Le retour du grand Blanc

Posted in Making Magic on Juillet 13, 2015

By Mark Rosewater

Working in R&D since '95, Mark became Magic head designer in '03. His hobbies: spending time with family, writing about Magic in all mediums, and creating short bios.

Pour ceux qui ne sont pas encore au courant, sachez que j’adore le pentagramme des couleurs. C’est le fondement même de Magic, autant pour l’ambiance que pour les mécaniques, et il offre au jeu une approche psychologique qui lui crée une identité unique. En 2003, j’avais écrit une série d’articles au travers desquels j’examinais chacune des cinq couleurs en explorant sa philosophie. Et bien, ces douze dernières années j’ai eu pas mal de temps pour peaufiner ma vision au sujet des couleurs ainsi que des relations entre elles. J’ai donc décidé qu’il était temps de revisiter ces articles et d’approfondir la réflexion. (Remarquez qu’à mon avis, le blanc était la couleur que j’avais la mieux cernée il y a douze ans, mais comme elle venait en premier dans nos semaines à thème, c’est avec elle que je vais commencer.)

Dans ces articles, j’avais posé six questions. Cette fois-ci encore je vais poser les mêmes, mais en explorant quelques facettes que je n’avais pas abordées auparavant. Voici les six en rappel :

  • Que désire cette couleur ? Quel est son but ?
  • Quels moyens emploie cette couleur pour atteindre ses objectifs ?
  • Quelles sont les préoccupations de cette couleur ? Que représente-t-elle ?
  • Que déteste cette couleur ? Quelle motivation négative anime cette couleur ?
  • Pourquoi la couleur apprécie-t-elle ses alliés et déteste-t-elle ses ennemis ?
  • Quelle est la plus grande force et la faiblesse la plus marquée de cette couleur ?

Comme la dernière fois, je vais conclure avec quelques exemples de personnages tirés de la culture populaire qui sont principalement blancs.

Et c’est parti.

Patronne des Vaillants | Illustration par Steve Argyle


Que désire cette couleur ? Quel est son but ?

Blanc désire la paix.

Blanc perçoit la souffrance du monde autour de lui. Il y a tant d’individus qui doivent lutter quotidiennement, alors que le monde détient les ressources pour combattre ces souffrances. Il y en a assez pour que tout le monde ait ce dont il a besoin (plutôt que ce qu’il désire). La souffrance est une conséquence malheureuse des désirs égoïstes d’individus qui négligent le bien commun.

Blanc veut créer un monde dépourvu de souffrance inutile, un monde où chaque individu vit la meilleure vie possible. Pour y parvenir, il faut enseigner aux individus l’importance d’agir dans l’intérêt du groupe, même si ces actions ne leur profitent pas personnellement.

Le problème de cette vision est qu’elle ne peut fonctionner que si tout le monde s’engage à atteindre le même objectif collectif. Dès que certains individus donnent la priorité à autre chose, comme par exemple leurs propres désirs, le plan s’écroule. Pour cette raison, Blanc doit déployer les grands moyens pour que le groupe comprenne le pouvoir qu’il détient et garde une vision d’ensemble de la situation.

Blanc veut que ses motivations soient comprises par le plus grand nombre possible et qu’elles soient partagées. Mais Blanc sait que pour accomplir son grand objectif, certains individus vont devoir être guidés sur le bon chemin, plutôt que de le suivre de leur propre gré.

Emprise du hiéromancien | Illustration par Igor Kieryluk


Quels moyens cette couleur emploie-t-elle pour atteindre ses objectifs ?

Comment peut-on amener un grand nombre d’individus à suivre la même voie ? En établissant une structure rigide. Il existe tout simplement trop de tentations pour laisser cette grande mission entre les mains des individus. Blanc a donc accueilli à bras ouverts règles et lois. Si le système décrit exactement ce que chaque individu peut et ne peut pas faire, il fera ce qu’on lui demande.

Cette structure se divise en deux pans : les règles morales et le droit civil. Les règles morales définissent le concept du bien et du mal. Certaines actions sont morales et doivent être encouragées, alors que d’autres sont immorales et par conséquent, ne doivent donc pas l’être. Les règles morales sont importantes pour inculquer aux individus l'idée qu’il y a une bonne et une mauvaise façon de penser. Cela encadre l’idée plus universelle—la nécessité de considérer le groupe avant tout. L’insinuation qu’il existe un châtiment sur le long terme pour ne pas avoir obéi à ces lois morales en est partie intégrante.

Les lois du droit civil sévissent contre les comportements indésirables. Un comportement donné aura une conséquence immédiate, la plupart du temps sous forme de perte de ressources (normalement monétaires) et/ou de liberté. Les actions illégales seront sanctionnées dès qu’elles sont constatées. Le droit civil est normalement appliqué par le gouvernement à travers la police ou les forces armées.

