La lithomancienne

Posted in Magic Story on 29 Octobre 2014

By Kelly Digges

Kelly Digges has had many roles at Wizards over the years, including creative text writer, R&D editor, website copyeditor, lead website editor, Serious Fun column author, and design/development team member on multiple sets.

Il y a fort longtemps, les Eldrazi dévoreurs de monde avaient été emprisonnés sur Zendikar par trois Planeswalkers : Ugin le dragon-esprit, Sorin Markov le vampire et une troisième comparse appelée la lithomancienne, dont on ne sait que très peu de choses à présent.

Aujourd'hui, nous retournons dans le passé, il y a plus de 6 000 ans, sur un plan dont le nom a été oublié par l'histoire.

Aujourd'hui, nous rencontrons la lithomancienne.


Un rempart de pierre jaillit de terre, encerclant le petit campement sur ce qui avait été jusqu'ici une plaine ouverte et vulnérable. Il était doucement incurvé, avec d'élégants créneaux.

Nahiri, qu'on appelait la lithomancienne, contempla son œuvre et fronça les sourcils. C'était bien fait, et dans de bonnes conditions, il aurait perduré des siècles.

Les conditions étaient loin d'être idéales.

Il restait peut-être une centaine de réfugiés. Demain, ils replieraient leur campement, ou ils devraient prendre le risque d'être écrasés par ces... choses, quelles qu’elles puissent être. C'était des abominations, tout droit sorties d'un cauchemar, et Nahiri ne les haïssaient même pas. Cela ne ferait aucune différence.

« Nahiri, puis-je te parler ? »

La voix sèche et précise provenait de derrière elle, de tellement près qu’elle aurait dû entendre l'homme approcher et sentir son souffle dans son cou. Mais il se déplaçait comme un chat et il ne respirait pas. Penser que ses lèvres étaient si proches de sa gorge la fit frémir. Un vampire.

Elle savait qu'il était bien là. Après tout, il marchait sur de la pierre nue. Mais il lui avait lui-même conseillé de ne pas révéler tous ses talents aux autres. Pas même à ses amis, et elle n’était pas du tout sûre qu'il en fasse partie.

Elle se retourna vers Sorin Markov—vampire, compagnon Planeswalker, protecteur du plan d'Innistrad, et ce qui ressemblait le plus à un ami dans ce lieu si éloigné de son monde natal.

Ils formaient un couple peu banal, et les réfugiés, des humains aux cheveux noirs et aux joues roses, gardaient leurs distances. Les cheveux de Nahiri étaient aussi blancs que ceux de Markov, mais lui avait une peau grise contrastant avec son teint d'albâtre. Mais c'était son regard qui qui trahissait l’étranger qu’il était : le blanc de ses yeux était noir, et ses iris brillaient d'un éclat déconcertant.

Sorin Markov | Illustration par Michael Komarck

Ils passèrent entre les feux de camp des réfugiés pour arriver à l'extrémité du campement, où le mur de Nahiri englobait un promontoire rocheux. Ils l'escaladèrent et regardèrent par-dessus le rempart. Devant eux, le soleil était sur le point de disparaître derrière les collines, et les formes hideuses de la vallée étaient heureusement cachées par les ombres.

« Tu as construit leur camp pour eux, dit Sorin. Une fois de plus. Je crois qu'il est temps qu'on les laisse se débrouiller seuls. »

« Non, répondit Nahiri. Nous sommes venus les sauver. »

« Toi peut-être. Je suis ici pour arrêter ces créatures sur ce monde, avant qu'elles ne se répandent sur d'autres... le mien, ou le tien. »

Dans la vallée fluviale en contrebas, des formes sombres se contorsionnaient. Dans le camp, on essayait de ne pas faire de bruit.

« Je ne supporte pas de les voir souffrir », dit-elle.

« Alors détourne le regard, répondit Sorin, et vois la réalité des choses. »

Nahiri jeta un coup d'œil en direction du campement. Certains des réfugiés observaient les deux Planeswalkers.

« Et quelle est la réalité des choses ? Sommes-nous en train de gagner ? »

Aussi immobile qu'une statue, Sorin fixait les sinistres ténèbres ondulantes.

