi que leur caractère ne changerait pas trop… Petites pestes farceuses et malicieuses, avec un soupçon de malveillance en plus d’être simplement des commères et des nuisances. L’aspect insectoïde collait extrêmement bien à ce profil, et c’est donc celui que nous avons gardé. Comme je regrettais de ne pas pouvoir utiliser cette dynamique insecte - fleur d’une manière ou d’une autre, j’ai donné cette orientation au dessin de leur sombre reine, une grande ‘færie’ entièrement faite de fleurs. Les færies bourdonneraient autour d’elle tout comme les abeilles autour des fleurs de votre jardin. Et pas n’importe quelles fleurs… Après quelques recherches, je l’ai composée de fleurs toutes assez toxiques pour tuer un chien (en admettant qu’il les mange). Ce dessin devint Oona. Nous en avons donné des indices dans Lorwyn. C’est pour cela que le duo de terrains Island (Île) / Swamp (Marais) de Lorwyn est peuplé de fleurs colorées. C’est pour cela que la magie des færies est souvent représentée avec des fleurs ou des pétales, et que le Secluded Glen (Vallon retiré) est un si bel endroit. Pour préparer le sinistre coup de théâtre de l’apparition de la reine des færies !

Sombrelande nous a également donné l’opportunité d’introduire de nouvelles choses amusantes qui n’avaient pas trouvé leur place dans l’une des huit tribus de Lorwyn. Au cours des toutes premières discussions au sujet des races à inclure dans Lorwyn, l’ancien membre de l’équipe créative de Magic Brandon Bozzi lança l’idée d’une ‘tribu’ d’artefacts qui ressembleraient à des épouvantails ou à l’homme de fer blanc. J’ai beaucoup aimé cette idée : elle trouvait sa place dans cet univers, et n’avait pas vraiment été utilisée dans Magic (à part peut-être avec les myrs ?). Quoi qu’il en soit, nous ne savions pas trop ce que nous pourrions en faire… Jusqu’à ce que Sombrelande ait besoin de créatures productrices de mana ! Ce fut un ajout de dernière minute, mais j’entendis par hasard Doug Beyer parler du nombre de créatures-artefact dans l’extension et se demander ce qu’elles pourraient être. Je lançai à nouveau la discussion ‘As-tu pensé à les réunir en une tribu ?’, en lui présentant le look épouvantail / tête de citrouille / ‘Wicker Man’, ce qui collait bien avec Sombrelande. Finalement, l’idée fut retenue. Richard Whitters arriva juste à temps de son Canada natal pour devenir l’homme de la situation et réaliser les derniers éléments du guide artistique de Sombrelande. Voici ses concepts d’épouvantails.

Nous avions commencé la recherche de concepts uniquement avec mes rapides crayonnés de terrains de base pour chacun des deux mondes. Certains sont restés, comme les Plains (Plaine) de chaque monde, et certains évoluèrent en autre chose ; l’île en carapace de tortue et la montagne en forme de dragon pétrifié étaient à l’origine mes concepts pour des terrains de base de Lorwyn, et donnèrent naissance à l’idée de créer un cycle de terrains représentant des créatures endormies, qui se réveilleraient dans Sombrelande. La conception et le développement furent assez gentils pour créer des cartes selon ce concept à notre demande.

À la fin de notre première recherche de concepts, nous avions plutôt bien défini Lorwyn à deux exceptions près, et il y avait au moins un début de guide artistique pour Sombrelande, avec assez de directions de travail pour pouvoir commander des concepts graphiques additionnels à différents illustrateurs en externe. Dave Allsop, Dave Kendall, Daarken, Drew Tucker, Brandon Kitkouski, rk post, Trev Hairsine, et Chippy ont tous travaillé à distance tandis qu’Anthony Waters, Cyril van der Haegen, et encore une fois Warren Mahy travaillaient en interne pour transformer les très nombreux dessins au crayon issus de la première recherche en ébauches en couleur et ainsi constituer le guide artistique de Sombrelande.

Il était ensuite temps de commander les illustrations de cartes elles-mêmes. Je me reposai de nouveau beaucoup sur nos spécialistes des ‘livres de contes’… J’ai nommé Warren, Larry MacDougall, Omar Rayyan, Kev Walker, Jesper, Prescott et Wayne Reynolds, mais contrairement à Lorwyn, je fis aussi appel à certains de nos pros du côté sombre. Daarken, Dave Kendall, Dave Allsop, Richard Kane Ferguson, Thomas M. Baxa, Drew Tucker, et compagnie. Ces gars-là avaient patiemment attendu que Lorwyn se passe, avec des promesses de ma part qu’ils auraient une compensation… Qu’allait arriver un univers dans lequel ils pourraient vraiment briller, que leur retour dans le jeu aurait vraiment un sens. Et je le maintiens. Lorwyn a mis en place un environnement avec un style et une ambiance très originales et très pittoresques, et Sombrelande s’amène, défonce la porte et met tout sens dessus-dessous.

Mais assez parlé.

Place aux images !

Rustic_Clachan
Sunken Ruins

Vous ne voulez pas attendre jusqu’au 2 mai pour découvrir Sombrelande ? Alors ne ratez pas votre première occasion de jouer avec des cartes de Sombrelande pendant les Avant-premières les 19 et 20 avril !

Traduction P.O. Barome

Latest Feature Articles

FEATURE

24 Septembre 2019

Précis d’Avant-première Le trône d’Eldraine by, Gavin Verhey

Après avoir fini de vous transplaner, vous levez les yeux pour découvrir autour de vous un monde étrange mais accueillant. Des chevaliersde toutes sortes passent près de vous sur leurs n...

Learn More

FEATURE

4 Septembre 2019

Mécaniques de l'extension Le trône d'Eldraine by, Matt Tabak

Il était une fois, dans un monde pas si différent du nôtre, des chevaliers, des færies, des géants, des envoûteuses, des... bonshommes en pain d'épices ? Bon, c'est vrai qu'Eldraine est u...

Learn More

Articles

Articles

Feature Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All

Nous utilisons des Cookies sur ce site pour personnaliser le contenu et les publicités, fournir des fonctionnalités de médias sociaux et analyser le trafic web. En cliquant sur OUI, vous acceptez nos Cookies. (Learn more about cookies)

No, I want to find out more