Les règles morales sont là pour contrôler les pensées des masses alors que le droit civil existe pour contrôler leurs actes. Ensemble, ces deux types de structure créent un cadre qui aide à s’assurer que les individus agissent pour le bien du groupe.

Je tiens à souligner que l’influence de Blanc peut également s’exercer de façon plus subtile, car il introduit le concept de conscience. Les concepts de bien et de mal peuvent être présentés de multiples façons, à commencer par des codes de comportement personnels jusqu’aux idéaux tels l’honneur et la vertu chevaleresque. Blanc use aussi d’émotions comme la culpabilité pour canaliser le comportement des individus.

Arrestation | Illustration par Greg Staples


Quelles sont les préoccupations de cette couleur ? Que représente-t-elle ?

Voici quelques préoccupations de Blanc ainsi que leurs raisons :

La Religion—Bien qu’il existe différentes manières d’enseigner la loi morale, la religion s’est avérée être la plus efficace.

L’armée—Blanc estime que la force vient de l'association de nombreux individus, créant ainsi un ensemble bien plus puissant que les éléments qui le composent. L’armée en est un parfait exemple : des soldats individuels s'unissent pour former une force de frappe puissante. Ceci va aussi dans le sens de Blanc qui se fie à la force combinée de nombreux petits éléments, la force du nombre.

La loi—La structure civile est basée sur la création de règles par son groupe dirigeant. La loi est un outil puissant, servant à contrôler les actions des individus au sein de la société.

Le système judiciaire—Lors de la création des lois, il est important de s’assurer qu’elles sont appliquées correctement.

La Politique—Pour que les lois aient un impact et accomplissent le travail requis, vous devez être celui qui les crée, interprète et applique. La politique n’est rien d’autre qu’une structure élaborée pour s’en assurer.

Le gouvernement—C’est ce qui permet à Blanc de superviser l’armée, les lois, le système judiciaire et la politique.

La communauté—En prenant soin du groupe, on s’assure que le groupe prendra fait et cause pour vos intérêts.

L’honneur—À en croire la définition de Blanc, « l’honneur » est une interprétation des règles morales. Il s’agit d’un système qui valorise les actes des individus dans l’intérêt du groupe.

L’esprit chevaleresque—Encore une autre interprétation des lois morales.

La défense—Toute la philosophie de Blanc tourne autour du bien-être du groupe. Ceci vaut aussi pour le conflit où la priorité de Blanc est d’éviter les dommages. De plus, la défense renforce Blanc dans l’utilisation de la structure en tant qu’arme.

L’abnégation—Si vous êtes convaincu que les décisions doivent être prises dans l’intérêt du plus grand nombre aux dépens de celui des individus, alors il en découle que parfois la seule chose juste à faire est de vous sacrifier pour lui.

La coopération—La force d’un groupe réside en sa capacité de collaboration.

La lumière—Blanc est convaincu que les secrets sont dangereux, car ils permettent de prétendre agir dans l’intérêt du groupe, alors qu’en réalité ce n’est pas le cas. La lumière représente de façon métaphorique le désir de Blanc de révéler la face cachée des choses. Cela renforce aussi l’idée du combat du bien contre le mal, qu'il aime mettre en évidence. N'oubliez pas que c’est la façon dont Blanc caractérise le conflit, car Noir n’adhère pas aux concepts du bien et du mal, ni même à celui de la moralité.

La pureté—Blanc voit ses idéaux comme des absolus, et accepte mal le concept de zones grises. Il est intéressant de faire remarquer que Blanc voit tout en noir et blanc.

La charité—Un élément important pour qu’on s’occupe vraiment de tout le monde est de s’assurer que ceux qui possèdent le plus aident les plus démunis.

La stratégie—La structure peut aussi être appliquée à l’art de la guerre et aux autres conflits. Pour s’assurer du bon fonctionnement de l’armée, il faut veiller à ce que chaque individu contribue au plan général.

L’organisation—Une structure robuste permet également de mieux gérer ses ressources.

Infanterie lourde | Illustration par David Gaillet


Que méprise cette couleur ? Quelle motivation négative anime cette couleur ?

Blanc déteste tout ce qui entrave la protection du groupe. Les deux plus gros soucis sont l’égoïsme et l’irresponsabilité. Le premier est nuisible car il incite les individus à ne pas se soucier du fait que leurs actions puissent nuire à autrui. Le deuxième pose également un problème, car il empêche les individus de se rendre compte qu’ils blessent d’autres personnes. Ces deux éléments vont à l’encontre des deux types de lois utilisées par Blanc. L’égoïsme mine les règles morales, alors que l’irresponsabilité mine le droit civil. Cela pousse Blanc à entrer en conflit avec Noir et Rouge, car Noir est surtout responsable pour le premier alors que Rouge l’est pour la seconde. J’y reviendrai dans un instant.