« Non. »

Son visage était sombre. Était-ce de la culpabilité à cause de leur échec ? Ou le dédain de leur faiblesse ? Voulait-elle vraiment le savoir ?

« Nous pourrions combattre, dit-il. Ensemble, nous pourrions peut-être inverser le cours des événements. Mais nous ne pourrions pas le faire et assurer la sécurité de ces gens. »

« Il n'en est pas question, dit Nahiri. Pour ce qu'on en sait, ce pourrait être les derniers survivants de ce plan. Nous devons les sauver. Ou du moins, essayer de le faire. »

« Très bien, répondit Sorin, un peu fort. Tenons-leur la main pendant qu'ils sont anéantis, et laissons ces monstres aller dévorer d'autres mondes. Je suis certain qu'ils seront réconfortés de savoir que nous avons essayé. »

Elle se tourna en direction des réfugiés. Ils ne les observaient plus. Ils se concentraient sur les tâches qui occupaient leurs mains tremblantes. Tous sauf un.

La jeune fille avait environ quinze ans, et son regard était froid.

Nahiri voulait dire quelque chose, n'importe quoi qui puisse apporter un peu de réconfort. Elle ne trouva rien à dire. Il n’y avait rien qu’elle pouvait promettre, ni le salut, ni même la victoire, sauf d’en faire l’essai. Et après le discours de Markov, le sentiment lui paraissait si creux.

Elle se détourna du vampire et descendit du promontoire rocheux, puis s'arrêta devant la jeune fille au regard aussi froid que le marbre.

« Quel est ton nom ? »

« Lian », répondit l'adolescente.

« Sais-tu te servir d'une épée ? »

Lian acquiesça. Elle n'était pas armée.

Nahiri tendit la main vers une pierre et laissa un ancien sort s'éveiller en elle. Elle l'avait appris quand elle était encore jeune et mortelle. La pierre contenait toujours du métal, et elle était connectée à toutes les pierres. Elle plongea la main dans la roche vivante, qui fondit et bouillonna autour de sa main d'albâtre.

Quelques réfugiés poussèrent une exclamation. Sorin plissa le front. Lian regardait.

Nahiri appela le métal dans la pierre, et sa main se referma sur le pommeau d'une épée. Elle tira, et une lame élégante fut libérée de la roche en fusion.

Elle la laissa briller au soleil couchant, la faisant refroidir suffisamment pour pouvoir être touchée. Puis elle la tendit à Lian.

« Ceci est ton monde, dit-elle. Cette roche, cette terre, il t'appartient de la défendre. Si tu penses que tu ne peux pas compter sur nous, alors prends ton destin en main. »

Lian prit l'épée et en testa le poids et l'équilibre.

« Nous allons tous mourir, n'est-ce pas ? » murmura-t-elle.

« Je n'en sais rien, répondit Nahiri. Mais si c'est le cas, tu pourras au moins mourir en combattant. »

Lian acquiesça.

La lithomancienne se tourna vers Sorin.

« Charmant, dit-il, cette fois suffisamment bas pour qu'elle soit la seule à l'entendre. Je suppose qu'un faux espoir, c'est toujours mieux qu'aucun espoir. »

« Il vaut mieux avoir espoir que ne pas en avoir, répondit Nahiri. Toujours. »

Sorin se renfrogna, mais avant qu'il puisse répondre, la terre gronda. Nahiri chancela, mais parvint à ne pas tomber. Il y avait eu des secousses toute la journée, mais rien d'aussi fort.

Le fond de la vallée était plongé dans les ombres, et les corps corps contorsionnés et tendineux de l'ennemi s'y étaient jusque-là déplacés dans une danse de couleurs et de formes écœurantes. Mais ils se tenaient étrangement tranquilles pour la première fois depuis que Markov et la lithomancienne avaient commencé à les combattre. Ils se tournèrent vers l'ouest d'un geste presque mécanique, en direction du soleil couchant, et se mirent à se balancer doucement.

