Timmy, Johnny, et Spike

Posted in Making Magic on 8 Mars 2002

By Wizards of the Coast

Qu’est-ce que cela signifie ?

Tout d’abord, sachez que s’il apparaît que vous êtes de deux types (par exemple Johnny/Spike) ou même des trois, votre type dominant est le premier.

À présent que vous avez passé le test, je suis sûr que vous vous demandez ce que peuvent bien être un Timmy, un Johnny, ou un Spike. Ici, au département Recherche & Développement (la ‘R&D’) de Magic, notre travail est de créer un jeu qui rende les joueurs heureux, et pour ce faire, nous devons trouver ce qui fait que les joueurs aiment notre jeu. Cela nécessite un long processus, toujours en cours actuellement, mettant en jeu de nombreux facteurs. Nous avons fait des questionnaires. Nous avons organisé des sondages avec des panels de joueurs représentatifs. Nous avons rôdé sur des sites internet et des forums consacrés à Magic. Nous avons été sur le terrain parler avec les joueurs. Bon sang, nous avons même étudié quels étaient les articles que vous lisiez le plus sur notre site !

Après de nombreuses années, nous sommes arrivés à la conclusion qu’il existe trois principaux types de joueurs de Magic. Le terme savant pour qualifier ce genre de catégorie est ‘profil psychographique’, regroupant les joueurs en fonction de leur comportement. Qu’est-ce qui donne envie de jouer à un joueur donné ? Quel type de cartes aime-t-il ? Qu’est-ce qui pousse ce joueur à continuer de jouer ?

Et comme à la R&D nous adorons donner des noms à tout, nous en avons donné un à chacune de ces catégories : Timmy, Johnny, et Spike. Dans cet article, je vais vous expliquer qui sont ces trois gars et comment nous leur avons trouvé ces surnoms rigolos.

Une dernière chose avant que de commencer. Rares sont les joueurs ne correspondant qu’à un seul profil psychographique. La plupart se retrouvent un peu dans les différents types, et c’est pourquoi vous pouvez avoir obtenu un profil hybride comme réponse au test. Je reviendrai sur ces hybrides juste après vous avoir présenté les trois principaux.

Timmy

Timmy ne fut pas le premier profil que nous ayons créé, mais il fut le premier que nous ayons nommé. Le nom de Timmy est arrivé par hasard pendant la création de Tempête. Nous nous demandions si Verdant Force (Force verdoyante) serait populaire auprès des joueurs ou non. Comme j’ai un certain goût pour les tirades théâtrales (je le précise au cas où vous ne l’auriez pas encore remarqué), je partis dans un de mes petits shows… (À propos, je ne suis pas sûr à 100% de savoir pourquoi j’ai choisi le nom ‘Timmy’. Je voulais personnifier le gamin, alors je lui ai donné un nom. Timmy avait un je-ne-sais-quoi qui allait bien à un gamin innocent, et c’est ce qui m’est venu dans le feu de l’action.)

‘Imaginez un gamin qui va dans un magasin de jeux. Appelons-le… Timmy. Bon, Timmy n’a pas beaucoup de sous. Il s’achète un booster de Bogavhati (le nom de code de Tempête). Il l’ouvre et cherche vite la rare parmi les autres cartes. Et il la trouve. C’est une grosse créature verte. 7 en force. 7 en endurance. C’est énorme. Énorme ! Ses yeux parcourent fébrilement la carte. Il voit le coût de lancement : , bla bla bla. Il s’en fiche, voyons le reste. Timmy regarde le texte de règles. Il y a plein de mots. Timmy lit. À chaque tour il gagne une autre créature. Une vraie créature. Petite, mais en dix tours, il en aura vingt. Une 7/7 et vingt 1/1. Comment son adversaire peut-il arrêter ça ? C’est impossible ! Timmy finit par respirer. Il a trouvé le Saint Graal.’

Et pour une obscure raison, le nom de Timmy est resté.

Timmy est celui que nous autres à la R&D appelons le ‘joueur en force’. Timmy aime gagner à plate couture. Il ne veut pas se débrouiller pour réussir à gagner à la dernière minute. Timmy veut écraser ses adversaires. Il aime les cartes impressionnantes, et ça l’amuse de jouer des grosses créatures et des gros sorts.

Une erreur fréquente consiste à croire que Timmy est forcément jeune. Même s’il est vrai que les plus jeunes joueurs ont tendance à se trouver dans cette catégorie, il y a des Timmy de tous âges. Ce qui différencie Timmy des autres profils, c’est que sa motivation est de s’amuser. Il joue à Magic parce que c’est sympa. Timmy est très sociable. Pour lui, l’un des aspects importants du jeu est de s’asseoir autour d’une table avec ses amis.