L’obsession de Blanc à maintenir sa structure est si grande qu’il peut s’attarder longuement sur de petits détails. Ceci peut amener Blanc à s’emporter sur des sujets qui, en surface, semblent insignifiants. Blanc a la conviction que toutes ses règles doivent être suivies, et en conséquent il peut agir envers des infractions mineures avec la même force qu’envers des cas beaucoup plus graves. Il peut aussi se trouver très affecté par des pertes individuelles, car il se soucie réellement du bien-être de chacun.

Iona, Bouclier d'Éméria | Illustration par Jason Chan


Pourquoi cette couleur apprécie-t-elle ses alliés et déteste-t-elle ses ennemis ?

Blanc reconnaît dans Bleu une couleur qui comprend la valeur du fait de réfléchir avant d’agir. Tout comme Blanc, Bleu est très minutieux et comprend la valeur des règles érigées. Blanc et Bleu ont tous deux Rouge comme ennemi et se soucient des dangers de l’impulsivité et de l’émotivité. La seule chose qui inquiète Blanc chez Bleu, dont Noir est le second allié, c’est qu’il apprécie un peu trop à son goût les contributions des individus. Blanc aimerait que Bleu se concentre un peu plus sur le perfectionnement de la société que sur celui des individus.

Blanc voit dans Vert une couleur qui partage l’importance donnée à la communauté. Les deux couleurs comprennent le rôle de l’individu au sein du monde qui l’entoure. Blanc et Vert ont Noir comme ennemi commun, et les deux détestent ses motivations égoïstes qui perturbent volontairement l’harmonie de ceux qui croisent son chemin. Le souci de Blanc avec Vert vient de sa liaison implicite avec Rouge en raison de son côté sauvage. Vert ne semble pas trop se soucier de perdre le contrôle, et Blanc sait que cela ne peut qu’apporter des ennuis.

Quand Blanc regarde Noir, il abhorre instantanément sa totale dévotion pour l’importance de l’individu. Noir est égoïste, immoral et cruel. Il tolère non seulement la souffrance d’autrui, mais il en sera la cause. Il prend plaisir à faire souffrir. Noir semble faire tout son possible pour briser chaque code moral que Blanc a pu mettre en place. Si cela ne tenait qu’à Noir, les individus ne se préoccuperaient que d’eux-mêmes, et la grande majorité d’entre eux souffriraient. Bien qu’en général, Blanc soit adepte de la non-violence, Noir représente un tel danger qu’il fait une exception. C’est un cancer qui doit être excisé pour éviter qu’il décime toute la société.

Quand il regarde Rouge, Blanc est effrayé par l’impudence que celui-ci favorise. Rouge est impulsif, suit ses émotions, et est par conséquent imprévisible et irresponsable. Il n’a aucun respect pour les lois et semble les briser sans y réfléchir à deux fois. Rouge est moins sadique que Noir mais non moins dangereux. En minant les lois de Blanc, Rouge crée le chaos en instaurant l’anarchie, ce qui a tout autant le potentiel de faire des dégâts. Il doit être contenu et enfermé avant qu’il puisse en causer davantage.

L’équilibre entre le conflit Blanc/Noir du groupe face à l’individu, et celui Rouge/Blanc, du chaos face à l’ordre, définit les préoccupations de Blanc à minimiser tout ce qui pourrait entraver sa grande vision. Dans chacun des cas, Blanc voit ses ennemis comme sources de danger, et est persuadé qu’il doit les stopper de façon préventive avant que des individus soient blessés.

Croisé mirran | Illustration par Eric Deschamps


Quelle est la plus grande force et la faiblesse la plus marquée de cette couleur ?

La plus grande force de Blanc est son organisation. Il se préoccupe des détails et détient toujours une réponse à chaque problème. Blanc a construit une infrastructure complexe et sait l’utiliser à son avantage avec une grande efficacité, que ce soient les lois, la politique ou la religion. Sa division du pouvoir, étalée de façon égale parmi tous ses partisans, le rend difficile à vaincre, car, prise à part, aucune des pièces n’est à elle seule plus importante que les autres. De plus, Blanc a appris à pousser de petits éléments à interagir afin que leur puissance combinée soit bien plus forte que la somme de ses composantes.