C'est alors qu'une silhouette d'une taille impossible s'éleva de derrière les collines, à l'autre bout de la vallée. La créature avait la taille d'une montagne. Formée d'ossements blancs et d’épais tentacules, elle était à la fois étrange et horrible à contempler.

Ulamog, l'Épicycle Infini | Illustration par Aleksi Briclot

La terre trembla à nouveau. L'énorme chose pivota. Elle venait dans leur direction. Et tandis qu'elle avançait, les masses grouillantes de la vallée étaient projetées vers elle, comme de la limaille de fer attirée par un aimant.

« Tous en position de combat ! » s'écria Nahiri.

Les réfugiés ne bougèrent pas. Paralysés, ils regardaient derrière elle, réalisant la distance infinie qui les séparait de ce qu’ils savaient et de ce qu'ils voyaient de leurs propres yeux. Quelle utilité pourraient avoir les armes et les tactiques contre un dieu furieux et difforme ?

« Vite ! » hurla Lian.

Les réfugiés s'animèrent enfin, prenant les armes, emballant leurs affaires, se préparant visiblement à combattre ou à fuir. Des parents serraient leurs enfants contre eux. Un homme avec une jambe cassée se redressa difficilement en s'aidant d'un épieu.

Les secousses étaient maintenant constantes et la terre ne cessait de gronder. À l'horizon, des nuages tournoyaient vers la monstruosité et des fragments de terre lévitaient autour d’elle en se désagrégeant.

La première vague d'horreurs caquetantes atteignit le campement. Elles geignaient et hurlaient, miaulaient et criaient dans un chaos de mâchoires claquantes, de griffes acérées, de tentacules cinglants et de têtes aveugles, blanches et osseuses. Les plus petites avaient la taille d'un chien. Les plus grosses, celle d'une maison, roulant au milieu de la horde. Les plus petites s'empilèrent contre le rempart, permettant aux autres de l'escalader en les piétinant.

Nahiri dégaina son épée. Sorin prit position d'un côté d'elle et Lian, de l'autre. Ils attendirent l'arrivée de la vague féroce de chair et de folie.

Markov fit un geste de la main et une douzaine de monstruosités tombèrent en poussière. Nahiri se concentra, et des dizaines d'autres s'enfoncèrent dans le sol rocheux. Mais il y en avait plus, toujours plus, et le plus grand d'entre eux était un vortex qui aspirait tout : leurs corps, leurs esprits, même leur magie. Nahiri sentait son mana lui échapper à l'instant même où elle l'invoquait.

Le sol bascula. Les cheveux de la lithomancienne commencèrent à se dresser. La silhouette du monstre se découpait sur le soleil couchant... Non, pas le soleil. C'était une lumière redoutable qui n’aurait jamais dû éclairer un monde. Un gouffre s'ouvrit soudain dans le rempart, rempli de cette même lumière étrange. La lithomancienne lui ordonna de se refermer, mais la pierre ne répondit pas.

Ce n'était pas une faille dans le sol. C'était une faille dans le monde.

Le plan se désagrégeait.

« C’est quoi, ça ? » s'écria Lian. Son visage était couvert de sang, mais elle était toujours là, l'épée au clair.

« C'est la fin », répondit Sorin d'une voix étrangement calme.

L'intensité lumineuse devint insupportable. Comme dans un écho lointain, les gens qu'ils avaient protégés pendant des semaines crièrent et furent balayés. Puis, le silence se fit. Nahiri sentit son corps se soulever tandis que la terre s’effilochait sous elle.

Tout n'est que poussière | Illustration par Jason Felix

« Nahiri ! dit Sorin. C'est fini ! »

À côté d'elle, Markov se volatilisa. Elle voulut attraper Lian par le bras, mais la jeune fille avait déjà été happée par les ombres qui hantaient la lumière. L'épée qu'elle avait tenue était encore là, flottant dans l'air aveuglant.

Se maudissant en silence, Nahiri saisit l'épée et se transplana.


Zendikar. Son foyer.

C'était le lieu de rendez-vous sur lequel ils s'étaient mis d'accord, un plan sûr où nul autre Planeswalker n'interviendrait. Ce monde était sous la protection de Nahiri.