Timmy s’intéresse plus à la façon dont il gagne qu’au nombre de fois où il gagne. Par exemple, imaginons que Timmy joue dix parties. Il n’en remporte que trois, mais ces trois fois-là, il domine largement son adversaire. Timmy s’est amusé, et il rentre chez lui content.

Dans chaque extension, la R&D fait en sorte de créer un certain nombre de cartes pour Timmy. Les ‘cartes de Timmy’, comme nous les appelons, sont en général des grosses créatures ou des sorts avec des effets énormes. Ce sont des cartes impressionnantes mais pas très économiques. Les cartes avec un coût conçu pour une efficacité optimale seront pour Spike. De bons exemples de cartes de Timmy sont Krosan Beast (Bête de la Krosia), Iridescent Angel (Ange iridescente), et n’importe quel dragon.

Johnny

Johnny fut le deuxième profil à recevoir un nom. Pendant le développement d’Épopée d’Urza, la R&D avait accepté les profils de Timmy et du ‘joueur de tournoi’, mais j’étais persuadé qu’il en manquait un troisième tout aussi important. Voyez-vous, je n’étais pas vraiment un Timmy, ni vraiment un joueur de tournoi. J’étais ce troisième type manquant. Alors que j’essayais d’expliquer qui il était, je l’appelai Johnny, un peu par hasard, et comme pour Timmy, le nom est resté.

Johnny est le joueur créatif pour qui Magic est une forme d’expression. Johnny aime gagner, certes, mais il veut le faire avec style. Il est très important pour Johnny de gagner à sa façon, ce qui veut d’ailleurs dire qu’il joue toujours avec son propre deck. Pour Johnny, jouer à Magic est une occasion de montrer sa créativité.

Johnny aime les défis, et il aime gagner avec des cartes que personne d’autre ne daigne utiliser. Il se veut créer des decks qui gagnent de manière innovante. Ce qui différencie Johnny des autres profils, c’est qu’il aime autant construire son deck que jouer, si ce n’est plus. Johnny adore les cartes qui ont de bonnes interactions entre elles, et donc les decks Combo. Ce qui plaît le plus à Johnny, c’est d’explorer des territoires inconnus.

Comme Timmy, Johnny attache plus d’importance à la qualité de ses victoires qu’à leur quantité. Par exemple, imaginons que Johnny se construise un nouveau deck avec un moyen de gagner élégant, mais difficile à réaliser. Il joue dix parties, et parvient à faire fonctionner parfaitement son deck… une seule fois. Johnny rentre chez lui content.

Dans chaque extension, la R&D crée des cartes pour Johnny, des cartes ayant le genre particulier d’effets qui vont permettre à Johnny de construire des decks cools autour de ces cartes. En général, les ‘cartes de Johnny’ ont un fort potentiel (certains d’entre elles finiront d’ailleurs par exciter Spike). De bons exemples de ‘cartes de Johnny’ sont Holistic Wisdom (Sagesse holistique), Radiate (Rayonnement), et Battle of Wits (Jeu d’esprits).

Spike

Bien que Spike ait été le premier profil dont la R&D ait eu conscience, il fut le dernier à être nommé. En fait, ‘Spike’ est le seul des trois surnoms qui ne vienne pas de moi. Ni de personne de la R&D. Voyez-vous, pendant des années, la R&D s’est contentée de nommer les profils Timmy, Johnny, et ‘le joueur de tournoi’. Mais quand nous avons fini par expliquer le sens des trois types à l’équipe marketing de Magic, ils pensèrent que le joueur de tournoi avait besoin d’un nom, et ils le nommèrent Spike. Pourquoi ‘Spike’ ? La meilleure réponse que j’aie pu trouver, c’est que cela avait dû leur paraître un nom adapté pour quelqu’un comme lui.

Spike est un joueur compétitif, Spike joue pour gagner, Spike aime gagner. Pour atteindre ce but, il utilisera n’importe quel deck du moment que c’est le meilleur. Il prendra des listes de deck sur Internet. Il empruntera les decks d’autres joueurs. Si Spike joue à Magic, c’est pour la montée d’adrénaline de la compétition, pour l’excitation de battre son adversaire en jouant mieux que lui, et pour la gloire que lui apporte la victoire.

Spike s’intéresse plus au nombre de parties qu’il remporte qu’à la façon dont il le fait. Par exemple, imaginons que Spike joue dix parties et en gagne neuf. S’il a l’impression qu’il aurait dû gagner la dixième, il rentre chez lui mécontent.

La R&D crée de nombreuses cartes pour Spike. Contrairement aux cartes de Timmy et de Johnny, celles de Spike sont assez faciles à faire. Spike joue ce qui gagne, et il suffit donc à la R&D de créer des cartes assez fortes pour qu’il les joue. De bons exemple de cartes de Spike sont Call of the Herd (Appel du troupeau), Shadowmage Infiltrator (Infiltrateur ombremage), et Fact or Fiction (Fait ou fiction).