Sa confiance aveugle dans la structure établie est la plus grande faiblesse de Blanc. Il ne possède aucune flexibilité. Il ne peut s’adapter qu’à ce qu’il avait prévu, et se pose de gros problèmes quand survient quelque chose de nouveau. Ce manque de flexibilité explique pourquoi Blanc ne s’adapte que difficilement, et pourquoi il peut prendre du retard dès que l’environnement change. Blanc a parfois aussi du mal à différencier l’importance de chaque facette, car il a tendance à tout évaluer de façon égale.

Voici une autre façon de le voir : la plus grande force de Blanc est son utilisation efficace du groupe, sa faiblesse la plus marquée est son ignorance de la force de l’individu.

Phalange du Conclave | Illustration par Wayne Reynolds


Personnages d’affinité blanche de la culture pop

Comme nous avons fait un bond en avant de douze ans, je me suis dit que je ferais bien de choisir quelques exemples un peu plus récents.

Barry Allen (Flash)

Barry est frappé par un éclair ainsi que par quelques produits chimiques et devient capable de se déplacer à une vitesse prodigieuse. Que fait-il avec ce pouvoir ? En abuse-t-il ou l’utilise-t-il pour son enrichissement personnel ? Non, il s’engage à protéger Central City contre ceux qui veulent causer du tort à ses citoyens.

Brienne de Tarth (Le Trône de fer)

Pour commencer, Brienne est un chevalier. Elle s’engage à servir le bien-être d’autrui et uniquement celui de ceux qu’elle juge être fondamentalement bons. Elle n’a qu’une parole et s’efforce toujours de vivre selon un code moral exemplaire. De plus, elle est honnête, respectable et juste.

Tyresse (Walking Dead)

Il y a peu de personnages mono-blanc dans l’apocalypse zombie de The Walking Dead, , mais Tyresse en fait partie. Il n’aime pas tuer, même quand il s’agit de zombies,et est toujours là pour protéger les autres. Il semble plus particulièrement dévoué à protéger ceux qui sont incapables de le faire eux-mêmes.

Inspecteur James Gordon (Gotham)

James Gordon est un flic honnête au sein de forces de police corrompues. Il ne recule jamais devant ce qu’il pense être juste, même quand il est évident qu’il y aura un prix à payer.

Alexander Pierce (Captain America: Le Soldat de l’hiver)

ATTENTION, SPOILERS ! (NE LISEZ PAS PLUS LOIN SI VOUS N’AVEZ PAS ENCORE VU LE FILM)

Alexander est un bon exemple d’un méchant mono-blanc. Il est intimement convaincu que ses actes créeront un monde meilleur, même si cela implique l’assassinat de millions de personnes.

Pour conclure, je répète une entrée de la dernière fois, mais il s’agit d’un de mes quintets favoris du pentagramme de couleurs, les Simpsons. (Les cinq membres de cette famille appartiennent chacun à une des couleurs).

Marge Simpson

Marge est le centre moral des Simpsons et elle se préoccupe toujours du bien-être de toute la famille. Elle se fie à la structure, est protectrice, et se révèle être la plus altruiste.


Tout est couvert de blanc

Un de mes aspects favoris de mon job est l’interaction avec le pentagramme des couleurs, et je m’éclate toujours quand j’en parle dans ma rubrique. Je serai donc ravi de savoir ce que vous avez pensé de l’article d’aujourd’hui. Vous pouvez m'écrire par email ou par n’importe lequel de mes médias sociaux (Twitter, Tumblr, Google+ et Instagram).

Rejoignez-moi la semaine prochaine quand je poursuis ma visite nostalgique, cette fois-ci avec Vorthos et Mel(vin).


« En route pour le travail n°242—Avacyn ressuscitée, deuxième partie »

C’est la deuxième partie d’une série en 4 parties sur la création d’Avacyn ressuscitée.

« En route pour le travail n°243—Avacyn ressuscitée, troisième partie »

C’est la troisième partie d’une série en 4 parties sur la création d’Avacyn ressuscitée.

Latest Making Magic Articles

MAKING MAGIC

Informations sur la Destruction, troisième partie by, Mark Rosewater

Ces deux dernières semaines (première partie et deuxième partie), j'ai partagé avec vous des anecdotes de création carte-par-carte de L'Âge de la Destruction. Il y a encore beaucoup de ch...

Learn More

MAKING MAGIC

Informations sur la Destruction, deuxième partie by, Mark Rosewater

La semaine passée, j'ai commencé mes anecdotes de création carte-par-carte de L'Âge de la Destruction. J'ai encore de nombreuses choses à vous raconter, alors commençons. Avemain intrépi...

Learn More

Articles

Articles

Making Magic Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All

We use cookies on this site to enhance your user experience. By clicking any link on this page or by clicking Yes, you are giving your consent for us to set cookies. (Learn more about cookies)

No, I want to find out more