Sorin n'avait pas suggéré de se retrouver sur Innistrad. Il était probablement inquiet que les monstruosités les suivent. Il était trop prudent, mais peut-être était-ce là la conséquence naturelle de l'âge. Il avait au moins mille ans, et elle se demandait parfois à quoi il avait ressemblé quand il était jeune.

Assis en silence aux abords d'une communauté kor temporaire dans les hautes terres d'Akoum., ils se reposèrent et restaurèrent les liens qui leur fournissaient du mana. Si Sorin éprouvait le moindre regret sur la manière dont les choses s'étaient passées, il n'en montrait rien. Nahiri serrait dans ses mains l'épée, le dernier vestige d'un monde désormais disparu.

Montagne | Illustration par John Avon

« Nahiri, dit Sorin. Nous avons de la compagnie. »

Elle aussi le ressentait, une sorte de pression dans l'air qui signifiait que quelque chose émergeait de l'Æther. Elle se leva, le cœur battant.

« Ont-ils— »

« Non, dit Sorin. Ce n'est pas assez gros. Mais c'est gros. »

Puis il apparut : un énorme dragon éthéré scintillant de lumière bleue-blanche. Deux cornes plates se recourbaient autour et derrière sa tête, une brume émanait de lui et ses longues ailes étaient élégamment repliées derrière son corps élancé. Il était immense, facilement plus de douze mètres de long, mais il était apparu à une certaine distance, et tout dans son attitude indiquait des intentions pacifiques. Néanmoins, Nahiri dégaina son épée.

« Vous aurez remarqué, dit le dragon lumineux, que nous avons comme un problème. »

« Je ne vois pas de 'nous' ici, dragon, rétorqua Sorin en se levant. Il y a nous deux et il y a toi. Et Zendikar est sous sa protection. »

« Salutations, Sorin d'Innistrad, continua le dragon. Bien au contraire. Pour ce qui est de ce problème, 'nous' signifie tout le monde, partout. »

Il tourna sa tête majestueuse en direction de Nahiri.

« Je suis Nahiri, gardienne de Zendikar, » dit-elle. Elle fixa le nouveau venu droit dans les yeux, essayant de ne pas paraître effrayée. « Qui que tu sois, ta présence ici dépend de mon bon vouloir. »

« Bien entendu, répondit le dragon, s'inclinant. « Salutations, Nahiri de Zendikar, et merci pour ton hospitalité. »

Il se tourna vers Sorin.

La vampire parut plus renfrogné.

« Nahiri, je te présente Ugin, surnommé le Dragon-esprit. Il est aussi vieux que le temps, et les discussions avec lui sont presque aussi interminables. »

Voilà qui me rappelle quelqu'un, songea la Lithomancienne.

« J'en déduis que vous vous connaissez », dit-elle.

« Nous avons collaboré de façon amiable dans le passé », répondit Ugin.

« Pas récemment, s'empressa d'ajouter Sorin. Ugin, qu'est-ce que tu veux ? »

« Votre aide », répondit le dragon.

Il leva une patte et conjura une petite image éthérée de l'énorme chose qu'ils avaient vue à l'horizon sur ce monde condamné.

« Tu nous observais, réalisa soudain Nahiri. Et tu ne nous as même pas aidé. »

« Il y a tout un Multivers de peuples à aider, dit Ugin, et une multitude de manières de le faire. Pendant que vous essayiez d'organiser une grande bataille, j'observais et j'apprenais, pour que ces créatures soient arrêtées une bonne fois pour toutes. C'est un objectif que nous partageons tous les trois. »

« C'est mon objectif, dit Nahiri. Mais je doute du jugement moral de quiconque considère la destruction d'un monde entier comme un projet de recherches. »

« Qu'as-tu appris à leur sujet ? » demanda Sorin, ignorant sa remarque.

Merveilleux. Les adultes discutaient entre eux. Il lui avait déjà fait le même coup, quand il avait rencontré d'autres Planeswalkers. Mais en général, elle lui faisait confiance. Elle écouterait ce que le dragon avait à dire.