Les hybrides

Comme je vous l’ai dit, beaucoup de joueurs ne tiennent pas si facilement dans une case, et ont un peu des différents profils.

Timmy/Johnny ou Johnny/Timmy

Le joueur Timmy/Johnny aime les bons gros effets, mais aussi l’aspect créatif du jeu. Un exemple parfait de carte Timmy/Johnny est Haunting Echoes (Échos obsédants). Cette carte a un effet énorme qui attire Timmy, mais offre à Johnny des possibilités intéressantes de construction de decks. Le Timmy/Johnny veut écraser son adversaire, mais avec classe.

Timmy/Spike ou Spike/Timmy

Le joueur Timmy/Spike veut gagner, mais il aime aussi satisfaire son goût pour le ‘fun’. Quand il choisit un deck, Timmy/Spike prend toujours un bon deck, mais avec les créatures ou les sorts les plus imposants. Un bon exemple de carte pour Timmy/Spike est Rith, the Awakener (Riss l’éveilleur). Riss est un gros dragon, mais avec un coût de mana agressif et une bonne capacité spéciale.

Johnny/Spike ou Spike/Johnny

Le joueur Johnny/Spike veut gagner, mais seulement à sa manière. La plupart des créateurs de decks compétitifs sont des Johnny/Spike. Ils se donnent beaucoup de mal pour gagner avec des decks originaux, et même s’ils doivent utiliser un deck déjà fait, ils le modifieront toujours un peu pour lui apporter leur touche personnelle. Basking Rootwalla (Agame pèlerin) est un bon exemple de carte pour Johnny/Spike. C’est une carte sympa qui permet de créer des decks intéressants, mais qui possède de toute façon la puissance brute requise pour gagner.

Timmy/Johnny/Spike (Les trois à la fois !)

Les joueurs Timmy/Johnny/Spike veulent tout : jouer des grosses cartes, avoir des decks innovants, et gagner aussi souvent que possible. Cet hybride est une espèce rare, peu de joueurs étant attirés par ces trois aspects du jeu. C’est pourquoi la R&D ne crée pas beaucoup de cartes destinées à satisfaire à la fois Timmy, Johnny et Spike. Un exemple de carte pour laquelle ce fut le cas est Verdant Force (Force verdoyante). Timmy a aimé sa taille énorme, Johnny a apprécié les possibilités de combos qu’elle offre, et Spike a exploité son utilité dans les decks Réanimation et ceux basés sur Natural Order (Ordre naturel).

Et voilà, vous savez tout. Tels sont les profils que la R&D prend en considération lorsqu’elle imagine et crée les cartes. Notez bien que ces types correspondent aux motivations des joueurs, et pas aux formats dans lesquels ils jouent. Timmy peut très bien participer à des tournois, et Spike jouer en multijoueurs avec des amis. Dans un prochain article, je vous parlerai plus en détail de la façon dont la R&D crée des cartes spécifiquement pour le jeu compétitif ou au contraire pour le jeu entre amis.

Quoi qu’il en soit, c’est tout pour cet article. J’espère au fil de ces articles parvenir à vous donner à tous un petit aperçu des nombreuses facettes que nous prenons en compte pour concevoir et développer chaque extension.

Rendez-vous la semaine prochaine pour explorer ensemble l’italique.

D’ici-là, puissiez-vous toujours remporter vos pile ou face.

Mark Rosewater

Traduction P.O. Barome

Latest Making Magic Articles

MAKING MAGIC

17 Juillet 2017

Informations sur la Destruction, troisième partie by, Mark Rosewater

Ces deux dernières semaines (première partie et deuxième partie), j'ai partagé avec vous des anecdotes de création carte-par-carte de L'Âge de la Destruction. Il y a encore beaucoup de ch...

Learn More

MAKING MAGIC

10 Juillet 2017

Informations sur la Destruction, deuxième partie by, Mark Rosewater

La semaine passée, j'ai commencé mes anecdotes de création carte-par-carte de L'Âge de la Destruction. J'ai encore de nombreuses choses à vous raconter, alors commençons. Avemain intrépi...

Learn More

Articles

Articles

Making Magic Archive

Vous voulez en savoir plus ? Découvrez les archives et explorez les milliers d'articles de Magic de vos auteurs préférés.

See All

Nous utilisons des Cookies sur ce site pour personnaliser le contenu et les publicités, fournir des fonctionnalités de médias sociaux et analyser le trafic web. En cliquant sur OUI, vous acceptez nos Cookies. (Learn more about cookies)

No, I want to find out more