« On les appelle les Eldrazi, expliqua Ugin, et ils dévorent des mondes entiers. Ce ne sont pas vraiment des Planeswalkers, mais ils se transplanent librement entre les plans. Ce sont des organismes vivants, apparemment issus des Éternités aveugles, les seules créatures de ce genre dont on connaisse l'existence. Si on ne les arrête pas, ils menaceront tous les mondes. »

« Ils ne peuvent pas menacer tous les mondes, répliqua le vampire. Le Multivers est infini. »

« Tu ne crois pas ces billevesées, pouffa Ugin. S'il existe une infinité de mondes, pourquoi essayer d'en sauver ? Pourquoi ne pas simplement partir sur d'autres plans, en avance sur les Eldrazi ? Non, le Multivers est sans limites, mais son contenu ne l'est pas. Croire autrement équivaudrait à croire que rien n'a d'importance. Et quand tu seras aussi vieux que moi, tu comprendras que le nihilisme est une indulgence qu'on ne peut pas se permettre. »

Markov fronça les sourcils, mais il ne dit rien. Peut-être croyait-il vraiment tout ce qu'il avait dit concernant la sagesse qui venait avec l'âge.

« Comment les arrête-t-on ? » demanda Nahiri.

« Cela constitue un dilemme, continua Ugin. Ce sont des créatures issues des Éternités. Ce que vous avez vu ravager ce plan n'était qu'une image, une ombre d'Æther vivant projetée sur un espace tridimensionnel. »

Nahiri essaya de se représenter l'Æther vivant, mais dans son esprit, elle ne voyait que la chose qui avait occulté le soleil. Elle lui était parue assez solide.

« D'où le dilemme. Si nous les affrontons dans les Éternités aveugles, nous subirons leur pleine puissance dans un environnement où nous pouvons à peine survivre. Mais si nous ne vainquons que leurs extensions physiques—ce qui en soi n'est pas si simple, comme vous avez pu vous en rendre compte—nous n'accomplirons rien, car leurs véritables formes résident dans l'Æther. »

« Nous devons trouver un moyen de les détruire », dit Sorin.

« Ce ne sera peut-être pas possible, dit le dragon, et ce n'est certainement pas sage. »

« Des mondes meurent », s'exclama Nahiri. Elle posa la main sur le pommeau de son épée. « En quoi serait-il sage de laisser ces monstruosités vivre ? »

« Sais-tu ce qu'elles sont, Nahiri de Zendikar ? ». Le dragon baissa son énorme tête pour regarder la jeune femme droit dans les yeux. « Sais-tu si elles dépendent d'une écologie inconnue ou ce qui se passerait si elles sont détruites ? Méritent-elles la mort ? Ton jugement moral s'étend-il uniquement aux êtres que tu comprends ? Peux-tu répondre à ne serait-ce qu’une de ces questions ? »

Il jeta un coup d'œil en direction de Sorin.

« Quant à toi, Sorin, tu es bien placé pour comprendre la nécessité d'un équilibre des choses. »

La remarque parut faire mouche, mais Nahiri ne connaissait pas suffisamment le passé du vampire pour en être sûre.

« Tu ne fais qu'énoncer des hypothèses, rétorqua Markov. Je ne m'imagine pas que tu conseillerais la prudence d'un air si moralisateur si ton monde était en danger. »

Cela parut tout aussi personnel. Et Ugin n'avait pas mentionné le nom de son monde.

« Que suggères-tu ? demanda Nahiri. Tu dis que tu veux les arrêter sans les détruire. Tu dois avoir un plan. »

« Nous pouvons les emprisonner. » Il conjura une nouvelle illusion, cette fois-ci un plan représentant un réseau complexe de milliers de nodules et de centaines de lignes courbées. « Les attacher à un plan en utilisant leurs formes physiques comme une ancre, et les forcer à entrer en phase de sommeil. Contrairement à les tuer, cela pourrait fonctionner. Et cela me donnerait suffisamment de temps pour les étudier sans laisser d'autres mondes périr. »

« Tu penses pouvoir les emprisonner tous ? » demanda la jeune femme.

« Oui, tous les trois », répondit Ugin.

« Trois ? l'interrompit Sorin. Mets à jour tes notes, dragon. Nous en avons combattu des milliers. »

« Vous avez combattu des extensions, répondit Ugin avec un revers de la patte. Des organes secondaires d’un être plus grand. Il y a trois véritables Eldrazi qui rôdent dans le Multivers. En leur absence, leurs engeances s'affaibliront et mourront, tout comme une main ou un pied. Il suffit d'attirer ces trois êtres sur un plan et de les y emprisonner. »

« Ce plan serait sacrifié ? » demanda Markov.

« Il serait dans une situation à risque, certainement. Mais la manière dont nous emprisonnerons les Eldrazi servira aussi à les placer en état de stase. Si nous réussissons, le monde qui les emprisonne sera endommagé, mais pas détruit. Si nous échouons, en revanche, il sera condamné. Mais c'était de toute façon le cas. »

« Et quel plan entends-tu... risquer ? » demanda Nahiri.

Ugin regarda les alentours, sa tête cornue pivotant pour admirer tout le paysage rocheux d'Akoum.

Montagne | Illustration par Véronique Meignaud

« Il faut qu'il soit grand. Riche en mana. Peu peuplé. De préférence un lieu où l'on puisse facilement construire une base d'opération, un monde qui ne soit pas sous la protection d'un autre Planeswalker, et où l'un de nous puisse surveiller les Eldrazi pendant leur sommeil. »

C'était donc ça. L'horrible vérité. Tout ça après ce discours sur ce qui était juste...

« Innistrad ne correspond pas à ces critères, dit Sorin. Pourquoi pas ton monde, où qu'il se trouve ? »

« Il ne convient pas non plus, répondit Ugin. Nous pourrions chercher un plan de ce type, mais cela prendrait du temps. Du temps qui coûterait la vie à plus de mondes. Il vaudrait mieux commencer immédiatement. »

Les deux anciens Planeswalkers se tournèrent vers Nahiri. Ugin était impassible. Sorin cligna lentement de ses yeux orange vif, comme un chat évaluant sa proie.

Elle empoigna l'épée de forgepierre, arrachée au sol d'un monde détruit.

« Non. »

« Nahiri... dit Sorin sur un ton qui lui rappela un parent navré. Tu as vu ce qu'ils ont fait à ce monde. Tu peux empêcher que cela arrive à nouveau. Tu as entendu Ugin. Si nous réussissons, Zendikar survivra. »

« Devrait survivire, répondit Nahiri. Endommagé. Qu'est-ce qui me donne le droit de mettre tout le monde ici en danger ? »

« Qu'est-ce qui te donne le droit de ne pas le faire ? demanda le dragon. Je t'ai dit que nous pouvons risquer un monde pour les sauver tous. Et que tous les mondes, y compris celui-ci, sont déjà dans une situation à risque. Le choix est évident. »

Le dragon baissa la tête pour la regarder droit dans les yeux.

« Si tu préfères ne pas mettre ton propre monde en danger, nous pouvons prendre le temps de trouver un autre plan qui correspond à nos critères. S'il est défendu par un Planeswalker, nous convaincrons son gardien de coopérer... de force, s'il le faut. S'il n'est pas défendu, nous pourrons commencer. »

« Et qu'est-ce qui nous en donne le droit ? demanda-t-elle encore. Je comprends qu'il faille risquer un monde pour sauver les autres. Si nous pouvons arrêter ces Eldrazi, peut-être... peut-être que cela en vaut la peine. Mais qu'est-ce qui nous donne le droit de choisir quel monde devra supporter ce fardeau ? »

« Quelle est l'alternative ? demanda Sorin. Un référendum ? »

« C'est pour cette raison que j'ai choisi Zendikar, ajoute Ugin calmement. Parce que le plan a une protectrice, une personne qui a déjà choisi de prendre son destin entre ses mains. Quelqu'un qui fera ce qui est juste. »

« Et si je refuse ? « Me 'convaincras-tu' par la force ? »

« Non, dit Ugin. Parce que j'ai aussi besoin de ton aide. »

Sorin et Nahiri dévisagèrent tous deux le dragon bioluminescent.

« Vous disposez tous les deux de talents que je ne possède pas, expliqua le dragon. Et la tâche est trop difficile pour un seul Planeswalker, même le plus puissant d'entre nous. Trois Eldrazi, trois Planeswalkers. Ensemble, nous pouvons sauver tout ce qui est. »

Nahiri s'agenouilla et appuya sa main sur le sol. Akoum était une région hautement volcanique, et le sol vibrait avec les battements de cœur du magma. Son esprit s'aventura plus loin, vers l'Ondou, le Tazeem et ses rivières et le bouillonnant Guul Draz. Elle était en contact avec tout Zendikar. Mais son peuple restait pour elle un mystère. Leurs pas restaient silencieux dans le grondement de fond de la terre vivante.

Explorer | Illustration par John Avon

Elle se remémora ces failles dans le monde, cette lumière blanche jaillie de nulle part pour aspirer le plan dans le néant.

Si les Eldrazi n étaient pas arrêtés, ils viendraient ici. Ils viendraient, et elle ne pourrait pas protéger son monde. Et si elle les emprisonnait sur un autre plan pour sauver le sien, pourrait-elle se le pardonner ? L'air de son foyer tant aimé porterait pour toujours l’amer parfum de la culpabilité ?

Zendikar était fort. Il pourrait supporter l'assaut des Eldrazi le temps de les emprisonner. Le plan deviendrait leur prison et Nahiri leur geôlier : un monde et un Planeswalker montant la garde pour sauver tous les autres.

Elle se releva et contempla un instant la beauté sauvage d'Akoum.

« Quel est le plan ? »


Les préparatifs d'Ugin avaient été complets. Il avait trouvé un moyen d'emprisonner les Eldrazi à l'aide d'un réseau de lignes ley et de nodules magiques précisément tracé. Ce qui lui manquait, c'était quelqu'un pour le construire.

Nahiri était particulièrement douée pour la construction.

Il lui fallut quarante ans de travail presque constant. Un par un, elle sortit de terre des formes de pierres sculptées avec précision. Ugin les avait appelé des hèdrons et le nom était resté. Elle remplit le ciel de Zendikar de pierres, et Ugin les grava de runes draconiques qui les maintenaient dans les airs et piègeraient les Eldrazi sur le plan.

Les hèdrons servaient à la fois d'appât et de piège, envoyant des pulsations d'énergie magique qui attiraient les Eldrazi comme l'odeur du sang excitait les requins. Lentement, inexorablement—et, Sorin l'annonça, ignorant d'autres mondes sur leur passage—les Eldrazi approchaient de Zendikar.

Nahiri répandit la nouvelle dans tout le plan, que ce soit aux ondins, aux kors, aux humains, aux elfes. Dans les abysses bouillonnantes, les surrakars amphibiens parlaient à voix basse de l’arrivée des dieux monstrueux, et les anges de Zendika patrouillaient les cieux entre les hèdrons en redoublant de vigilance.

Illustration par Eric Deschamps

Lorsque les Eldrazi arrivèrent, Zendikar les attendait, mieux préparé que les mondes qu'ils avaient visités auparavant.

Un titan eldrazi au loin avait été monstrueux, une véritable abomination. En voir trois de près était une impossibilité pour l'esprit.

Celui que Sorin et Nahiri avaient vu auparavant, l'énorme chose qu'Ugin avait appelée Ulamog, était en fait le plus petit des trois. Le titan appelé Kozilek se frayait un chemin dans les champs d'hèdrons, d'immenses lames insensées d'obsidienne flottant autour de ce qui aurait dû être sa tête. Et au-dessus d'eux, dans tous les sens du terme, était Emrakul, une tour hideuse de chairs entrelacées et de tentacules préhensiles flottant paresseusement au-dessus de la terre éventrée.

Ugin souffla son ectofeu, calcinant les engeances eldrazi dans ses flammes invisibles. Sorin contra leur pouvoir absorbeur de vie avec le sien, drainant leurs forces avant qu'elles ne puissent aspirer la vitalité du plan. Les peuples de Zendikar combattirent aussi les lignées d'engeance des titans, mais il était clair que si l'assaut continuait, ils seraient écrasés.

Les titans, instinctifs, avançaient inexorablement vers le centre du réseau d'hèdrons, la source de l'appel qui les avait attirés ici, l'œil de l'ouragan.

Nahiri les attendait dans la salle souterraine que Sorin et elle avaient nommée l'Œil d'Ugin. Pour Markov, c'était certainement par moquerie. Pour Ugin, c'était peut-être une source de fierté, même s'il était difficile à savoir. Pour elle, c'était un message : N'oublie pas, dragon. C'était ton idée.

Il y eut une brusque montée de mana ; Sorin et Ugin la rejoignirent. La terre tremblait, les parois cristallines de l'Œil résonnant d'une vibration synchrone.

« Ils sont en position », dit Ugin.

Les trois Planeswalkers concentrèrent leur immense puissance sur le même point, une pierre reliée à tous les autres hèdrons par des lignes de force et de mana invisibles.

Caveau du péril | Illustration par Sam Burley

Chaque hèdron du plan se mit à briller tandis pendant qu’ils adoptaient leurs nouvelles positions. Le réseau prenait sa forme définitive. De Seijiri à la Mer de Silundi, Zendikar tremblait sous l'effort.

Puis tout fut terminé.

Ils scellèrent la salle par une défense mystique qui ne pouvait être ouverte que par trois Planeswalkers réunis, et prirent le chemin de la surface ravagée du plan.

Au-dessus des hautes terres d'Akoum, les trois Eldrazi étaient pétrifiés, cernés par une toile d'hèdrons flottants. Nahiri connaissait le sol de la région. Il réagissait déjà et enveloppait les titans comme une croûte recouvrait une blessure. Les dents d'Akoum les avaleraient, et les habitants de Zendikar purgeraient le plan de leurs engeances. Zendikar avait survécu. Le plan était certes ravagé, mais intact, et ses peuples apprendraient à vivre à l'ombre des hèdrons.

« Bravo, Nahiri, dit Sorin. C'est ton œuvre. Ton sacrifice. »

Les trois Planeswalkers devaient encore tester la force des défenses, histoire de s'assurer que les titans étaient bien emprisonnés. Peut-être Ugin et Sorin l’aideraient-ils à purger la terre des engeances eldrazi. Elle l'espérait en tous cas. Et ensuite, tôt ou tard, les deux ancêtres Planeswalkers partiraient, laissant Nahiri seule pour garder les Eldrazi.

Elle leva les yeux vers les formes silencieuses. Déjà, des remparts de pierre les enveloppaient en partie. Peut-être que dans mille ans, tout le monde les aurait oubliés, leur destruction disparaissant dans la légende. Mais Nahiri ne les oublierait pas, et la terre de Zendikar non plus.

« C'était notre œuvre, dit-elle. Mon travail ne fait que commencer. »

Illustration par Igor Kieryluk

Latest Magic Story Articles

Magic Story

22 Février 2019

RÉSUMÉ DE L’HISTOIRE DE MAGIC – L'ALLÉGEANCE DE RAVNICA by, Wizards of the Coast

Episode 5 - Le Sénat Azorius Le Sénat aux couleurs blanche et bleue renforce son contrôle sur la cité sous l'impulsion de son nouveau chef Dovin Baan, et de magelois aussi imaginatifs qu...

Learn More

Magic Story

16 Novembre 2018

Résumé de l’histoire de Magic – Les guildes de Ravnica by, Wizards of the Coast

Episode 5 Dernier épisode des Guildes de Ravnica, avec un elfe meneur de guivre appartenant au Conclave Selesnya, et qui découvre malgré lui de sombres desseins dans les sous-sols de la ...

Learn More

Articles

Articles

Magic Story Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All

Nous utilisons des Cookies sur ce site pour personnaliser le contenu et les publicités, fournir des fonctionnalités de médias sociaux et analyser le trafic web. En cliquant sur OUI, vous acceptez nos Cookies. (Learn more about cookies)

No, I want to find out more